Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Nous embarquons pour Juillet : sous les cocotiers et les coups de soleil !
Classe aisée
Temporairement, le rang social de la bourgeoisie a été rouvert

Partagez | 
 

 Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves

■ Qui ne s'est jamais perdu dans l'excès de m'as-tu-vu ? ■
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Corail
T. Marlène Delacroix
Corail
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t2419-marlene-delacroix-it-co
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 40
Date d'inscription : 26/04/2018
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   Jeu 26 Avr 2018 - 21:29


Tiphanie Marlène Delacroix
feat. Tuppence Middleton

Nom : Delacroix Prénom de naissance: Tiphanie, un prénom qui en grec signifie apparition divine. Approprié pour une enfant attendue durant plusieurs années. Prénom d'usage: Marlène, curieux mélange d'hébreu et de grec : la mer et le soleil. Généalogie: La famille Delacroix, modèle d’élégance et d’apparente perfection. Un nom qui n’inspire ni richesse ni bourgeoisie, mais un patronyme tout de même respectable. Du père, Octave, auteur de nombreux livres sur l’étiquette sorcière, à la mère, Philomène, ancienne professeur d’art. N’oublions pas les ainés : la sacro-sainte Mélusine, professeur à Beauxbâtons, et Eloi, promis à un glorieux futur. Difficile pour Marlène de se faire une place dans cette famille guindée où elle est un électron libre. Nationalité: Française Lieu et date de naissance: Cagnes-sur-Mer, 25 juin 1951 Statut: Célibataire Nature du sang: Sang-Mêlée Etudes: GRACE, 5ème année, filière défense et sécurité Baguette magique: Bois d’ébène, plume d’hippogriffe, 29 cm

Allégories réflexives:

► Quelle est votre opinion sur la restauration de la Monarchie Sorcière ?
« Quand j’étais petite, mon père me parlait avec admiration de l’ancienne monarchie sorcière. Un régime qu’il semblait regretter. Personnellement, je ne connais rien à la politique, mais je ne suis pas stupide je sais tout de même deux choses. La première, c’est que nous ne sommes plus au Moyen-Âge ou je ne sais quelle époque d’arriérés, et que le pouvoir ne peut pas être dans les mains d’une seule personne. Même pour je ne sais quelle mascarade visant à soi-disant nous protéger de la guerre qui sévit en Angleterre. La seconde, c’est que c’est à cause de cette foutue monarchie que Sainte Mélusine a quitté son poste de conseillère politique et que je me retrouve à devoir me la farcir en cours. Alors, pour parler poliment, on va dire que je n’en pense pas que du bien, loin de là. Vivement que les choses reviennent à la normale et que Mélusine déguerpisse de l’école. »

► La Mise en Objet des Djinns a donné lieu à un virulent débat centré autour des notions d'esclavagisme, de liberté, de droit des créatures ou encore de la protection magique. Que pensez-vous à ce propos ?
« Il faut avouer que la question est délicate, surtout que je ne m’y étais jamais vraiment attardée avant cette année. Løk et les djinns faisaient pour moi parti du folklore, je l’invoquais de temps à autres pour lui confier quelques tâches, ou simplement parler, mais ça n’allait pas plus loin. D’autant que j’ai hérité d’un djinn particulièrement fatiguant, il ne rate jamais une occasion de m’enquiquiner. Pourtant, j’ai bien senti que quelque chose a changé quand on a dû l’enfermer dans mon pendentif d’ivoire. Je ne sais pas vraiment quoi en penser. D’un côté, je pense que Løk n’aurait pas trop de scrupules à m’échapper s’il le pouvait, quitte à me faire du mal. De l’autre, eh bien… Je l’ai enfermé, non ? Il y a une certaine logique à son ressentiment. J’avoue, je suis perdue. Je n’arrive plus vraiment à m’y retrouver, entre ce qu’on m’a répété toute ma vie et ce que je constate sur la condition des djinns. Il va falloir que je retrousse mes manches et que je m’y intéresse, car ce n’est pas mon genre de rester les bras croisés. »

