Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Le monde magique se trouve au mois de mai 1971 et est en pleine effervescence !
Classe aisée
Temporairement, le rang social de la Bourgeoisie a été rouvert pour les inventés.
Merci de prendre en compte que les places y sont toutefois limitées
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 A. Scipio Vespucci

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiemes
A. Scipio Vespucci
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1902-a-scipio-vespucci
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 17
Date d'inscription : 01/05/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 13:00


Andrea Scipio Vespucci
feat. Tyler Blackburn

Nom: Vespucci Prénom de naissance: Andrea. Dès fois j’oublie que c’est mon vrai prénom. Prénom d'usage: Scipio. Il parait que c’est le nom d’un ancien général romain. Mais ma mère trouvait juste ça joli parce qu’elle l’avait lu dans un roman. Et mon père lui, n’a pas eu son mot à dire (c’est un peu ma mère qui porte la culotte à la maison). Comme Scipio c’est joli, mais un peu dur à prononcer quand même, tout le monde m’appelle Scip’. Généalogie: Chez les Vespucci,  pas de titre, pas de propriétés luxueuses accompagnées de résidences secondaires, et pas de domestiques. Pas d’accent snob ni de jolies phrases tournées en métaphores et autres oxymores. Mon père est un sang mêlé, anciennement guérisseur en chef et fraîchement à la retraite. Ma mère est une guérisseur né moldue. Italiens de naissance, ils se sont installés en France après leurs études. Mais comme leur travail les occupait beaucoup, j’ai surtout été élevé par mes grands-parents. Mamie Vespucci m’a transmis la passion de la littérature et des arts, et Papi Vespucci celle de la fascination des animaux magiques. Du côté de ma mère, ma grand-mère est restée à Florence et je n’ai pas connu mon grand-père qui était chirurgien. Vous sentez venir la famille de médecins ? Nationalité: Française avec des origines italiennes qui me trahissent surtout (je veux dire, encore plus que pour mon nom) lorsque je m’énerve. Parce que je jure en italien. Lieu et date de naissance: le 25 octobre 1948 à Nice. Ma mère aime bien me rappeler que je l’ai faite souffrir pendant douze heures de travail. Et que cela fait 22 ans qu’elle me supporte (avec amour). Statut: Je suis d'une famille modeste et je n'ai jamais manqué de rien. Sinon, je fais tellement partie des murs que je ne pense pas que les gens remarquent mon existence. Et étant donné l'empoté social un peu trop perché sur les bords que je suis, ce n'est pas étonnant que je n'ai pas beaucoup d’amis et que ma vie sentimentale soit un tel désert que j’en sache plus sur la vie des nobles célébrités de BeauxBâtons que sur moi-même. Nature du sang: Sang mêlé. Je ne m’en étais jamais soucié jusqu’à ce que toutes ces histoires de sang pur reviennent.  Etudes/Profession: En première année de BRIO ! *applause* Non mais en fait sérieusement je ne sais pas comment j’ai fait pour en arriver là. Je ne sais pas ce que je fais la moitié du temps, et je fais juste semblant de savoir des trucs en hochant la tête avec un air sérieux. A la base, je voulais prendre la filière Arts et Lettres pour faire euh… je ne sais pas encore. Mais quand j’ai vu les mines effarées de mes parents et que la médecine ça faisait partie du package familial… J’ai pas trop eu le choix en fait. Voilà comment je me suis retrouvé en filière de médecine magique. Peut-être que toutes ces heures passées à jouer à Docteur Maboul avec mes paternels auraient dû me mettre un peu plus la puce à l’oreille... Baguette magique: Bois d’ébène, 33 centimètres et renfermant une plume d'Hippogriffe. Ce qui ne m’empêche pas de la perdre. Tout le temps. N'importe où. Je me désespère moi-même.

Allégories réflexives:

► Quelle est votre opinion sur la restauration de la Monarchie Sorcière ?
S’il y a bien quelque chose où je n’y comprends rien de rien, c’est la politique. Mais quand même, cette histoire de restauration de la Monarchie Sorcière, c’est vraiment une grosse blague. Alors quoi sous prétexte qu’un méchant sorcier fait des siennes de l’autre côté de la manche, il faut ravaler son vomi et revenir à la monarchie ? Qu’en est-il du combat pour l’égalité entre les sangs purs et les nés-moldus alors ? Rien de bon ne sort de l’hypocrisie et des retours en arrière. Il devrait y avoir une autre solution ; mais étrangement, c’est un procédé qui convient bien aux familles aisées de sang pur !

► La Mise en Objet des Djinns a donné lieu à un virulent débat centré autour des notions d'esclavagisme, de liberté, de droit des créatures ou encore de la protection magique. Que pensez-vous à ce propos ?
Je pense qu’emprisonner des créatures magiques pour les réduire à l’esclavage pour exaucer le moindre de nos désirs n’est pas naturel et encore moins humain. Les djinns sont des créatures puissantes, souvent dangereuses et imprévisibles, et je me demande pourquoi les gens continuent à penser que les asservir est une bonne idée. La mise en objet ne devrait même pas exister. Et puis, les sorciers ne devraient pas être obligés d’être liés à des démons contre leur gré. Je n’ai jamais cherché à être entravé avec un djinn et pourtant je ferais tout pour m’en débarrasser.

► Pouvez-vous envisager que le sang puisse un jour devenir plus important que le rang sur le sol français ?
Je n’ose pas du tout imaginer un monde où les sorciers au sang purs, où la noblesse, avec leurs faux-semblants et leurs manières de petits courtisans, puissent un jour devenir plus importants que ceux qui n’ont pas eu la chance de naître dans leur cercle très fermé. Je n’estime pas que la pureté du sang soit importante. Je pense que tout le monde devrait être traité avec égalité, indifféremment de ses origines, de ses passions, de sa religion, ou de sa sexualité.  La différence ne devrait pas effrayer et diviser, mais rassembler. J’aimerais que nous soyons tous capables de réaliser cela. Mais je suis certainement un peu trop idéaliste…

Personnalité:

TRAITS DE CARACTÈRE

hédoniste – philanthrope – discret – créatif
étourdi – susceptible – indépendant – loyal – réservé

