Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Nous sommes en avril 1971, c'est les vacances de printemps
Classe aisée clôturée pour les inventés
Merci de privilégier les autres strates sociales ou de vous orienter
vers la noblesse, les familles connues ou les scénarios des membres

Partagez | 
 

 Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiemes
T. Gabrielle Duchemin
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1389-gabrielle-duchemin-rava
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 408
Date d'inscription : 11/11/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Ven 11 Nov - 17:33


Théodora Gabrielle Duchemin
feat. Elizabeth Olsen

Nom: Une particule collée, signe d'un sang d'absence, rattrapage d'un hasard de l'histoire. Aucune branche noble à laquelle se raccrocher. Silence et espoir. Solitude et incertitude. Signe de sa solitude et de sa naissance sans parents, de sa famille maternelle et de son nom à la dérive, parti sur le chemin dans une famille qui devait lui en offrir un, long héritage de lavandièrePrénom de naissance: Yeux à tomber, sourire de la vie contre la faiblesse de la mort et de l'abandon Théodora l'enfant à la malédiction divine qui a reçu le don si dur à supporter de Dieu. Précieuse enfant qu'on voudrait protéger par le destin pour que son glorieux combat laisse place à l'illustre, à la renommée et à la gloire. Prénom d'usage: Morceau de métal glacé gelant la peau, soupir de courage, messager de l'espoir et des nouvelles heureuses, Gabrielle. On a prié pour que Dieu donne sa force à l'enfant perdu dans le froid de l'hiver, doux ange qui a chut au bas du Paradis pour la laisser maudite Généalogie: Bref descriptif familial, quand sait-on ? Rien. C'était une enfant sans parents, un orphelin abandonné au gré du vent et des espoirs. Que sait-on d'elle ? On a simplement une lettre signée « Bérénice, qui t'aime fort » et rien de plus pour espérer dans la nuit et des silences étouffés. Pourtant une lettre et une zone géographique et quelques informations de base sur sa mère. Elle fut élevée par sa tante.
Il n'y a que du vide dans la généalogie, aucune branche à laquelle se raccrochait et rien d'autre que le silence des nuits sans bras dans lesquels pleurer et sans nom à mettre en avant que celui d'une lavandière. Être sans famille, pratique pour un djinn mais vide pour tellement d'autres choses. Sang-pur, sang-mêlé, personne n'en avait cure, elle était une fille maudite dans une famille qui ne voulait pas d'elle, de parents qui étaient synonyme de géniteurs. Nationalité: Une ode au bleu, un éloge au blanc et des éclats de bravoure rouge, Française mais qu'en sait-on ? Sa mère était sans doute Monégasque, c'est en tout cas ce que raconte ses papiers d'identité et l'histoire, le reste ne lui apporte aucune information et aucune bouche ne lui a encore parlé.  Lieu et date de naissance: Volonté d'ordre et de certitude, attention de l'officier de l’État Civil qui lui accole comme date de naissance le 1 novembre sur recommandation des médecins et la signature de la lettre de sa mère. Quant au lieu, mois de glace sur une planète d'eau, au plus précis la Terre semble être une base de certitude.  Statut: Romantique sans vouloir s'engager en dehors du fait que lorsqu'elle tombe amoureuse, elle ne se contente pas de tomber amoureuse, elle se casse la gueule lorsque cela lui arriveNature du sang: Les registres diraient qu'elle est sang-mêlée, sa tante semble sous-tendre qu'elle est sang-pure on a aucune trace de ce qu'elle pourrait être d'autre. Potentiellement sang-pure mais que voulez-vous qu'elle en sache et donc avec manque de certitude, on la classe dans les sang-mêlés comme chez les nés-moldues, ce dont elle n'a strictement rien  faire et aura même tendance à être fière. Sans nom et sang, elle n'a que sa valeur. Etudes/Profession: Esprit de la lune qui la guide, volonté de trouver une réponse aussi immuable qu'honorable de la recherche scientifique, trouver un remède à ce qui est décrit comme une tare. Etat de GRACE dont l'ascension se passe sous le filtres des Pratiques scientifiquesBaguette magique: Sorcière avant tout, morceau de bois linéature d'une personnalité. Garde-fou d'une conscience paradoxale qui laisse la folie se montrer, garde-fou plus instable que sa propriétaire, en bois d'Aubépine qui laisse son amour pour les sorciers conflictuels parlait à sa place, indicatrice de périodes tourmentées, qu'elle aide à créer. Bois étonnant n'aimant que la rigueur malgré tout, une manipulation incongrue provoque l'effet inverse, provoquant les situations troubles si aimées de ses 30 centimètres de rigidité et d'une finesse rare qui contient en son centre la sensualité et l'indolence d'une écaille de Sirène.

Allégories réflexives:

► Quelle est votre opinion sur la restauration de la Monarchie Sorcière ?
Monarchie, voilà un mot qui fait rêver, vie de luxe et de principe cadrée comme il le faut, enveloppe dorée et tout ce qu'elle n'aura jamais. Ton nom aurait été noble et suffisamment grand qu'il aurait pu te protéger contre les prétentions et la violence, mais dans une communauté sorcière contre qui lancer la chasse au sorcières ? Toi sans aucun doute.
On ne s'occupe pas de politique, voilà un bon credo qui sortait de tes lèvres sans que tu y réfléchisses, priant seulement pour que la situation ne crée pas trop de danger. Aucune opinion, aucune opinion, il y a bien d 'autre chose avant.

S'il faut vraiment en donner un, tu serais pour une belle et grande République qui malgré tous ses errements, ses hésitations ne constitueraient pas un retour en arrière dans un acte qui s'apparente à une déviation, un sophisme. La Monarchie permet juste de mettre un joli filtre astigmate pour déformer cette réalité tordue pour la rendre toute droite. Jamais tu ne te laisseras aller à le dire et l'étaler sur la place publique, on pouvait toujours les aimer parce qu'avec eux back to the future pouvez devenir back to the past. Parce qu'avec la Monarchie, l'avenir c'est le passé, parce qu'on en a marre des débats d'idées, des compromis, de la difficulté à avancer à petits pas, mieux vaut reculer à grands pas.