► Pouvez-vous envisager que le sang puisse un jour devenir plus important que le rang sur le sol français ?
« Le sang ? Le rang ? Pour être claire, je n’ai ni l’un ni l’autre. Ma famille est de sang-mêlé depuis bien longtemps – ma grand-mère maternelle est une moldue, par exemple – et nous ne sommes clairement pas des bourgeois. Au grand désespoir de mes parents psychorigides d’ailleurs. Personnellement, je n’y accorde pas vraiment d’importance. Au contraire, j’aime bien la culture moldue, ils ont beaucoup d’inventions intéressantes dont nous devrions nous inspirer. Je préfère rester optimiste, la culture du sang n’est pas vraiment développée ici, et il n’y a aucune raison qu’elle le devienne. Non ? »

Personnalité:

EN BREF

✔️ Déterminée - Optimiste - Anticonformiste - Joyeuse - Ambitieuse - Calme - Sociable ✔️

✗ Présomptueuse - Jalouse - Insolente - Têtue - Fière - Rancunière - Terre à terre ✗


WHO AM I ?

Marlène, c’est la force tranquille. Elle n’est pas adepte des cris et de l’agitation pour obtenir ce qu’elle désire, mais plutôt de travail et de patience. Ses ambitions sont grandes, et sa détermination tout autant : elle se démènera pour parvenir à ses objectifs, se donnera corps et âme pour ses rêves, mais toujours avec calme et sérénité. C’est parce que la demoiselle Delacroix a une grande confiance en elle, trop grande même. Elle a une fâcheuse tendance à verser dans l’arrogance tant elle est persuadée qu’elle finira toujours par avoir ce qu’elle veut et que rien ne peut la mettre en échec.

Ceci dit, n’allez pas imaginer que Marlène est morne ou ennuyeuse, car c’est loin d’être le cas. C’est une personne joyeuse et tournée vers les autres, elle aime être entourée ! La solitude n’est pas vraiment son fort et elle a besoin de contact social pour se sentir épanouie. Son optimisme à toute épreuve et sa gentillesse la rendent plutôt agréable à fréquenter, même si encore une fois cette confiance excessive peut la rendre présomptueuse. Les personnes susceptibles ou particulièrement humbles auront sans doute du mal à l’apprécier…

Une autre caractéristique de Marlène, et pas des moindre, c’est son anticonformisme. Longtemps, elle s’est senti étouffée par sa famille et frustrée par leur besoin permanent de perfection. Il n’est pas très surprenant qu’à l’adolescence, sa réaction ait été de rejeter viscéralement leur influence. Elle n’aime pas faire comme tout le monde et adore prendre les choses à contre-courant. Certes, ce n’est pas le genre de rebelle qui mène une révolution à cor et à cri, mais elle questionne les règles, les usages, et se plait à contrarier le plus possible sa famille. Quant à la bienséance exigée à Beauxbâtons, elle l’agace franchement… Elle donnerait tout pour ne pas avoir à porter cet uniforme d’un autre âge. Ses professeurs la trouvent souvent insolente quand elle leur répond, d’autant plus qu’elle est assez têtue. Ce qui lui a valu quelques retenues…

S’il y a un point sensible pour elle, c’est clairement sa famille. Sa sœur, plus particulièrement. La soi-disant excellence en toute circonstance de Mélusine l’exaspère au plus haut point. Marlène en est franchement jalouse, tout comme du parcours académique brillant de son frère Eloi. C’est que mademoiselle Delacroix est très fière, et en a assez de se voir en permanence éclipser par ses ainés. Cependant, elle est déterminée : elle va leur montrer, à tous, qu’elle est aussi bonne qu’eux, et qu’elle n’a rien à leur envier. Elle s’en est fait le serment.


SOME FACTS

∞ Marlène a un chat roux répondant au doux nom de Verlaine. Particularités : sa petite taille, et son étrange tendance à foncer dans les murs. Même si elle doute un peu de son intelligence, elle adore son petit compagnon.

∞ Depuis son plus jeune âge, elle apprend le violoncelle, plus par obligation que par réelle passion. Elle continue à le pratiquer au club de musique, sans grande motivation.

∞ Le fort de Marlène n’est pas vraiment l’imagination… L’art, le dessin, la conceptualisation, tout ça ne l’intéresse pas vraiment, elle est assez terre-à-terre. Ce pourquoi la musique a toujours été une corvée pour elle. Cela dit, elle chante relativement bien.