Scipio est indépendant, ayant grandi avec des parents dont la présence au foyer familial était plutôt aléatoire. Il n’a jamais demandé d’aide à personne pour améliorer ses résultats, ou faire ses démarches administratives. Et il est plutôt fier de ne devoir dépendre de personne.
C’est un élève déterminé et sérieux ; il n’a pas d’excellents résultats mais ne supporte pas l’échec, et compte bien achever ses études. (En espérant qu’il n’y ait pas trop de ratés) Il pratique toutefois la procrastination à un niveau professionnel (« Plus que quatre heures pour rendre un devoir d’histoire de la magie et réviser le cours d’alchimie? Vabbè, non ti preoccupa ! »). Mais il se débrouille toujours pour rendre le travail à temps.
Il peut sembler calme, réservé, voir même timide pour les personnes qui ne le connaissent pas. Difficile à percer et à connaitre, il préfère rester discret, et déteste parler en public. Son palpitant s’emballe trop. Après y’a des étoiles qui apparaissent devant ses yeux, et même pas par magie. Vous aurez compris, c’est un gros traumatisé des passages au tableau pour réciter des poésies.
Mais au-delà de cette apparence, il peut être très jovial.  En effet c’est un optimiste, doublé d’un enthousiaste. Scipio cherche toujours à voir le bon côté des personnes ou des événements, ce qui est une qualité très appréciée de ses amis. Votre petite amie vous a plaquée, vous avez pris dix kilos, vous avez raté votre semestre et en plus votre baguette est cassée ? Ne vous inquiétez pas, au moins il vous reste Scipio, qui vous garantira une bonne beuverie et une soirée de fou rires pour vous remonter le moral. Il pense sérieusement que la joie apporte une différence dans sa vie et celle des autres.
Compréhensif et loyal, il écoute les problèmes de beaucoup mais ne parle vraiment qu’à peu de personnes auxquelles il est fidèle. Allez savoir comment, mais il est même au courant des problèmes de personnes qu’il ne connait pas.
Il est également créatif et passionné. Scipio aime bien s’isoler et se ressourcer en créant. Il s’amuse souvent à écrire des histoires variées aux personnages hauts en couleurs, ou à jouer de la guitare lors de ses heures perdues. Il apprécie d’autant plus s’abandonner dans des écoutes musicales et lectures littéraires sans fin.
Hédoniste, Scipio est un adepte des plaisirs de la vie. Amis, tendresse, nourriture succulente, boissons alcoolisées, voir même les plaisirs de la chair (avec une bonne dose d’alcool et de courage) font son bonheur.
Idéaliste, il agit selon ses principes et sa morale, ce qui n’est pas compris par tout le monde. Cela le met souvent dans des situations où il doit faire preuve de courage. Pas téméraire pour autant, Scipio essaie de rester éloigné de tout ce qui peut lui attirer des ennuis et troubler sa vie tranquille.
Philanthrope, il cherche et valorise l’harmonie ainsi que le bien-être des autres. Le pouvoir et dominer les autres ne l’intéresse pas. Il demande plutôt à ce que chacun soit entendu et profite de situations gagnant-gagnant. Il est tellement focalisé sur le l’harmonie du tableau qu’il oublie souvent que la forêt est faite d’arbres individuels.
Étourdi, Scipio oublie tout. Quoi, il y avait un devoir à rendre en étude des incantations antiques ?! C’est qui ce type, il est prof ? Elle est dans notre classe cette fille ? Les noms des gens ? Trop complexe, il faut déjà se rappeler de leurs visages ! Un message à faire passer un quelqu’un ? Je crois que vous avez misé sur le mauvais cheval. Il perd son amulette de façon chronique, laissant son djinn aux oubliettes. ET NOM D’UNE LICORNE OU EST ENCORE PASSÉE SA BAGUETTE ?!
Scipio est fier d’être ouvert d’esprit. D’ailleurs « vivre et laisser vivre » est sa devise préférée.  Il n’aime pas être restreint par des règles mais s’efforce toutefois de les respecter.
Susceptible, il a du mal à séparer le personnel de l’impersonnel.
Scipio a aussi une mauvaise tendance à réprimer ses sentiments. De la même façon qu’il protège les autres, il se protège lui-même et ce manque d’expression émotionnelle peut le mener à beaucoup de stress et de frustration. Attention aux explosions sous la pression ! Le gringalet discret peut parfois pousser une grosse gueulante et envoyer ce qu’il ressent en pleine figure sans prendre de gants.


CENTRES D’INTERET
La musique : Il joue plutôt bien de la guitare. Il aime écouter la musique moldue : les Beatles, Elvis Presley, ou les Rolling stones.
Lecture : Scipio a appris à lire et écrire grâce à sa grand-mère, passionnée des lettres. Il avait cinq ans et dévorait déjà tout ce qui lui tombait sous la main : recette de cuisine, manuels d’entretien, formules magiques… La lecture est son refuge, et un moment où il peut s’évader du monde auquel il appartient, et qui commence à dégénérer avec cette menace grondante au Royaume Uni. Il peut très facilement se laisser entrainer dans les découvertes et son monde imaginaire, au point d’avoir un mode ermite et d’exclure toute actions et relations sociales.
L’écriture : Scipio a toujours inventé des histoires et des personnages pour exorciser ses émotions, ou tout simplement pour écrire une histoire qu’il aimerait lire. Il ne vous le dira jamais, mais sa première histoire, c’était celle d’un bébé tyrannosaure qui tombait dans un terrier, et se retrouvait dans un monde magique. C’est nul, hein ? BON CA VA IL AVAIT SEPT ANS OK ?
Le cinéma : Scipio adore aller au cinéma, particulièrement tout seul. Il avoue avoir une attraction morbide pour les films d’Hitchcock, un petit faible pour les westerns, mais ne confessera jamais adorer Breakfast at Tiffany’s.
Les créatures magiques : Plus encore que la magie elle-même, Scipio se passionne pour les créatures du monde magique. Déjà enfant, il était capable de nommer bon nombre d’entre elles, leur lieu de vie ou leur alimentation jusqu’à leur mode de reproduction. C’est son grand-père qui lui a transmis cet amour pour les animaux.

PETITES HABILETÉS
Contrairement à toute attente, Scipio est un très bon médiateur et trouve toujours les bons mots pour s’adresser aux gens.
A force de pratique, Scipio se débrouille plutôt bien pour jouer de la guitare et pour écrire. Mais il vous affirmera le contraire. D’ailleurs il déteste être écouté et lu.
Il est aussi capable de cuisiner de façon passable. Dès plus jeune âge il a su faire des pâtes, base de l’alimentation de cette famille italienne. Cela a été le début de nombreux plats brûlés, ressemblant à des cailloux et de la boue, mais c’était juste des pâtes et de la sauce tomate. Cependant il n’a jamais abandonné, et maintenant il réussit des lasagnes à en tomber par terre. Conseil toutefois : ne lui demandez pas de faire quelque chose de plus élaboré que des pâtes ou des patates. Faut pas pousser mémé dans les orties hein.

ADDICTION
Scipio a un gros problème de dépendance. Kétamine, cocaïne, méthamphétamine, héroïne… tout les trucs en « ine », sans discrimination. La caféine est son seul est véritable amour. Il sait faire du café depuis l’âge de six ans. Mais ça, c’était parce que son père avait la flemme de se lever de son fauteuil le soir après le travail, et que Scipio devait lui apporter le café avec le journal. Tâche qu’il prenait très au sérieux. Il boit du café depuis des années, entre six et huit tasses par jour et n’est pas prêt de s’arrêter, même lorsque la paupière se met à trembler sérieusement, et les mains avec.
Ah, et n’oublions pas un petit coup de temps en temps de nicotine, parce qu’on est dans les années 70, qu’on peut fumer dans les espaces publics, et que des photos dégueulasses qui ressemblent à des anus qui ont de l’exéma ne sont pas encore collées aux paquets de cigarettes.