► La Mise en Objet des Djinns a donné lieu à un virulent débat centré autour des notions d'esclavagisme, de liberté, de droit des créatures ou encore de la protection magique. Que pensez-vous à ce propos ?
Lorsque les choses terrifient les gens, il faut les contrôler, enfermer, restreindre, rentrer dans des cases. Ce n'est que la même chose avec les djinns. La réflexion est-elle allée plus loin, certainement pas. Le djinn reste loin de toi, heureuse que tu es de pouvoir l'enfermer dans cet objet qui semble te  protège et te sauver. Les Albon les prennent pour des dieux, tu en vois des démons trop proche de ta nature, malgré la volonté d'ordre du tien.
La véritable connerie reste bien de forcer les gens à avoir des djinns à leur côté. Oui ça peut être pratique, oui c'est quand même vachement puissant. Et après ? Quand on voit les risques de mort avec un ordre mal-interprété, les relations pour le moins désastreuses, c'est à se demander qui a eu la bonne idée de rendre cela obligatoire. Cette règle est une preuve superbe du coup de génie de ce gouvernement. Quant à ses questions du droit des créatures, il faut noter que la France est théoriquement plus ouverte mais le retour en arrière à la Monarchie absolue donne une idée de la trajectoire prise.

► Pouvez-vous envisager que le sang puisse un jour devenir plus important que le rang sur le sol français ?
Rangés correctement par catégorie, une chose ici, une autre là, si on hésite on range et ce n'est que cela. Les choses seront comme elles sont, possible bien évidemment. Les recherches sur les dons n'ont jamais donné une seule réponse lui promettant qu'il n'y avait qu'un seul chemin pour le futur ou bien une infinité, qui mène à un seul ou plusieurs ? Ses mêmes dons dont la transmission peut être la génétique, souvent … Ce serait un argument en faveur d'une théorie de la supériorité du sang.
Mais quoi qu'il advienne, aucune particule ne trônait sur son acte de naissance ; ton sang n'avait pas encore eu la décence de révéler s'il était pur ou mêlé. Puis avant ton nom ou ton sang, il y aurait toujours ta malédiction qui était tellement, mais tellement plus importante.

La monarchie réveille tout de même tes rêves de prince qui pourrait détruire d'un baiser ou d'un acte d'amour pur ta malédiction, la seule parcelle qui te semble encore résister à ton rationalisme. L'amour pur est une chose fantastique qui lorsque c'est par un noble avec comme simple qualité d'être né dans la bonne famille puisse détruire ta malédiction. Ce n'est pas tant que tu les détestes tous, ce serait con mais cela l'est encore plus que de te juger sur ton don de « prééminence ». Alors comme tous les autres, tu apprécies à la personne, sans savoir le sang ou le rang.

Personnalité:

The reflection of Snotra Ø Un bébé calme, si calme dans le soupir de la nuit comme du jour. Le regard qui fixement ne bougeait pas, ne pleurait pas, ne cillait pas et terrifiait même les farouches sorciers devant tant de froideur.  Plus loin que la réalité, les risques lui apparaissaient fixant son attention autre part. Aujourd'hui il en est de même, une apparence policée et calme qui laisse place à un pessimisme dû à toute la douleur qui l'atteint, cette hypersensibilité qui la rend malade souvent et à tendance à la rendre distante.

The veil of Delling Ø La passion est bien ce qu'il manque à la vie de la jeune lavandière qui reste une stoïcienne dans l'âme persuadée que sa volonté peut lui permettre de tout atteindre, la connaissance de la douleur lui permettant d'être assez inébranlable et ne s'effondrant pas devant la peur, la douleur, la mort... L'âme est rationnelle mais parfois certains jugements sont pervertis par le jugement, même si elle reste fantasque lorsqu'elle doit parler d'amour et de garçons qui font battre son cœur un peu plus vite. De loin, de très loin.

The treaty of the Narcissus Ø Coquette et prenant soin de sa personne, elle aime se maquiller choisir des jolis vêtements qui sont souvent cousus par ses soins dû au manque d'argent. Féminine elle aime se sentir femme, jolie et même féministe pour aller brûler les codes de cette société stéréotypée qui forcer les femmes à avoir des enfants, fonder une famille et toutes ses choses bien pensantes l'ennuient pour tenter de se concentrer sur elle même, sans réussir à être égoïste bien longtemps avec dans se blesser pour défendre les gens.

Captive Andromache Ø Douce, ô douce enveloppe protectrice. L'inquiétude et sa sa sensibilité en font une amie protectrice et loyale qui n'hésitera pas un instant à se mettre en danger pour protéger de la douleur ce à qui elle tient. La lavandière se définit par son côté attentionné et intègre en amitié. Confiance difficilement accordée mais fidélité estampillée pour être garanti pour toujours et à jamais.

Badly chained Prométhée Ø
Enfant des questionnements, elles emplissent son esprit, la dévorent corrosive pour cet être déterminé qui ne renonce jamais et s'enfonce dans un univers où l'idée de cesser équivaut à un défaite, tout s'obtient lorsqu'on est suffisamment travailleuse. Les humains l'intéressent, la magie et les sciences la passionne. Comprendre les causes, l'origine des choses et découvrir. Transcender l'humain, découvrir les réponses et trouver des solutions à ses malédictions, tout en restant lucide sur sa nature et ses chances.

Faded Didon Ø Elle aurait aimé la liberté mais sous les coups, son esprit est devenu rigide, coincé par la menace de cette lune qui l'empêche de s'ouvrir. Le cœur en sautoir mais l'armure toujours bien mise, vérifiant sans cesse que la faiblesse ne prend pas trop de part sur son visage, sur ses mains qui pourraient tremblaient. Enfant solaire, toute son existence est voué à la lune ce qui la rend introvertie malgré un naturel joyeux délavé par les souffrances.

The hindered Artemis Ø La nature la clame, la détend dans ses moments poussant la demoiselle dans les forêts « ne t'inquiète pas mon petit chevreuil, on va te soigner » éprise de ses créatures dont elle était bien moins sensible aux souffrances. Souvent elle se promène en forêt, travaille adossée à une arbre et laisse son pragmatisme se développait loin des douleurs physiques qui l'assaillent. Ici, elle est bien moins abrupte et laisse sa méfiance toute animale de côté pour ne rester qu'insoumise et fière.