∞ La sorcière est une nageuse émérite et a une passion pour la plongée. Elle fait d’ailleurs partie du club de natation de Beaubâtons. Marlène est amoureuse de l’eau, de la mer, des vagues. Elle s’y sent apaisée. Ironique, sachant que son djinn est connu pour être un esprit du feu.

Genie in a bottle: Løk

Løk se souvenait d’un temps où il était libre. Complètement libre. Il n’était qu’Essence, fumée parmi les flammes, poussière au sein du Tout.

C’était une époque révolue depuis de longs siècles. Mais il était certain de parvenir un jour à retrouver l’Autre Lieu, de manière définitive. Les légendes moldues l’avaient nommé Loki, dieu fripon qui parvenait toujours à ses fins. De nombreux récits n’étaient que balivernes, mais le fond du personnage était fidèle à la réalité : les plans que Løk ourdissait depuis son Invocation Initiale, ces plans qui devaient lui rendre sa liberté, finiraient un jour par aboutir. Qu’importe s’il lui fallait attendre encore un millénaire. Il finirait victorieux.

*

L’Invocation Initiale avaient été faite par un jeune sorcier scandinave, à une époque reculée. Le djinn ne connaissait alors rien d’autre l’Autre Lieu, il n’avait pas de forme, pas de limites, il se fondait parfaitement dans l’Essence.

Ce jour-là, il apprit à connaître la douleur. Avec un dégoût manifeste. C’était intolérable.

Le premier son qui parvint à ses oreilles nouvellement incarnées fut un rire. Alors que la première expérience que Løk faisait du monde humain était une souffrance immense, le sorcier qui l’avait arraché à son plan riait aux éclats, exalté par la réussite de son invocation.

Après la douleur, Løk connut immédiatement la haine. Profonde et viscérale. Avec subtilité, il n’en montra rien, mais jura que le sorcier payerait. Le contrat magique qui les unissait l’empêcher peut-être de lui faire du mal, mais à sa mort, rien ne le retiendrait plus sur le plan humain. Il devait donc veiller à ce qu’elle arrive le plus vite possible.

*

Après avoir beaucoup guerroyé, le sorcier scandinave finit par trouver la mort de la main d’un adversaire qu’il avait grandement sous-estimé. Les conseils de son djinn n’y étaient certainement pas étrangers. Løk retrouva sa liberté et l’Autre Lieu avec délectation, en espérant que son nom serait à jamais perdu et oublié des humains, pour qu’il demeure en paix. Il avait essayé de ne pas laisser de trace de sa servitude, autant qu’il le pouvait
.
Son souhait ne fut évidemment pas exaucé. Les anciens noms ne sombrent pas totalement dans la désuétude, et deux siècles plus tard, on le convoqua à nouveau.
Le manège recommença de nombreuses fois. Il connut toute sorte de maîtres, des braves comme des lâches, des sages comme des imbéciles. Il préférait les naïfs et les ambitieux, qu’il était facile de manipuler de telle sorte à ce qu’il soit à nouveau libéré. Par chance, nombre d’humains l’étaient. Løk les méprisait profondément. Ils étaient vains, lui demandait des services tous plus humiliants les uns que les autres. Il aurait tout donné pour retourner au temps où il était encore désincarné dans l’Autre Lieu.
Il était sans maître depuis plus de soixante ans lorsqu’il fut encore invoqué. Une fois la fumée dissipée, il se trouva devant un genre de maître qu’il n’avait encore jamais expérimenté et qui le révulsa au plus haut point. Un enfant. Pire, une enfant.

*

Elle avait tracé les pentacles avec calme et application, comme on le lui avait appris. Elle avait dessiné les symboles, allumé les bougies et l’encens. Tout était prêt, tout était parfait. Sa mère hocha la tête d’un air approbateur. Elle allait pouvoir commencer.
Marlène avança dans le pentacle, concentrée, tentant de garder l’air impassible qui satisfaisait tant ses parents. On lui avait fait revêtir une de ses plus belles robes, et ses longs cheveux bruns étaient impeccablement coiffés.