RELATIONS SOCIALES ET AFFECTIVES
Love all, trust a few, do wrong to none
Amitié : Quand son bouclier tombe et qu’il décide de s’ouvrir entièrement à une personne, s’en suit alors une amitié remarquable. Dans un environnement où il se sent bien et en confiance, Scipio se laisse aller et demeure simplement lui-même, sa gentillesse et son enthousiasme étant libres de briller. Scip’ est un ami fidèle, honnête et à l’écoute qui préfère éviter les conflits autant que possible, quitte à donner la priorité aux autres à son détriment.
Amour : Contrairement à ce qu’il peut affirmer, Scipio rêve d’une relation parfaite imaginant et jouant des scenarios dans sa tête. Cependant il sait que personne n’est parfait, à commencer par lui-même ! Mais il ferait son mieux pour être le partenaire idéal et entretenir la stabilité dans le couple. Terrifié par l’engagement et réservé, il prend son temps pour connaitre la personne et la laisser pénétrer dans son intimité. Donc atteindre une relation intime avec lui peut prendre du temps.


MANIÈRES ET DISCOURS
Généralement poli et respectueux, Scipio utilise fréquemment des phrases courtes ou monosyllabiques. Lorsqu’il est contrarié, il a la fâcheuse tendance à user le sarcasme, et peut aller jusqu’à jurer en italien lorsqu’il est énervé. Il parle aussi beaucoup en images pour exprimer ce qu’il ressent. Quand il est stressé il tape du pied et peut même bégayer parfois. Lorsqu’il s’ennuie, il lui arrive d’émettre des bruits étranges et de se retrouver dans des positions tout aussi loufoques. Il se mord la lèvre quand il est inquiet, et se tire le lobe de l’oreille lorsqu’il réfléchit. Les personnes qui chantonnent l’agacent profondément.

SECRETS
Scipio cache comme tout le monde quelques petits secrets. Personne ne sait qu’il n’a jamais appris à faire du vélo, ou encore qu’il a une peur bleue des fantômes. Imaginez donc les stratagèmes qu’il doit mettre en place lorsqu’il doit croiser un des occupants fantomatiques de BeauxBâtons !
En vérité, Scipio désire secrètement que la monotonie de ses journées soit troublée par une aventure. Il a l’impression d’attendre chaque jour qu’un Gandalf vienne taper à sa porte. Bon sang, il a la chance inouïe d’être un sorcier, de savoir lancer des sorts, de faire des potions, d’en connaitre un rayon sur les créatures magiques… et rien ne se passe ? Où est sa quête ?


Genie in a bottle: RAVEN


PETIT PORTRAIT
Origines : Raven porte bien son nom, et depuis son invocation initiale, il a principalement servi à semer la mort. Dès fois, il a eu des propriétaires vraiment mous et sans aucune ambition, ce qui lui faisait un peu des vacances, et il lui donnait l’occasion de se bidonner un peu devant des créatures pathétiques. Le Djinn est tellement vieux qu’il ne se rappelle plus de l’époque de sa première invocation, n’accordant que très peu d’importance à l’écoulement du temps, que cela soit sur Terre ou dans l’Autre Lieu.
Apparence : Raven aime prendre une forme peu avenante pour terrifier les pauvres petits sorciers. Avec une allure humanoïde à la fois terrifiante et sinistre, il faut dire qu’il a causé de nombreux cauchemars et sueurs froides. La mort lui colle à la peau : le bleu-gris de son épiderme, les yeux globuleux aux iris noirs, les dents de requin parfaitement alignées affichant un sourire monstrueux. Ses bras anormalement longs sont terminés par des mains osseuses aux griffes noires acérées. Son moment préféré c’est quand les enfants se mettent à hurler et pleurer en le voyant lors de la première invocation. C’est son petit hobby. Et quand ils s’évanouissent, c’est le jackpot.  
Raven aime bien se transformer en corbeau pour avoir un peu la paix, et observer tranquillement cette petite fourmilière qu’est la Terre. Et des fois crever un ou deux yeux, c’est toujours fun.
Caractère et comportement : Raven est impitoyable, insensible, sans cœur et sadique. Le Djinn de rêve, n'est-ce pas ? Il se caractérise surtout par l’indifférence totale qu’il manifeste face aux situations auxquelles il est confronté. Vous voulez qu’il nettoie la salle de bain ? Ou alors vous l’invoquez pour tuer votre pire ennemi ? Il affichera toujours la même tête épouvantable avec ce sourire angoissant.
Raven exprime sa nature à travers un humour noir sarcastique. Il se complaît à commenter d’un ton moqueur les comportements de ses maîtres, lorsque ceux-ci lui permettent de sortir de son amulette.
La Mise en Objet l’oblige à obéir à ses maîtres, mais Raven fait souvent exprès d’attendre le dernier moment pour s’exécuter ou d’exploiter les failles de l’ordre juste pour affoler ses maîtres et s’amuser. Il sert avant tout ses propres intérêts pour se distraire et obtenir des petits moments de liberté.
Il s’ennuie facilement et son passe-temps ici-bas outre effrayer les humains et ses maitres consiste à contempler les comportements et attitudes des humains avec curiosité, voir un certain amusement. Le Djinn se délecte de leurs ennuis et préoccupations ; il s’en amuse beaucoup. Or il n’en éprouve pas moins une aversion extrême envers eux.

RELATION AVEC SCIPIO
Pour décrire l’entente entre Raven et Scipio, il faudrait déjà qu’il y ait une relation entre le djinn et le sorcier. Mais l’apparence de la créature effraie Scipio au point qu’il ne l’invoque quasiment jamais. D’ailleurs, c’est certainement la raison pour laquelle Scipio perd souvent son amulette.
Raven ne considère pas Scipio comme un ami ou un ennemi. Mais après avoir passé quelques servitudes d’assassinat, tomber sur une petite fiotte qui a peur de tout le fait bien rire. Avec un débile pareil, Raven pense avoir trouvé le bon pigeon. Peut-être qu’il réussira à trouver son nom de naissance et à se libérer de cette servitude indigne de lui.
Pour le contenter ou en échange des rares services qu’il lui demande, Scipio donne quelques heures de quartier libre à son djinn. Raven s’envole alors à grand coup d’ailes noires et passe quelques heures à croasser de rire devant les agitations humaines.