The prophetic flower of Baldr Ø Lavandière de nuit, voilà un seul mot qui est là pour définir l'intransigeante demoiselle. Sa malédiction a forgé et définit son caractère la rendant très solitaire et surtout là pour ne pas en parler, secrète dans son âme entre l'abandon de ses parents et surtout cette malédiction. Dont elle déteste parler dans ses états d'âme et qui l'obsède dans ses errements et ses pressentiments où le danger risque de lui arriver. Le risque et la mort font partis de son quotidien et elle les pressens avec ce petit danger de l'élève maladroit qui passe à son côté aux véritables drames.

The box enters open of Pandora Ø Tout est dans le contrôle, cette carapace qui laisse passer quelques amis et maintient farouchement la distance qui pourrait se réduire. Mais parfois, elle se brise pour ne laisser qu'une enfant en larmes avec ses crises d'angoisse, ses phobies et sa faiblesse exposés, presque toute sa personne écorchée. Il arrive parfois que les larmes quittent ses yeux pour dévaler les flancs de ses joues dans un élan de faiblesse qui ne lui ressemble pas vraiment mais laisse voir le béant de ses déchirures sans réussir à correctement refermer la boîte ouverte.

Genie in a bottle: Chang'e


Extrait d'un cahier de pensées et recherches de Gabrielle Duchemin

Nom :Chang'e
Catégorisation : Djinn, accointance avec l'eau et l'air comme élément primordiaux
Première apparition effective : Il y a environ 2000 ans par un prêtre pour réaliser des miracles et construire un temple
Première apparition notable: 1360 dans une salle secrète de la secte du lotus blanc, invoqué par Ming Hongwu (Premier empereur de la dynastie Ming ; Connu pour sa popularité auprès de la population en interdisant les exactions de ses troupes ; Cause avec l'aide de Chang'e la chute de la dynastie des Yuan en Chine ; met en place une autocratie, signe d'un régime très sévère ; décrit comme paranoïque, il a éliminé au fur et à mesure de son règne la majorité de ses anciens alliés politiques ; a fait éliminé, sur conseil de Chang'e pour la conservation de l'ordre, une partie de ses généraux et responsables de police politique pour graisser la succession avec un ajout du droit d'aînesse)
Origine du nom(嫦娥) : vient d'un personnage de la mythologique chinoise, épouse du dieu-archer Houyi. Après avoir avalé un élixir d'immortalité, elle s'échappe vers la lune dont elle ne revient pas. (encore cette putain de lune) Vit dans un palais de jade nommé Vaste froidure. Référence à un palais construit pas Chnag'e sur Terre.
Apparence : Lorsque la place le permet ou la situation le nécessite un dragon, représenté selon les critères chinois, modèle du signe zoologique. Le reste du temps, il se présente sous la forme de la Cha,g'e, une belle femme en tenue traditionnelle parfois semblable à celle de Cixi, toujours sous l'apparence de la fille de Hongwu : Ning kuo de son vrai nom Chu Ku
Faits notables : fut aussi le djinn de Li Shangyin, poète célèbre du IXème siècle ; a aidé à la construction de la muraille de Chine ; fit parti de la célèbre expédition de Zheng He dont il était le djinn ; djinn de Cixi : Chang'e aide soutenir le mouvement d'amélioration technique et militaire ; responsable de son despotisme et fer de lance des manœuvres politiques de Cixi pour éloigner les responsables ; Chang'e fut invoqué dès que Cixi fut choisi comme concubine royale
Caractère : connu pour être un djinn qui est pour l'échange équivalant, il est toujours là pour calculer la perte et le gain d'un point de vue purement théorique. Aime l'ordre plus que tout et le maintien quel qu'en soit le prix. Solitaire. Assez charismatique, consciencieux et cynique. Il aime être distingué et présente des aspects machiavéliques et manipulateurs lorsqu'il s'agit de maintenir l'ordre. Peu porté sur l'attention aux autres, il est froid pour ne pas dire fourbe. S'il avait été un humain, on l'aurait qualifié de sociopathe.
Relations : Plus que correcte. Chang'e ne me déteste pas, ayant plutôt tendance à m'apprécier et me convaincre que cet ordre du monde valait la peine et le prix. Pas encore fait. Il a dit qu'il aurait pu tomber sur pire. Aime étudier ma malédiction. Bonne relation même si j'évite de trop l'invoquer, brise bien la solitude.
Réaction de Chang'e à la mise en objet : Bonne, étonnamment bonne. Pour lui cela allait dans l'ordre des choses et il s'attendait à une évolution aussi de la part des djinns dans les invocations ou les résistances. Il était logique que la domination s'accentue, en limitant les risques pour le fort. Tant que cet ordre était maintenu, les prix payés lui importés peu voire pas du tout.

Récit de la première invocation :

Les mains tremblaient lorsque le romarin était réparti autour du pentacle avec soin et précision. Rigueur toute scientifique qui avait bien regardé les effets, préparant avec soin les herbes nécessaires, dessinant délicatement les deux pentacles sans mettre un seul grain à côté. Les recherches sont faites, les mains couvertes de la poudre blanche des craies ne tremblent presque pas lorsque Gabrielle se relève. Bien ! Tout devrait bien aller. Tout devrait bien aller... N'est-ce pas ? Alors pourquoi son ventre se tordait dans un mauvais pressentiment. Son don de lavandière lui hurlait un risque, pas grave mais rien de précis. Une sensation tenace qui lui empoisonner l'esprit. Une inspiration, une expiration et son cœur déjà se calmait et l'impression reculait. Mieux ! Le contour du cercle fut soigneusement enjambé, le nom du djinn noté. Il était lointain, plutôt invoqué en Chine donc aucun risque qu'il ne connaisse son prénom. Les chance étaient même raisonnables qu'il ne sache pas ce qu'est une lavandière. Les doigts croisaient dans le dos pour que sa prière réussisse. Les mots de la formule font frissonner Gabrielle par l'énorme puissance qu'elle en ressent, bien plus que ses propres capacités. Derrière ce rituel se cachait des puissances qui ne se dévoilait qu'aux sensibilités les plus poussées.

Non... L'ordre si parfait de l'Autre-Lieu commençait à se déliter. Toute ton essence était entraînée, tirée de ce cocon chaud de mélange et de partage. La tranquillité de l'Autre-Lieu allait te manquer dans le monde terrestre avec ses stupides humains incapables de maintenir par eux même l'ordre du monde. Insupportable, tu devais toujours te fatiguer à équilibrer leur stupidité et les ordres inconséquents de tes maîtres. Tu résistes un peu quand même pour profiter encore un instant de ta maison et du partage. Dans cet autre lieu, ceux avec qui ton essence se mélangeait n'avait pas la plus grande des sympathies à ton égard. Une histoire de morts, de soutien à des maîtres dans une optique pure et froide. Si ce maître te veut, il n'a qu'à s'épuiser à la tâche et perdre ses facultés de reflexions. Malheureusement pour toi, l'appel se fait de plus en plus douloureux, de plus en plus incoercible. Tu sens ton essence se déchirer de plus en plus. Apparemment, tu ne pourras pas te dérober à cette invocation. Dommage... Il ne te reste plus qu'à guetter chaque maladresse pour maintenir l'ordre et la rigueur.
Quel cercle parfait. Quelle petite chose fragile tu as en face de toi, avec ces mains qui tremblent et son regard pleins d'éclats de faiblesse. Le dragon, que tu es, laisse échapper un peu de flammes qui vont rejoindre la fumée que tu fais apparaître en laissant tes griffes de jade crissaient sur le sol. Cercle plus que correct, parfait. Une rigueur appréciable.


C'est bon, Chang'e est là, tu sens encore ton cœur qui commence à se ralentir, ta malédiction ne pressent pas de douleur, c'est que devrait bien se passer, n'est-ce pas ? Même si Tante Lucrèce avait défendu que tu invoques un djinn avant tes onze ans, tu n'en as eu rien à faire. Evangéline avait déjà choisi le sien et devait l'invoquer la semaine prochaine. Aucune raison que l'attente dure plus longtemps, elle n'était pas bien plus âgée que Gabrielle. Encore une profonde inspiration et les yeux de la petite poupée blonde se levèrent pour ne découvrir que des musculations puissantes. Encore un peu pour ne voir que des articulations. Encore beaucoup pour trouver un visage de dragon et de profonds yeux verts. « Je te somme de m'obéir Chang'e, par la puissances des formules convoquées et des herbes placées ». Un peu ampoulé, chaque mot était répété et articulé syllabe après syllabe comme indiqué dans le manuel.

Tu fixes la petite chose qui se trouve en face de toi, une minuscule blonde -chose déjà étonnante ils ont tous de longs cheveux noirs de là d'où tu tiens tes moments terrestres- avec des yeux sapins là où ils devraient être noirs. Impossible. Et puis malgré ces étonnantes différences morphologiques, elle devait avoir 8 ans. Une chance que tu parles cette langue dû à la présence d'un ambassadeur français, cela remonte cependant.« Ce n'est pas dans l'ordre des choses. Comment as-tu pu m'invoquer petite ? » Aucun ton méprisant, une simple réflexion. Tu t'étonnes du chamboulement de l'ordre des choses, l'harmonie veut-elle vraiment que des enfants invoque des créatures aussi dangereuses ? Tu ne le pensais pas et de sûreté, tu redeviens sous une forme plus conventionnelle de belle femme chinoise. Un oh d'étonnement se laissa apparaître dans l'air concentré de l'enfant. Qui en plus d'être précoce avait une aura étrange, celle d'une sorcière c'est une évidence mais le dernier niveau de vision laissé apparaître des variations étranges.

Les paupières de Gabrielle rendirent la transmittance de la lumière à zéro, pour découvrir en se ré-ouvrant une magnifique femme avec ces traits fins, son regard si sombre que la nageuse rêvait d'y plonger et sa tenue si riche. Impérieuse, majestueuse mais infiniment dangereuse, froide. La peur remontait un peu mais rien qui ne fut incontrôlable, si attaque il y avait dû avoir, elle aurait déjà eu lieu. N'est-ce pas ? « Le gouvernement français a décidé qu'il faudrait faire ça jeune, vers 10 ans. »Chang'e le fixait d'un regard inquisiteur. Un léger sourire se dessina sur les lèvres du djinn qui parla d'une voix envoûtante et féminine. « Soit tu es une toute petite chose soit tu fais toute petite chose. Quelque soit la bonne proposition, le gouvernement français est composé abêtis. » La logique rationnelle plaisait à la petite. Aucun sentiment et uniquement de la froide analyse. Pas de mépris ou de critique à son encontre. «J'ai un ordre auquel tu dois te soumettre » Une inspirastion pour se donner du courage et une anticipation « Blesse-toi, coupe toi à l'aide d'une lame ou inflige toi une douleur physique ressentie par ton essence comme un équivalent des douleurs physiques des humains. ». Accumulation de termes pour éviter les déformations. Les djinns étaient trop fins pour laisser de la place au hasard.

Intéressant. Tu étais exigeant, très exigeant, toi qui avait guidé des sorciers parmi les plus grands, trompé pour garantir l'ordre. Tu avais ce tempérament glacial des professeurs sévères dont les méthodes ont fait leurs preuves maintes et maintes fois pour cet ordre. Les moins que rien n'étaient pas pour toi et tu ne comprenais pas cette logique. « Souhaites-tu simplement me blesser ? ». La petite avait-elle une haine profonde contre les djinns ? Ce serait décevant. Aimait-elle voir souffrir gratuitement ? Cela irait complètement à l'encontre de l'agencement du monde. « Obéis-simplement. » Le tremblement contrôlé dans la voix. Soit. Une légère détonation fut envoyé contre le bras blanc, laissant un faux sang sortir de la plaie.


Elle n'avait ressenti aucune douleur, absolument rien ! Plus assurée, Gabrielle se replaça correctement au centre du cercle. Sa malédiction n'avait pas eu lieu. Parce que c'était un djinn ou qu'elle n'en avait rien à faire de lui. En tout cas, c'était pour le mieux. Rationnel et tout. Ouf. « Bien ! Tu seras mon allié-e- et mon djinn pour toujours maintenant ! » Un sourire lumineux ombra le visage de la petite lavandière de nuit qui n'avait pas très envie de changer de djinn. « Jusqu'à ta mort tout au mieux, tu ne seras pas éternelle. C'est impossible. »


Pseudo: EligosAge: La majorité wesh ! Où avez-vu connu DJ? Un pégase est venu me chercher une nuit dans mes rêves pour venir m'amener dans un rêve encore mieux Autres comptes? Absolument pas Siffle L'amoureuse de l'absolu complètement destructriceUne remarque ? Ce forum est moche puis les membres sont pas gentils d'abord Un mot pour la fin ? Oh Écoutez-Moi Camarade/Laisse tomber cette fille/Tu m'entends/Elle va te rendre malade/Et tu vas souffrir longtemps

Djinn Jinxed


Young God
And I've been sitting at the bottom of a swimming pool
For a while now, drowning my thoughts out, the sounds by Wiise


Dernière édition par T. Gabrielle Duchemin le Dim 20 Nov - 20:30, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiemes
T. Gabrielle Duchemin
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1389-gabrielle-duchemin-rava
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 408
Date d'inscription : 11/11/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Ven 11 Nov - 17:41


Échos d'une fin annoncée
“Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse.”