PREMIÈRE INVOCATION
Scipio ne comprenait pas très bien pourquoi il devait choisir un Djinn. Il avait demandé plusieurs fois à ses parents s’il ne pouvait pas avoir un labrador à la place. Mais non, pas de chien, ni de chat, ni de hamster. Un Djinn. Ses parents n’y connaissaient pas grand-chose, et il a plus ou moins choisi tout seul. Le livre était énorme, et il y avait vraiment beaucoup, beaucoup de Djinns. Comme il voulait en finir au plus vite, il a fermé les yeux, et a laissé son doigt atterrir au hasard dans l’Almanach ouvert devant lui. Grossière erreur. Raven fut le nom qui émergea sous son petit doigt aux ongles rongés. Alors Scipio ne chercha pas plus loin. Deuxième erreur.
Le rituel de l’invocation première s’était déroulé sans accroc, et très rapidement. Enfin, ça, c’est ce que réponds Scipio si jamais on lui pose la question. Car du haut de ses dix ans, la cérémonie l’avait profondément impressionné et traumatisé. Tant de sérieux lui fit réaliser à quel point il avait peut-être effectué son choix djinnique un peu trop à la légère.
Un charabia en langue morte plus tard, Raven se dressait devant lui dans sa monstrueuse physionomie. Scipio ne maîtrisa pas le cri d'effroi qui s'échappa de ses lèvres à la vue de l'immonde créature. Immense, tout de noir vêtu, les yeux exorbités de Raven fixaient l’enfant. Sa bouche gigantesque articula un sourire vicieux et sa voix sépulcrale résonna. Elle pénétra les os, jusqu’à glacer le cœur de Scipio dont les battements semblaient s’être arrêtés.
Lorsque Raven se présenta sans fioritures, ni orgueil, ni chaleur, il sembla à Scipio qu’un froid mortel se diffusait partout, et  l’enveloppait comme une étreinte glacée. Cela ne pouvait être que le froid, sinon, pourquoi tremblerait-il ?
Mais lorsque Raven l’agressa pour qu’il lui donne son nom à son tour, Scipio crut se liquéfier de terreur. N’osant plus que fixer l’ombre impressionnante du djinn projetée par les bougies, Scipio dû s’y reprendre à quatre reprises pour prononcer son prénom correctement, en balbutiant lamentablement, et la lèvre tremblante. Raven lâcha un rire caverneux à en réveiller les morts, commentant le comportement pathétique et miteux de l’enfant. Ce qui poussa Scipio dans ses extrêmes et enclencha une crise de larmes interminable.


Pseudo: ElenaAge: 22 ansOù avez-vu connu DJ? Grâce à Simon qui m'a convaincue de commencer le RP Autres comptes? None Une remarque ? Je n'ai jamais RP donc je m'excuse d'avance de toutes les boulettes que je vais faire. Et ça fait longtemps que je n'ai pas écrit donc je risque d'être nule. Ah et je suis lente aussi *oups?* Un mot pour la fin ? Laissez-moi danser laissez-moi ! Aller jusqu'au bout du rêve ♪

Djinn Jinxed


Dernière édition par A. Scipio Vespucci le Lun 15 Mai - 0:10, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiemes
A. Scipio Vespucci
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1902-a-scipio-vespucci
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 17
Date d'inscription : 01/05/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 13:01


Life is a combination
of magic and pasta
No matter what time it is, everyone deserves a cookie

PETITS PORTRAITS

PAPA – Alessandro Vespucci, 60 ans
Né à Rome, Alessandro a grandi dans une famille nombreuse dont les parents étaient médicomages. Aîné d’une fratrie de huit rejetons, il a effectué ses études avec talent. Il a très rapidement trouvé un poste de guérisseur stagiaire à l’Hôpital magique de Paris, qui avait un certain prestige pour le traitement des maladies et des blessures magiques. Il a très vite gravi les échelons pour devenir Guérisseur en chef du service des maladies infectieuses magiques. C’est là qu’il a rencontré celle qui devait devenir sa femme, Speranza, qui était alors guérisseur stagiaire dans son service. Quelques années plus tard après quelques parties de jambes en l’air dans le placard à matériel médicomagique Scipio était né. Mari et père aimant, Alessandro n’en demeure pas moins dévoué à son métier. Il a dirigé son service avec passion et rigueur jusqu’à sa retraite. Il espère maintenant profiter un peu de sa famille. Bon vivant, enthousiaste et bavard, il ne dit jamais non à un apéro repas en famille ou entre amis. Lorsque son fils a grandi, il a essayé de lui transmettre sa passion pour les soins magiques. En vain, car il a été choqué d’entendre Scipio lui dire qu’il voulait être journaliste. Qui lui avait mis cette idée en tête ? Ridicule. Journaliste, ce n’est pas un vrai métier. C’est des saltimbanques qui rapportent de fausses informations sur tout et n’importe quoi. Mais maintenant que son fils ainé est sur le point de finir ses études, Alessandro se demande s’il a bien fait de pousser son fils à faire quelque chose dont il n’avait aucune envie…

MAMA – Speranza Vespucci, née Barrato, 49 ans
Née à Florence, Speranza a grandi dans une famille moldue. Le passage au monde magique s’est révélé être un rêve magnifique combiné à un effroyable cauchemar. Les moments passés à l’école pour apprendre la magie étaient délicieux, même si elle travaillait dur pour avoir des résultats. Mais dès qu’elle retournait chez elle, elle se sentait comme étrangère. Ses parents, très croyants, la considéraient plus comme une hérétique qu’autre chose. Speranza suivit toutefois le chemin de l’espoir en étudiant les soins magiques. Elle voulait suivre le chemin de son père, simple chirurgien moldu, et sauver des vies. Elle a très profondément été marquée par la disparition de son petit frère, mort de la grippe espagnole. Avec d’excellents résultats, un esprit critique et un talent certain, elle a intégré le service des maladies infectieuses magiques de l’Hôpital magique de Paris. La capitale française l’avait toujours fait rêvé, et elle s’y était précipitée à peine diplômée.  Bien qu’elle n’ait pas été embauchée dans le service qu’elle voulait (en vérité, elle voulait intégrer le service des empoisonnements) elle décida d’y rester. Parce que le guérisseur en chef, Alessandro, la faisait fondre. Beau brun ténébreux intelligent et doué, son supérieur en faisait baver plus d’une. Mais Speranza fut la seule à lui mettre le grappin dessus.
Speranza essaya de trouver une balance entre sa vie à l’hôpital et sa vie de mère. Joviale et chaleureuse, ce petit bout de femme arrive à gérer sa famille et son travail de façon admirable. Passionnée des plantes, Speranza fait pousser celles-ci partout dans la maison et aime bien se ressourcer dans la serre.

Les triplées – Cosima, Flora, Pietra, 6 ans
S’il y a bien quelque chose que les Vespucci n’ont pas vu venir, c’est les triplées. A peine Speranza avait-elle découvert sa grossesses, que les triplées naissaient un mois plus tard. A leur âge avancé recommencer les nuits incomplètes, les cris et les couches n’était pas une mince affaire.
Evidemment, elles sont de véritables petits démons, et si on ne les entend pas, c’est qu’elles sont en train de faire des bêtises. Lorsqu’il rentre à la maison, Scipio essaie de s’en occuper mais se fait largement déborder. Il trouve beaucoup plus facile de s’amuser et de faire des bêtises avec elles. C’est même lui qui a eu l’idée de colorier le mur de leur chambre. Ce que Maman Vespucci n’a pas du tout apprécié.
Elles adorent quand leur grand frère leur lit des histoires au moment d’aller se coucher, et le supplient souvent de jouer de la guitare.