Le vent faisait voltiger les arbres avec violence, les flocons de neige se menaient une lutte sans fin, se battant persuadés de leur liberté dans cette lutte, là où ils n'étaient que forcés par cette force supérieure et vectorielle qui les entraîner dans la bataille. Un homme marchait. Seul sous le ciel dévasté par les nuages auxquels ils ne manquaient que l'odeur de soufre pour rendre ce ciel dévasté semblable à l'ouverture d'une porte de l'enfer. Le regard bleu de l'homme se leva vers le ciel, comme les étoiles qui brillaient habituellement sur cette toile lui manquait. Il aime ces perles cousus au ciel et signe du temps anciens des héros et dieux. Appeler sa chère fille Artémis aurait été une joie, mais il n'en avait pas été question, le souvenir de la réaction de son aimée fit affleurer un souvenir de sourire. Le froid faisait frissonner le nourrisson paisiblement plongé dans les bras de Morphée après l'action si rapide du Marchand de Sable. Il fallait au moins cette réunion pour que le froid glacial ne la réveille pas. Quelle mauvaise idée de naître en un jour si froid de novembre. Le cœur de l'homme semblait prendre de plus en plus de place dans sa cage thoracique, il ne voulait pas l'abandonner. Il ne voulait pas rater son innocence d'enfant. Il ne voulait pas abdiquer et qu'elle grandisse seule. Il ne voulait pas. Mais le temps des choix était passé depuis déjà longtemps et aujourd'hui il pouvait simplement se promettre d'un jour la retrouver. Choisir, c'est renoncer à d'autres futurs.
Le lettre dans sa poche le brûlait, il n'avait pas pu y mettre un seule mot, seule sa mie avait osé écrire quelques mots et les phrases dans son esprit tournaient : « Jamais la vie n'a tant ressemblé à mes chers montagnes, monter tout en haut et descendre après plus bas que terre » ; « Le soleil m'a offert un cadeau moi qui suis soumise à la lune et déjà je me suis brûlée devant la violence de mon soleil d'hiver » ; « Ô ma douce enfant, comme te laisser affronter seul ton fardeau m'effraie ». Quelques lignes griffonnées avant que sa Bérénice ne se mette à hurler, accompagnée par sa petite Théodora.
Jamais ses parents ne l'auraient accepté. Un serment inviolable le liait à d'autres chemins et les larmes se mirent à rouler sur ses joues, gelant dans le froid à l'idée de perdre femme et fille en une seule nuit. « -Voilà Lucrèce, je te confie Théodora. » Bérénice adorait Lucrèce. Lucrèce adorait Bérénice. Il n'avait jamais pu la blairer vraiment. « -Tu as déjà détourné Lucrèce du bon chemin, il te fallait bien revenir à la raison un jour. » Un bout de femme de 21 ans qui le défiait de tout son regard vert si semblable à celui de la femme qu'il avait aimé et qui avait aimé la vie à en crever. « -Adieu ma chérie, je reviendrais te chercher. » Un sourcil dubitatif se leva sur le visage juvénile de Bérénice pour souligner son regard froid à geler Jupiter « -Oublie cette idée. » Un dernier baiser et il transplanat.


Lettre de Gabrielle Duchemin à sa mère, Lucrèce Duchemin


Maman,


Encore un matin,
Encore un matin qui débute après une nuit d'insomnie. C'est un matin ordinaire, semblable à tous ceux qui habitent mon existence. Ils défilent. Je prends un café allongé sans lequel je ne tiens pas. Accoudée à la fenêtre, j’observe la ville… Doucement, elle s’éveille. Éblouie par la clarté, peinant à faire surface, je pense à toi. Une fois encore, j’ai ouvert mes yeux sur l’aube d’un nouveau jour…

J'avais prévu des dizaines de débuts de lettre, j'ai dû choisir le plus niais. On va commencer par le plus simple : comment vas-tu ? J'espère que tu vas bien. J'aime à le croire. Et aussi à croire que tu vas me répondre.

Aujourd'hui, je vais être égoïste et ne parler que de moi. Te raconter ma vie, les statistiques jouent en ma faveur, tu devrais t'y intéresser. Je peux t'appeler maman ? La logique voudrait que tu sois surtout ma génitrice et que je considère tante Lucrèce comme ma mère. Je ne peux pas. Lucrèce s'occupe de moi avec tout le confort matériel qu'elle peut m'offrir. Parfois absente comme aujourd'hui pour cause de son travail de briseuse de sorts pour le compte de la banque française. J'ai appris récemment qu'elle avait longtemps rêvé d'être médicomage, je ne comprends pas qu'elle ne soit pas allée au bout. Elle en a les capacités, la difficulté de supporter tant de douleurs.

J'imagine que tu veux des nouvelles de Tante Lucrèce , autant le faire maintenant. Une vieille voisine du nom de Mamie Victoria m'a raconté que tu avais toujours été la dose de joie de sa vie, sa moitié et celle qui l'entraînait loin de son caractère hiémal. C'est fini. Elle est devenue plutôt rigide sinon coincée du cul. Je crois que ta disparition de sa vie lui a fait énormément de mal. Comme une trahison qui la anesthésiait, refusant de souffrir à nouveau. Elle refuse même de me dire si tu es morte ! Je ne connais que des éléments de votre enfance, parfois je me promène pour refaire les mêmes ballades dans les rues de Monaco.
Rien de vous ne transparaît. Je ne parle pas de mon géniteur, je sais simplement qu'il vient du Canada et les informations de ta lettre... Comme je la chéris cette lettre, mon bien le plus précieux.  Mais toi, je n'ai aucune information après ta rencontre avec lui. Rien et ses yeux s'embuent lorsqu'elle tente de laisser quelques mots s'échappaient autour d'un café.
Oui, Lucrèce s'occupe bien de moi. Mais elle est dure, tellement rigide. Je peux te lister ses conseils répétés sans cesse et sans cesse, appliqués à la lettre :
1. Ne montrer aucune faiblesse
2. Méfie-toi de tes amies, encore plus que de tes ennemies
3. N'ai jamais d'autre maître que toi-même
4. Ne dévoile jamais tes secrets
5. Et surtout, surtout je t'en prie : N'ai aucun amour

Chaque nuit, cette liste de conseils m'obstine. Certains plus que d'autres, Lucrèce dit que l'amour t'a perdue, je veux bien la croire. Néanmoins, mon cœur s'emballe souvent seul avec une libération de dopamine et autres endorphines bien trop fréquente. En dehors de l'absence de baisser les yeux qui arrivent parfois, je les suis tous. Parfois, je me dis que je les abhorre, ils sont appliqués à la lettre.
Je ne jouais que dans l'eau et là-bas j'en étais la reine, un royaume d'isolement, c'est bien ce qui est nécessaire selon les préceptes de Lucrèce. Le seul endroit où le vent qui hurle moi peut se laisser un peu aller. Les gens ne doivent pas voir, pas savoir si tu ne veux pas choir. Sois la toujours fille que tu as toujours dû être. Ne ressens rien. Dissimule. J'ai ces peurs en moi qui me contrôle. Elles n'ont jamais eu ce pouvoir avec toi, tu as laissé la tempête enragée. Ça doit être si bien de tester les limites, de les dépasser. Il n'y aurait pas de bien et de mal, juste la vie. Ce minuscule instant de vie qui nie la mort, aussi insignifiant soit-il. J'aimerais y croire plus souvent. J'aimerais pouvoir refuser tout net d'aller sous terre parce qu'on vient m'annoncer que la mort approche. Parce que j'ai annoncé que la mort approche.

Il y avait bien Évangéline qui avait su me tirer de là. Mère venue de l'Algérie toute proche, père de la bourgeoisie monégasque. Ses origines en faisaient un modèle de tolérance et d'ouverture. Mais surtout, je me m'amusais. Heureuses, ensemble, on s'évadait. Des jeux faits d'imagination, de ballade en nature et de magie. Nos rêves pouvaient se réaliser. On pouvait tuer nos peurs. Je ne l'ai compris qu'après mais ensemble on se sentait invincibles. Ce qui est plutôt impossible quand une malédiction fait sentir chaque danger. Eve donnait sans recevoir, elle aimait sans attendre en retour. Elle aimait l'orange, l'humour douteux, la danse dont je jouais la musique. Elle disait souvent : "sérieux ?" ; "je peux poser une question ?" ; "on peut" et occupait à elle seule la moitié de l'espace sonore. Une lumière, même si c'est cliché. Après tout, ils se nourrissent de la réalité.
En réalité, je repousse ce que je veux te confier Maman. C'est l'âme gorgée d'émotions que je me penche et m'épanche sur cette lettre. Evangéline est morte, emmenée par ma mélopée funèbre sans que je puisse rien faire. Le pont a cédé pendant l'orage parce que les torrents de boue ont rendus les fondations inefficientes. L'eau que j'aimais a été la cause de sa chute. Ce n'est pas la noyade qui la tuée, c'est l'hypothermie. C'est dit, elle est morte. Et mon don,ce putain de don, ne m'a pas aidé à la sauver Maman.

Et sans Luciano je serais morte. Je me serai perdue dans les ténèbres. Il avait perdu son Asphodèle, sa jolie capitaine blonde qui devait l'emmener avec elle dans un bateau et loin des pressions d'une Cour aux exigences qu'il n'atteignait pas à leurs goûts. J'avais perdu Eve, je me trouvais terrifiée par l'eau. Par l'idée d'attachement aussi. Jamais autant qu'à cette époque je n'ai appliqué aussi soigneusement les préceptes de Lucrèce. Ces putains de préceptes qui restent mon credo. Et Luciano mon messie. Il dirait sans doute que j'exagère avant de me rassurer. Il était si introverti, j'étais tellement sûre de ma solitude. Rien ne pouvait nous pousser ensemble. Mais on était deux âmes un peu perdus dans le grand bleu, il m'a appris à nager. On a grandi ensemble, je connais son amour du jeu, ses pensées pessimistes, sa fidélité et la douce tendresse. Je ne vais pas dire que c'est mon frère, c'est mon semblable. Luciano m'accompagne les dimanches dans mes lessives -au grand désarroi de Lucrèce- et me rassure lorsque je n'arrive plus à ne plus rien ressentir ou à dissimuler comme je le devrais Maman. Ses bras se referment autour de moi. Comme les miens se sont refermés autour de lui quand il a perdu Hana. Hana, sa belle Hana, sa poupée à qui il donnait la visibilité et qui lui apportait bien plus que les gens ne pouvaient le voir. Je ne pouvais que serrer mes bras, chantonner une berceuse. Je lui fais confiance, sa vie passerait avant la mienne. Sans aucun doute ! Maman, tu pourrais être effrayée de ces mots. Il ne faut pas ! Sois fière de cette force et n'y vois pas une quelconque idée de suicide très conne. Luciano m'a confié son secret. Je ne peux pas te le répéter, ce serait une belle connerie.

Malgré la présence de Luciano, j'ai grandi comme une enfant solitaire mais plutôt joyeuse, adorable selon Mamie Victoria. La solitude ne m'a pas poussé vers les livres mais plutôt vers les sciences, les ballades en nature et la mer. J'aime la mer et ses secrets enfouis, j'aime nager. Grâce à lui. Jouer de la musique, même si ce n'est qu'une mécanique sans âme, apprise sous la contrainte. Et patiner, la glace - simple autre assemblage des molécules de l'eau, j'ai lu ça dans un livre moldu- m'a séduite aussi. Puis la nature, être à sa place au milieu des animaux. Il y a ce calme, cette sérénité. Je ne peux, ne pourrais pas vraiment m'en passer je crois.