NONNO – Antonio Vespucci & NONNA – Daniela Vespucci
Les grands parents de Scipio l’ont élevé lorsque ses parents étaient au travail. Ils se sont également chargés de son éducation magique.
Daniela, charmante, cultivée et chaleureuse, était une bibliothécaire et lui a transmis la passion des arts et des lettres. Scipio était chouchouté avec des tonnes de livres et autres activités culturelles. C’est grâce à elle qu’il est devenu un fan inconditionnel des éditions Croque-Mitaine pour jeunesse ou encore de la maison d’édition Le Crapeau Bleu. Ou bien qu’il a commencé la guitare ; elle lui a acheté sa première guitare quand il a eu dix ans. Après un terrible échec pour le violon. Un peu mamie gâteau sur les bords, elle lui a aussi appris tout ce qu’il sait en cuisine.
Antonio (Tony, pour les intimes) était un magizoologiste. Il recueillait sans cesse des animaux pour les soigner, et partait souvent au bout du monde pour étudier des espèces fantastiques.  Scipio fut donc dès son plus jeune âge fasciné par ces animaux. Son grand père lui expliquait les particularités des différentes espèces, lui donnait volontiers de volumineux livres traitant le sujet. Pour ses huit ans, il offrit à Scipio  Les animaux fantastiques de Newt Scamander, véritable bible des zoomagistes. Un jour, il amena même Scipio chez une amie qui avait un hippogriffe. Et Scipio n’arrêta de parler d’Hippogriffe pendant des mois.


BREFS APERÇUS

1945 – LA RENCONTRE DES PARENTS
Speranza hésitait entre deux croissants et un pain au chocolat. Il faut dire qu’ils avaient l’air appétissant. Et elle n’avait pas mangé depuis douze heures. Son estomac se tordait et hurlait de faim. Pourquoi devait-elle choisir ? Elle allait prendre les deux !
« Je vous conseille les pains au raisins, dit une voix grave dans son dos. »
Elle sursauta, malgré le fait qu’elle ait reconnu le fort accent italien. Le Dottore Vespucci se plaça à ses côtés et lui frôla l’épaule.
« Je vous offre un café ? La journée ne peut pas bien commencer sans un bon café. Il n’est pas trop mauvais ici.
— Avec plaisir. »
Alessandro vit sa jeune stagiaire rougir et il ne put s’empêcher de sourire d’autant plus. Il essayait de ne pas la dévorer du regard, mais cela devenait de plus en plus difficile. La dernière fois, en plein diagnostic avec son équipe, il s’était surpris à se désintéresser complètement de son patient pour la fixer. Il trouvait qu’elle avait de jolies mains, avec de tous petits poignets. Et un sourire addictif. Il s’était rendu compte qu’il adorait la faire sourire.
« Qu’est-ce que vous prenez avec ? ajouta-t-il. Il faut que vous mangiez vous savez. C’est important de garder des forces avec un métier comme le nôtre.
— Je vais prendre un pain au chocolat, deux croissants, et un pain au raisin. »
Alessandro éclata de rire et passa la commande. Il se tourna vers Speranza et continua de l’observer. Elle avait des cernes, et était mal coiffée. Mais par Merlin, qu’est-ce qu’elle était belle.
« Vous devriez arrêter de faire ça, dit-elle.
— Faire quoi ?  s’étonna-t-il.
— De faire des trucs qui me donnent envie de vous embrasser.
— Vous voulez m’embrasser ?
— Est-ce que vous voulez que je vous embrasse ?
— Je croyais que j’étais celui qui était censé vous demander ça. »
Speranza leva les yeux au ciel, monta sur la pointe de ses pieds et déposa un léger baiser sur les lèvres d’Alessandro. Son cœur battait la chamade, et elle crut défaillir. Elle était obnubilée par son parfum.
« Je suis libre demain soir. Vous pouvez passer me prendre à 21 heures. J’espère que vous aimez danser. »
Elle lui fit un clin d’œil, prit son petit déjeuner et s’en alla trouver une table libre pour déguster tranquillement ses viennoiseries.

1948 – OCTOBRE – PLEINE OPÉRATION DE SA NAISSANCE
« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »
Le cri de Speranza manqua percer le tympan d’Alessandro. Il pensait sérieusement qu’il allait devenir sourd. Et qu’il allait perdre sa main aussi. Elle serrait si fort qu’il ne sentait même plus ses doigts. Sa paume était en sang, transpercée par les ongles de sa femme.
« D’accord ma chérie souffle, souffle. Continue de pousser, ça va bien de passer.
— SI TU ME DIS DE SOUFFLER ENCORE UNE FOIS IO VADO PRENDERE LA TESTA TUA E LA FRACASSARE CONTRO IL MURO
— D’accord, d’accord. C’est bien ma chérie, pousse ! »
VAFANAPOLI ! »

1950 – 2 ANS – PREMIERS CONTACTS AVEC LA MAGIE
« Amore, tu as vu ma baguette ? s’exclama Speranza depuis la chambre à coucher. Je ne comprends pas, elle n’est pas là où je l’ai rangée… »
Dans la cuisine, Alessandro bu une autre gorgée de café sans lever les yeux du journal. Il ne l’avait écouté que d’une oreille. Il lui répondit sur le même ton – c'est-à-dire en hurlant, mais c’est une manière de communiquer tout à fait naturelle chez les italiens – qu’il ne savait pas. Il entendit sa femme retourner toute la maison, jurer en italien, mais continua de lire tranquillement les gros titres du journal.
« Alessandro, aide-moi. Alza il culo !
Alessandro poussa un soupir et quitta la cuisine pour rejoindre sa femme dans leur chambre à coucher. Elle avait vidé son sac, ouvert les placards, et à présent elle était à quatre pattes en train de regarder sous le lit. Alessandro admira la vue avec un sourire mesquin. Il fallait dire que la jupe crayon sciait parfaitement le fessier de Speranza.
« Tu la vois ? demanda-t-elle..
— Non, mais je vois autre chose de très intéressant… répondit-il langoureusement. »
Speranza se leva, poings sur les hanches :
« Tu ne m’aides pas là.
— J’ai une idée, proposa Allessandro en glissant tendancieusement un bras autour des hanches de sa femme. Et si on s’amusait un peu ?»
Speranza n’eu pas la réaction escomptée. Elle fronça les sourcils avec un air inquiet.
« Où est Scipio ?
— Euh… Je ne sais pas moi.
— Comment ça tu ne sais pas ?! »
Un bruit d’explosion retentit, au point d’en faire trembler le sol et les murs.
« MA BAGUETTE ! »

1952 – 4 ANS – PREMIERS RÊVES
Il faisait beau et l’été prenait fin en ce début de mois de septembre. La famille Vespucci profitait de cette belle journée pour passer l’après-midi à la plage. Speranza lisait un livre en profitant du soleil et Alessandro dégustait un moment de complicité avec son fils. Père et fils s’efforçaient donc de construire un château de sable, après avoir passé plusieurs heures à jouer dans l’eau.
Le soleil diffusait ses chaleureux rayons et la mer d’un bleu azur s’étendait à perte de vue. Scipio réussissait plus à détruire le pâté de sable qu’autre chose, mais il s’amusait beaucoup. Ses rires d’enfant résonnait jusqu’aux oreilles des touristes tardifs, installés confortablement un peu plus loin.
« Papa ?
— Oui ?
Est-ce que moi aussi j’aurais le droit de faire de la magie quand je serais grand ? »
Alessandro sourit.
« Bien sûr ! Tu auras le droit d’avoir une baguette, comme papa et maman.
J’aurais le droit d’avoir un dragon aussi ? Un Opalœil des antipodes?
— … toi, tu passes trop de temps avec ton grand père. »

1954 – 5 ans – PREMIÈRES VALSES AVEC LES LETTRES
Scipio tira la chaise du bout de ses bras frêles. Il la plaça au pied de la bibliothèque et monta maladroitement dessus. Son équilibre manqua lui faire défaut mais il réussit à se stabiliser. Il balaya du regard les livres qui se présentaient à lui. Il les entendait chuchoter à son oreille. Voulait-il des aventures ? De la poésie ? Ou peut-être un conte ? Il se tira le lobe de l’oreille. Mmh… peut-être un conte. Il aimait les contes. Son choix se porta sur un livre relié en cuir bleu intitulé Les Contes de Beedle le Barde. Il descendit précautionneusement de la chaise. Il s’allongea à plat ventre, à même le tapis moelleux et ouvrit le livre à la première page. Il commença à déchiffrer les mots un par un, l’histoire se modelant petit à petit dans son petit être.