La science est une histoire sans fin, le but n'est pas de savoir où est le bien, où est le mal, si x a raison ou bien si c'est plutôt y qui penche pour la bonne théorie. Le but est de garder un doute raisonnable en toute chose et toute théorie. Le but est de ne jamais se reposer sur ses acquis. Le but est de progresser ! L'intérêt n'est pas de prouver que j'ai raison. C'est flatteur pour mon égo mais il n'a pas la capacité de répondre à mes questions. Et si tu savais comme j'en ai. Des petites, égoïstes et auto-centrées mais surtout des grandes. C'est celles là que je veux chercher. Bérénice m'a dit que tu aimais la vie, sans chercher à comprendre. Tu as aimé entièrement, en donnant tout sans rien prendre. Tu l'as bourrée de coup de poings cette vie, tu l'as vécue et emmerdée. J'aime bien trop comprendre pour me contenter de donner sans prendre. Mieux vaut se tromper et remettre en cause ces idéaux que de rester bloquer dessus.
Bérénice dit que j'ai deux visages, un pour la science et l'autre le reste du temps. J'aurais aimé ton avis Maman. Mais cette lettre, je ne sais pas où l'envoyer. Quel coin du globe ?

La science devait être ma certitude et si ça nourrit ma rigueur, cela laisse les doutes. Les plus déterministes, qui restent persuadés que tout est prédéterminé -malédiction qui me tendrait à penser la même chose-, regardent la route avant de traverser et prépare soigneusement leur voyage en cheminette. C'est humain. La vie est ce hasard, ce jeu de dès qui échappe aux contrôles. La nature même de la science est que toute thèse est provisoire n'étant qu'une simple hypothèse : rien ne pourra jamais la prouver. Un unique échec montrera par contre son impossibilité. Si un jour je trouve mon remède à certaines parts néfastes aux dons de lavandière, rien ne saura sûr. Cela ne m'empêchera pas de chercher. Et de continuer encore. Et encore. Chang'e tient à l'ordre du monde. De même, donc je cherche comment faire, ce désir de compréhension imprimé sur ma peau. C'est la meilleure justification à la poursuite de ma quête.

Lucrèce a sans doute été un exemple dans cette quête. Tu l'aimais, on ne s'entend pas. Mamie Victoria dit que c'est par un univers plein de rancœur. Et que je lui ressemble. Je me barre dès que j'entends ça. Belle connerie. Belle connasse sans cœur que je suis dès que la peur m'étreint. C'est possible qu'on se ressemble. J'aurais préféré te ressembler. Apparemment tu l'adorais, ça aurait été cool de m'expliquer. On est d'accord sur un point : tu me manques. J'ai même un petit chat noir avec des yeux tout bleus que j'ai appelé Bérénice. Non, je ne te compare pas avec un animal. Mais ça me fait du bien de t'avoir avec moi. Un peu...

Je ne crois pas être toujours quelqu'un de gentil. Oui, je devrais mener mes recherches sans blesser ni humain ni animaux, sous peine de ne pas mériter de découvrir plus de vérité. Je m'en fous parfois, trop intransigeante pour eux. Engoncée dans mes préceptes. Rarement, je pleure mes blessures mais je préfère moi qu'eux. Après tout il faut maîtriser la colère et les sentiments. J'ai l'habitude, ces dimanches où je nettoie avec les gentils attentions de Madeleine qui laisse toujours des gâteaux, me tient compagnie. Elle a des jolies formes. Des cheveux roux digne d'une sorcière et un cœur en pain d'épice à croquer.

La vie à BB, j'ai le droit de ne pas en parler ? Je suis très bien sans y penser trop puis si je te raconte tout maintenant, j'aurais moins de matières pour mes futurs lettres. Sache que j'ai des bonnes notes, je mange à ma faim et je me brosse bien les dents. Et j'ai peur. Alors je reste solitaire.

Sache que je t'aime. Sache que j'obéis bien à Bérénice. Sache que tu me manques. Sache que je vais bien.

Gabrielle, ta fille
Djinn Jinxed


Young God
And I've been sitting at the bottom of a swimming pool
For a while now, drowning my thoughts out, the sounds by Wiise


Dernière édition par T. Gabrielle Duchemin le Lun 21 Nov - 0:09, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Ven 11 Nov - 17:52

COUCOU C'EST MOI.  Al  Al
OK JE VOULAIS ÊTRE LA PREMIÈRE SUR TA FICHE.
PARCE QUE T'ES À MOI, MOUHAHAHAHA. Mdr Mdr Mdr

Sur cette preuve de grande maturité Mdr Mdr J'avais tellement hâte de voir ton nouveau personnage, je me demandais ce serait quoi, mais je suis tellement en amour, j'adore tout, du choix de l'avatar à sa personnalité. Sérieux, le personnage est mirifique, tu as pleins de belles idées et de l'or au bout des doigts, c'est sublime, sérieux, je peux pas. Moh Je comprends pourquoi tu voulais un lien avec Luciano parce que ça va être juste Han Han Han et avec Solène, ce sera Han Han Han , et avec tout le forum, ce sera Han Han Han . (omg Han Han )

Tu es mon idole, mon amour, tu écris merveilleusement bien, je t'aime, merci de me supporter, je suis trop trop trop enthousiaste de te revoir avec un nouveau visage, tu es le monstre le plus moche au monde, tu vas faire des merveilles. Chou Chou ET PUIS LE DJINN CHINOIS, EST-CE QU'ON PARLE DU DJINN CHINOIS. Faint Faint



LOVE YOU TO THE MOON AND BACK, REBIENVENUE CHEZ TOI, DEUXIÈME VENTRICULE DE MON PETIT COEUR, DFJSIOFJSIOFJSIFDS. :apo: :apo: :apo: :apo:


Dernière édition par F. Luciano Grimaldi le Ven 11 Nov - 18:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Ven 11 Nov - 17:57

Citation :
Ce forum est moche puis les membres sont pas gentils d'abord
Je confirme, ce sont les pires ! Wut

(rebienvenue ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Sam 12 Nov - 15:45

GABRIELLE FAIT PEUR DANS TA SIGNATURE !!! Sad
Rebienvenue à la maison ma chouquette ! :apo: Je ne l'ai pas du tout vu venir, ce DC, mais je suis super contente que tu aies cédé à la tentation toi aussi Weh Et pour une lavandière OMG OMG OMG Han :apo: J'adore cette particularité et j'ai terriblement hâte de voir ce que tu vas en faire en jeu Brille Le contenu de la fiche est déjà impressionnant (et ce Djinn Omg) donc je n'ai plus qu'à te souhaiter une bonne validation, je crois Mdr

DES MAMOURS !! Fan
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Sam 12 Nov - 16:51

Ouiiiiiii ta lavandière ! Han Han Han
J'adore ce don et je suis trop contente que quelqu'un le joue ! Avec un visage si doux en plus Whoo Même si la pauvre a l'air d'en avoir reçu plein la figure Sad (les conseils de la tante omg on dirait le jour le plus froid du monde Naon )
Sinon la Filière Scientifique ouiiii ! Il faudra que Gaby vienne en cours de zoologie comme ça Garrus pourra examiner cette petite lavandière Huhu  Yeah
Rebienvenue avec ta nouvelle bonhomme! Weh
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Dim 13 Nov - 9:53

Les lavandières c'est très mignons et poétiques et terribles avec leurs cris là Herp Amuse toi tout plein avec ton dc :apo: et bonne chance pour la fin de la fiche Yeah - il manque peu ça devrait aller Mdr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiemes
T. Gabrielle Duchemin
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1389-gabrielle-duchemin-rava
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 408
Date d'inscription : 11/11/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Dim 13 Nov - 12:19

Lulu + Mais je veux bien être à toi moi Jean Al

Venant de ta part, tous ses compliments font encore plus plaisir, surtout que ma petite Gaby te plaise Brille je réserve mes liens et mon rp's in love
Merci ma beauté :apo:

Lio + Surtout toi Grumpy merci Pelle

Apo + Tu es trop bonne Potté Potté j'avoue que c'est la particularité qui m'a fait chuté Yeah merci et faut pas vous décevoir maintenant Heart

Lou + la tante va trèèèèès bien aussi mais oui j'ai un peu sorti les dramas Euh Et elle aime la nature, tu la verras en zoologie Chou

Mat + J'aurais dû la faire rousse pour qu'elle soit encore plus diabolique Yeah

Merci, je vais essayer de me dépêcher Drague


Young God
And I've been sitting at the bottom of a swimming pool
For a while now, drowning my thoughts out, the sounds by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦  Joueur numéro 2 de polo ailé de la saison Aestas
R. Léonardo Grimaldi
Admin ¦ Joueur numéro 2 de polo ailé de la saison Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1642
Date d'inscription : 06/08/2015
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Lun 14 Nov - 10:32

REBIENVENUUUUUUE Al Al

Mais c'est que c'est quasiment fini tout ça ? Gnoe Olalah, trop hâte de la voir en oeuvre cette petite, vraiment, vraiment, vraiment Hihi Han

As usual, bon courage pour les ptits détails, et si tu as la moindre question tmtc, on est là Mdr Al



no, nothing else matters ♦ Never cared for what they do, never cared for what they know, but I know. I never opened myself this way, life is ours, we live it our way, all these words I don't just say, nothing else matters (c) P!A

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Capitaine de polo ailé de la saison Aestas
G. Benjamin Urrutiasakona
Capitaine de polo ailé de la saison Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1212-ben-make-me-your-villai
Identité magique
Who wears the crown ? : I fell apart many times. so. what does that say about me besides i live through wars.
Messages : 596
Date d'inscription : 25/08/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Lun 21 Nov - 0:14

Courage pour ton DC, miss ! Hem
Tu connais la maison depuis le temps hein, donc je ne te souhaite pas de te plaire ici. ON SAIT TOUS QUE C'EST LE CAS ! SemAl Amuse toi bien avec ta petite ! Heart


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Présidente du Club de Tennis
C. Alice Orgezec
Présidente du Club de Tennis
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1289
Date d'inscription : 05/11/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Mar 22 Nov - 7:48

Choupinettttte :apo: . Roh il est beau ce DCCCC Brille je vois que tu as craqué aussi, c'est bien, c'est bien bien bien, je me sens moins seule Hihi
En tout cas, je suis juste Bave de cette description de Djinn, juste j'adore, j'adhère, et j'ai hate d'avoir la suite. (ouaiiiis t'as vu je floode de bon matin, c'est-y pas beau ca Hihi )





Je veux la gloire à mes genoux
Je veux le monde ou rien du tout
Pas les menus plaisirs,
pas les petits désirs, les privilèges
Je veux les clés de l’amour fou
Je veux la corde à votre cou
Pas les menus plaisirs,
pas les petits sourires, les sortilèges
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Beauxbâtons
La Directrice
Beauxbâtons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 439
Date d'inscription : 06/08/2015
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots   Dim 27 Nov - 15:21


Petit flocon de neige qui virevolte au gré du vent et se dépose avec douceur sur le sol gelé. Loyale à la fraicheur, la jeune fille est pourtant brisée de l'intérieur, et les petits cristaux de glace ont bien du mal à se ressouder.
Bienvenuuuuuuuuuue chez les hiemes ! Chou
Veuillez recevoir nos plus sincères félicitations pour votre sélection parmi les  HIEMES ! Vous voici à présent un(e) sorcier-ière à part entière de cette prestigieuse Académie et en tant que tel(le), nous vous invitons à transmettre et vérifier vos données personnelles dans les différents registres des listings. Cette section vous offrira également la possibilité de déposer des candidatures afin d'espérer décrocher un poste à responsabilité parmi les Maîtres et Délégués au sein de cet établissement ou encore de vous faire connaître de ses résidents en tant que joueur de Polo ailé. A savoir qu'il est toutefois toujours plus judicieux de participer quelque peu à la vie scolaire avant d'en faire la demande. Si cette fiche n'est pas la première, merci de bien vouloir référencer votre double compte en remplissant ce parchemin de votre plus belle plume. Avant de débuter le Rôle Play, n'hésitez pas à vous référer aux Points Cardinaux pour y inaugurer au Nord une Fiche de Personnage rassemblant à la fois les différents liens à nouer au cours de cette scolarité ainsi qu'une liste des récits qui en ponctueront l'aventure. L'Ouest regroupe les Bulletins des étudiants et la respectabilité des enseignants qui sont à consulter et compléter. Toutes les demandes et requêtes particulières seront à formuler à l'Est. Le Sud, quant à lui, vous informera sur toutes les spécificités que les points de vote et de RP ont à offrir dans le jeu. Sur ces quelques mots, il ne vous reste à présent plus qu'à explorer cette majestueuse bâtisse pour que la magie puisse opérer !
Revenir en haut Aller en bas
 

Gabrielle Duchemin - Ravale donc ta rengaine, ravale donc tes sanglots

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Cadran des Saisons :: Bienvenue à Beauxbâtons-