1954 – 6 ANS – L’EDUCATION MOLDUE
Speranza s’assura que Scipio était bien parfaitement tiré aux quatre épingles. Elle avait insisté pour que leur fils suive une éducation moldue, mais maintenant elle n’en était plus si sûre. Il était si petit et naïf. Arriverait-il à garder le secret ? Et puis c’était son bébé. Elle n’avait pas envie de le voir grandir et aller à l’école. Mais c’était mieux ainsi. Scipio avait grandi seul, et il allait pouvoir se faire de petits camarades ! Elle épousseta la chemise blanche au col repassé et son pantacourt en tissu gris souris. Scipio tenait fermement sa petite ardoise et avait peur de laisser tomber son plumier en bois. Son petit déjeuner de chocolat banania et de tartines au beurre remuait dans son estomac et ses jambes tremblaient. Il n’avait pas très envie d’aller à l’école, il préférait rester à la maison pour lire des livres.
« Répète encore une fois après moi, caro mio. Je dois écouter le maître, je dois rester sage, et bien travailler. Et surtout, je ne dis rien à propos de la magie, d’accord ? La magie n’existe pas pour les moldus.»
Scipio hocha vivement la tête. Sa mère lui demanda de répéter.
« Je dois écouter le maître. Je dois rester sage. Et je dois bien travailler. Comme ça maman et papa seront contents ! »
Speranza sourit en opinant de nouveau. Elle entendit la suite, mais Scipio semblait avoir fini.
« Et la magie ? Qu’est-ce qu’a dit maman à propos de la magie ?
Que quand je serais grand j’irais a l’école des sorciers faire de la magie comme papa ! »
Speranza s’aplatit la paume de sa main sur le front de frustration et d’exaspération.
« Non mon chéri. Il ne faut rien dire à propos de la magie d’accord ? Les moldus ne croient pas en la magie. Ils pensent qu’elle n’existe pas. Répète encore pour maman.
Je dois écouter le maître. »
Speranza acquiesça de la tête avec un petit sourire mêlé d’appréhension. Les yeux rivés sur son fils qui semblait prendre au sérieux la chose et faire un gros effort de mémoire.
« Je dois rester sage et bien travailler ! ajouta Scipio.
— Et ?
Les mordus sont idiots parce qu’ils ne croient pas en la magie, termina Scipio tout fier de lui. »
Speranza lâcha un cri de frustration.

1957 – 9 ANS – L’EDUCATION MOLDUE CONTRE-ATTAQUE
Scipio avait parfaitement réussi à mêler les deux mondes auquel il appartenait. Curieux de tout, il s’imprégnait comme une éponge de chacune de ses cultures. L’histoire moldue était longue et fastidieuse, mais étroitement liée à l’histoire de la magie, fascinante et pleine de rebondissements. La musique moldue était de loin meilleure, mais il préférait les bonbons que ses parents lui achetaient lorsqu’ils allaient faire des courses dans les allées de magasins magiques. Et puis l’avantage de faire partie des moldus et des sorciers, c’était qu’il y avait deux fois plus de fêtes ! Ce qui voulait dire, deux fois plus de cadeaux, et pas d’école.
Scipio était un petit garçon discret mais souriant. Il n’avait pas une bande d’amis nombreuse ; mais s’était lié d’amitié avec un petit garçon un peu rondelet au teint cadavérique et aux cheveux blonds platine bouclés. David était son seul ami et tous deux affrontaient avec courage les autres garçons qui se moquaient d’eux à la récréation parce qu’ils n’aimaient pas jouer au foot.
David avait fini par devenir pour Scipio le frère qu’il n’avait jamais eu – les deux compères faisaient tout ensembles. Ils allaient de paire que cela soit pour les réussites, les échecs ou les bêtises. Scipio souffrait beaucoup de ne pas pouvoir lui dire la vérité sur le monde magique. Maintes fois il avait voulu le lui dire mais s’était ravisé. Il avait compris que le secret était important et que le divulguer serait grave.

1962 – 14 ANS – LA LETTRE DE BEAUXBATONS
Scipio tenait fébrilement le parchemin de qualité où était écrit en belles lettres calligraphiées son voyage vers BeauxBâtons. Il la relu trois fois, histoire d’être sûr qu’il avait bien compris. Et une quatrième, juste pour vérifier. Son rêve était proche. Après avoir passé des années le nez dans des livres et autres volumes, il allait enfin pouvoir faire de la magie. Ah, certes, ses grand-parents lui avaient déjà appris quelques tours qu’il réussissait une fois sur deux. Mais là, c’était différent.
Une école de magie.
Qui ne rêve pas de ça ?
« Qu’est-ce que c’est ? demanda David qui venait de terminer son goûter. Tu souris comme un idiot. Une fille t’as déclaré son amour ou quoi ? »
Scipio leva lentement les yeux, ne pouvant ôter son sourire béat.
« Je t’ai déjà parlé de cette école privée où mes parents voulaient m’envoyer ? Ça y est, j’ai la réponse ! Je suis accepté !
— Oh. »
Etrangement, David ne souriait pas. Et Scipio compris immédiatement la raison, ce qui fit disparaître son sourire de son visage sur le champ, comme s’il venait d’être giflé. Il baissa la tête, et replia lentement la lettre, qu’il rangea soigneusement dans son enveloppe. Il n’était plus aussi heureux maintenant. Il se sentait coupable de vouloir aller là-bas. Il ne voulait pas abandonner David.
« Ça a l’air d’être une grande école, soupira David en notant la qualité du papier et la belle calligraphie.
Je suis désolé… murmura Scipio. Mais je te l’ai déjà dit… mes parents tiennent à m’y envoyer, et ils ont économisé longtemps pour pouvoir me payer cette école. »
Il détestait lui mentir. Il se sentait minable.
« Tu n’a pas l’air mécontent d’y aller pourtant, lança David d’un ton que Scipio ne lui connaissait pas.
David…
— Pardon, s’excusa son ami en se passant une main dans ses cheveux gominés. Je suis juste triste de te voir partir… et en colère de te savoir enthousiaste de me quitter.
Je ne veux pas partir ! s’exclama Scipio. Je ne veux pas te laisser ici, mais-
— C’est égoïste de ma part, souffla David. Excuse-moi. Je devrais te laisser. Je viens de me rappeler que ma mère m’a demandé de faire quelque chose. »
David récupéra son cartable en cuir marron, rangea la chaise derrière lui, et laissa Scipio seul dans sa cuisine.

1963 – 15 ANS – BIENVENUE A BEAUXBATONS
Scipio n’avait jamais ressenti autant de sentiments contradictoires. L’idée d’être un apprenti sorcier le rendait plus qu’enthousiaste, mais il détestait être séparé de David. Son ami avait fini par accepter de le voir s’en aller et les au revoirs avaient été déchirants. Ils s’étaient promis de s’écrire et de se voir pendant les vacances. David n’avait pas pu empêcher une larme de couler sur sa joue rebondie et rose, larme qu’il s’était empressé d’écraser du bout de sa manche. Scipio avait serré les dents très très fort. Ils disaient tout deux adieu à presque dix ans d’amitié fusionnelle. Ils passaient de vingt-quatre heures sur vingt-quatre ensembles à rien du tout.
Cependant il ne regrettait pas de quitter sa vie à Nice. Les autres garçons de son école l’insupportaient de plus en plus, et malgré le soleil et la mer auprès desquels il appréciait écrire et se baigner, il avait hâte de quitter cette ville. Il la connaissait par cœur, le moindre petit grain de sable, chaque petite rue étroite, jusqu’aux prénoms des commerçants. A présent, il voulait connaître d’autres horizons et rencontrer de nouvelles personnes. Des sorciers de surcroît. Car si seul David trouvait grâce à ses yeux, il n’en restait pas moins un moldu, et Scipio ne pouvait pas se confesser à lui sur ce point.

1966 – 18 ANS – QUAND TU N’A AUCUNE IDÉE DE CE QUE TU VEUX FAIRE DE TA VIE…
« Comment ça tu veux devenir écrivain ?! s’insurgea son père. »
Scipio déglutit difficilement et baissa les yeux.
« Ou journaliste, je sais pas… »
Alessandro se mit à rire. Scipio ne voyait pas ce qu’il y avait de drôle pourtant. Il mélangea ses pâtes et attendit. Son père essuya une fausse larme du coin de son œil.
« C’est bien que tu écrives figliolo. Ça prouve que tu as une bonne éducation. Mais les lettres… ou l’art d’ailleurs aussi, pendant qu’on y est. Ce n’est pas des vrais métiers, tu comprends ? Les journalistes n’aident personne. Je pense que tu devrais te concentrer sur quelque chose de plus concret. Une filière qui te permettra de trouver un travail tout de suite après ton diplôme tu comprends ? »
Scipio se contenta de regarder ses pâtes.
« Qu’est-ce que tu en penses cara ? s’enquit Alessandro en buvant une généreuse gorgée de vin.
— Je pense que les pâtes vont refroidir si vous ne mangez pas, soupira sa mère avant d’enfourner toute une fourchette de penne rigatte. »

1968 – 20 ANS – FAITES L’AMOUR PAS LA GUERRE !
Scipio lu avec amusement – saupoudré toutefois d’inquiétude – la dernière lettre que David lui avait envoyé. Il lui racontait son implication fervente envers les évènements de ce mai 68. Scipio ne pouvait qu’admirer le courage de son ami qui se dressait à présent pour révolutionner contre les opprimés, lui qui n’osait même pas lever le doigt en classe pour demander à aller aux toilettes lorsqu’ils étaient enfants.
David lui racontait qu’il venait de commencer une relation psychédélique avec une jeune et belle hippie qui répondait au doux nom de Léa. Il se félicitait d’avoir enfin quitté le cercle des puceaux – parce que l’avoir jamais fait à 20 ans, ça craint un peu non Scip’ ? Et de découvrir des choses sur le sexe qu’il n’avait jamais imaginé avant.
La nouvelle secoua Scipio. Comme ils n’avaient jamais pensé aux filles, Scipio n’avait pas réalisé que David pouvait un jour être en couple. C’était étrange d’imaginer ça. Voir énervant. Ou déprimant peut-être ? Scipio ne pensait pas à l’amour, il avait trop de travail pour ça. Trop de distractions aussi, il avait toujours un livre à lire, une histoire à écrire, un air à composer. Jusqu’à présent, il se contentait d’imaginer quelques histoires dans son esprit,  mais il ne lui était jamais venu à l’esprit que les relations de couple pouvaient devenir une réalité. Et puis, ce n’était pas comme si quelqu’un voulait de lui toute façon. Il se surprit à en vouloir à David, sans savoir pourquoi. Était-il jaloux ? Il n’aurait su dire si s’était de David ou de Léa, qu’il ne connaissait même pas. Il écrivit en réponse une lettre brève et sèche. Les lettres de David se firent plus rares, et Scipio décida de ne plus y répondre. Il ne supportait plus les mots de David, qui n’étaient qu’une ode à bien-aimée dont Scipio n’avait que faire.
Scipio pouvait toutefois compter sur ses rares mais fidèles amis qu’il avait à BeauxBâtons. Ils révisaient souvent ensembles, parlaient jusqu’au matin sur les canapés moelleux de la chambre commune, s’amusaient un peu trop en cours, ce qui leur valait souvent des points en moins. Ils passaient même quelques semaines de leurs étés ensembles, à profiter de leur jeunesse. Scipio n’allait peut-être pas faire le métier dont il avait rêvé, mais il avait la chance de faire de la magie et d’avoir des amis sur lesquels il pouvait compter.
Toutefois, il lui manquait quelque chose…
Mais quoi, il n’aurait su le dire. Ou peut-être avait-il tout simplement peur de se l'avouer.

Djinn Jinxed


Dernière édition par A. Scipio Vespucci le Dim 14 Mai - 12:01, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiemes
A. Juliette Lacroix
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t952-juliette-tu-ne-peux-pas-
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1138
Date d'inscription : 02/04/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 13:15

C'est tout vide ! Sem
Du coup je sais pas encore si t'es un DC ou un vrai nouveau mais bienvenue dans tous les cas. Chou

J'adore déjà le prénom d'usage choisi, et la bouille de Tyler qui est tellement loin de ce que je connais dans PLL Mdr Ça fait trop bizarre mais j'adore ça Mdr
En plus, Médecine Magique quoi, YOUPI ! Kya
(je suis la prof de vétérinomagie via un autre compte Yeah)

Bref bref, j'ai hâte de voir ce que tu vas faire de Scipio ! Copain



Get in your places, throw on your dress and put on your doll faces. Everyone think that we're perfect, please don't let them look trough the curtains... Picture, picture, smile for the picture..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Médicomage de Beauxbâtons
F. Aimable Destombes
Médicomage de Beauxbâtons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t606-f-aimable-destombes-bais
Identité magique
Who wears the crown ? : Aimable « va voir dans la savane si j’y suis » Destombes
Messages : 1009
Date d'inscription : 02/02/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 13:27

Bienvenue l'Africain ! Yeah Bon courage pour ta fiche. Mih

Je ne connaissais pas du tout cet avatar, mais il a une bonne tête, je suis curieuse de voir ce que tu vas faire de ton personnage ! Aw

Sinon ! Tu savais qu'Hercule était parfois confondu et comparé avec Apollon en Grande Grèce ? Les représentations des deux dieux sont identiques et ils se piquent mutuellement leurs attributs !


It happens to people. Just people. They make questionnable choices and it adds up and then, one day, they look around and realize that they're so far over the line that they can't remember where it was.
I cared a lot once. And it ruined me. So now I don't care for much at all. I work in extremes like that.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Petit nouveau
R. Atlas Nérée
Petit nouveau
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2447
Date d'inscription : 04/04/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 14:34

Ouiiiiii bienvenue !! Yes j'adore la tête du gars avec ses cheveux longs et ses lunettes Sem et puis élève en médecine magique ouiiiii Han (Il faudra venir en cours de zoologie magique Sem !!)
Bon courage pour ta fiche et si tu as la moindre question n'hésite pas à nous MPotter Love


UC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiemes
M. Perrine Blanchet
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1885-m-perrine-blanchet-ain-
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 268
Date d'inscription : 24/04/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 16:27

Ah ah ah , bienvenue toi. J'ai hâte de lire ta fiche, bon courage ! Yeah Love
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiemes
A. Scipio Vespucci
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1902-a-scipio-vespucci
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 17
Date d'inscription : 01/05/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 17:12

Merci à tous pour vos messages d'accueil Han Brille
Je suis nouvelle dans les RP et je suis impatiente de commencer ! Owai Vous avez l'air adorables Chou



   
You can close your eyes to the things you don't want to see, but you cant close your heart to the thing you don't want to feel. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur d'Étude des Poisons
M. Sophia MacKintosh
Professeur d'Étude des Poisons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1458-sophia-touch-not-the-ca
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1319
Date d'inscription : 02/12/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 17:15

Han, Tyler Blackburn Stars *va mourir, c'est fin Sem *

Bon courage pour ta fiche, et bienvenue parmi nous Brille



You get my senses running wild. I can't resist your sweet, sweet smile so take this feeling'n make it grow. Never let it - never let it go.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur d'Herboristerie
C. Louison Chevalier
Professeur d'Herboristerie
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1738-c-louison-chevalier
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 73
Date d'inscription : 11/03/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 17:20

Scipiiiiooo Heart
Welcome home !!
J'ai hâte d'en savoir un petit peu plus sur ton loulou mais le peu que tu en dis laisse présager un personnage si choupi Brille Bon courage pour la suite de ta fiche !!



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Capitaine de polo ailé de la saison Autumnus
F. Honoré de Poitiers
Capitaine de polo ailé de la saison Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1442-honore-my-heart-s-bleed
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 641
Date d'inscription : 27/11/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 17:35

Hé bien, il a l'air d'être un sacré gugus ton Scipio Mdr J'aime beaucoup ce que tu as décris dans la première partie Love
En tout cas, bienvenue à toi par ici, et bon courage pour le reste de ta fiche Hihi Moh
Et ne t'inquiète pas, on ne mord pas (trop), tu n'as rien à craindre Yeah


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦ Autumnus
P. Soren Plumereau
Admin ¦ Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1108-soren-je-m-ecrase-la-te
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1388
Date d'inscription : 02/08/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Lun 1 Mai - 18:08

Oh Brille Brille Une petite nouvelle dans le monde du RP Han Quel plaisir de te voir débuter cette aventure avec nous Chou Chou Tu verras ça va bien se passer  Hihi  et au moindre souci, n'hésite surtout pas à nous solliciter ! Il ne faut surtout pas te gêner ! Hug  J'adore le début de portrait qui s'esquisse dans les informations que je trouve très prometteur, tout comme le regard qu'il porte sur lui-même Mdr Hâte d'en savoir plus !



Fill your lungs ■ We make time speaking sheets and closed doors to dual out words but all i do is lay around, spending time smoking cigarettes
Sitting in clouds of smoke
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦ Autumnus
P. Soren Plumereau
Admin ¦ Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1108-soren-je-m-ecrase-la-te
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1388
Date d'inscription : 02/08/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Mar 2 Mai - 15:31

Je DP mais :

@A. Scipio Vespucci a écrit:
Ah, et n’oublions pas un petit coup de temps en temps de nicotine, parce qu’on est dans les années 70, qu’on peut fumer dans les espaces publics, et que des photos dégueulasses qui ressemblent à des anus qui ont de l’exéma ne sont pas encore collées aux paquets de cigarettes.

Mon héros Mdr Mdr

Tu es vraiment en train de rédiger une fiche admirablement complète, réfléchie et précise, choixpeau bas  Chou


Fill your lungs ■ We make time speaking sheets and closed doors to dual out words but all i do is lay around, spending time smoking cigarettes
Sitting in clouds of smoke
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiemes
A. Scipio Vespucci
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1902-a-scipio-vespucci
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 17
Date d'inscription : 01/05/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Dim 7 Mai - 1:52

Merci pour les messages Aw je m'amuse beaucoup à faire ma fiche (même si je suis aussi lente qu'une tortue.. Curly ) J'ai hâte de RP avec vous et de trouver tout pleins de petits liens Han



   
You can close your eyes to the things you don't want to see, but you cant close your heart to the thing you don't want to feel. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Beauxbâtons
La Directrice
Beauxbâtons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 439
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: A. Scipio Vespucci   Mar 23 Mai - 22:56


Comme les chants de Noël qui réchauffent les coeurs durant les fêtes de fin d'année, Scipio est un petit flocon passionné, virevoltant avec optimisme entre les courants d'air de l'hiver.
Bienvenue  de tout coeur à Beauxbatons  Luv  
Veuillez recevoir nos plus sincères félicitations pour votre sélection parmi les  HIEMES ! Vous voici à présent un(e) sorcier-ière à part entière de cette prestigieuse Académie et en tant que tel(le), nous vous invitons à transmettre et vérifier vos données personnelles dans les différents registres des listings. Cette section vous offrira également la possibilité de déposer des candidatures afin d'espérer décrocher un poste à responsabilité parmi les Maîtres et Délégués au sein de cet établissement ou encore de vous faire connaître de ses résidents en tant que joueur de Polo ailé. A savoir qu'il est toutefois toujours plus judicieux de participer quelque peu à la vie scolaire avant d'en faire la demande. Si cette fiche n'est pas la première, merci de bien vouloir référencer votre double compte en remplissant ce parchemin de votre plus belle plume. Avant de débuter le Rôle Play, n'hésitez pas à vous référer aux Points Cardinaux pour y inaugurer au Nord une Fiche de Personnage rassemblant à la fois les différents liens à nouer au cours de cette scolarité ainsi qu'une liste des récits qui en ponctueront l'aventure. L'Ouest regroupe les Bulletins des étudiants et la respectabilité des enseignants qui sont à consulter et compléter. Toutes les demandes et requêtes particulières seront à formuler à l'Est. Le Sud, quant à lui, vous informera sur toutes les spécificités que les points de vote et de RP ont à offrir dans le jeu. Sur ces quelques mots, il nous vous reste à présent plus qu'à explorer cette majestueuse bâtisse pour que la magie puisse opérer !
Revenir en haut Aller en bas
 

A. Scipio Vespucci

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Cadran des Saisons :: Bienvenue à Beauxbâtons-