Serrant sa baguette d’ébène nouvellement acquise entre ses doigts – bien qu’elle se doute capable de réussir le moindre sort – Marlène commença l’invocation. D’une voix qu’elle voulait assurée, elle prononça les mots soigneusement mémorisés. Elle ne devait pas avoir peur, on le lui avait maintes fois répété.

Puis vint le nom que son père avait choisi sur l’Almanach. Trois lettres pleines de mystère. Løk.

De la fumée envahit la pièce, indiquant à la jeune sorcière qu’elle avait réussi. Le nuage se dissipa peu à peu pour laisser place à une créature terrifiante. On l’avait prévenu, la première invocation était toujours la pire, mais Marlène ne put empêcher son cœur de s’emballer à la vue de ce cauchemar. Un être squelettique, difforme, la peau parsemée de blessures sanguinolentes, un sourire tordu aux lèvres. Et surtout des yeux sans sclère ni pupille, noirs, qui semblaient l’aspirer. L’enfant sentit son corps de contracter, incapable de détourner le regard du monstre qui était désormais lié à elle.

« On laisse les petites filles invoquer de puissants esprits maintenant ? » susurra-t-il avec une moue sarcastique. « Les enfants effrayés devraient plutôt rester jouer dans leur chambre. »

Marlène dut rassembler tout son courage pour continuer la procédure, comme on le lui avait appris. Le premier ordre scellerait l’union entre elle et le djinn. Et elle refusait de passer pour une faible gamine affublée d’un démon insolent ! Fixant toujours les yeux terrifiants de Løk, elle tenta de maîtriser les tremblements de sa voix et de se montrer ferme :

« Djinn, j’exige des excuses pour ton manque de respect. Je suis ta maîtresse désormais, et tu me dois obéissance. »

*

Les années avaient passées, Løk maintenant enchaîné à la jeune Marlène. Il avait repris l’apparence qu’il avait gardé des siècles durant, et qui avait alimentée les légendes faisant de lui un esprit du feu. Il s’incarnait en un grand homme filiforme à la peau mate. Son visage émacié était entouré de longs cheveux rouges flamme. Détails dérangeants : ses lèvres étaient entourées de nombreuses cicatrices semblables à des coutures et ses yeux ambre brillaient d’une lueur parfois machiavélique.

Marlène avait vite compris que la fermeté était de mise avec le malicieux djinn. A la moindre imprécision, il s’amusait à détourner ses ordres qui se voulaient pourtant le plus clairs possibles. Il était également insupportablement moqueur, ses sarcasmes incessants l’irritaient au plus haut point. Parfois, elle avait l’impression de revivre une éternelle joute verbale, chacun voulant avoir le dernier mot. Mais même si elle savait parfaitement qu’elle devait se méfier comme de la peste de Løk, les années l’avaient habituée à supporter l’esprit de la discorde.

Quant au djinn, il avait tout d’abord trouvé l’enfant d’un ennui profond. Elle vivait dans un environnement guindé, les tâches qu’elle lui assignait étaient monstrueusement humiliantes, mais surtout : il avait du mal à entrevoir par quels moyens il allait pouvoir la manipuler. Marlène menait une vie trop aseptisée pour qu’il arrive à retourner quoi que ce soit contre elle.

Puis, le temps passant, il l’avait senti changer. Avec délectation. Alors que grandissaient les conflits avec sa famille, qu’elle se détachait des règles qu’on lui avait imposées, que ses ambitions se dévelopaient, elle devenait enfin intéressante. Non seulement moins monotone, mais surtout, il voyait maintenant des failles, des éléments à exploiter. Parfait.

*

La mise en objet fut une surprise, doublée d’un coup dur. Løk n’avait pas prévu ce retournement de situation. Lui qui se rêvait à tromper Marlène au point qu’elle le libère (c’était déjà arrivé), à défaut de la faire disparaitre, se trouva enfermé, réduit, incapable de retourner dans l’Autre Lieu. Pour toujours. Il était lié définitivement à un objet humain, un stupide pendentif en ivoire que sa maîtresse avait choisi. Humiliation suprême. Sa colère jusque-là contenue envers les humains s’en retrouva décuplée. Alors qu’il avait travaillé pour diminuer la méfiance de Marlène à son égard, il se mit à refuser nombre de ses ordres plusieurs fois, avant d’être obligé de les exécuter. Il était furieux.

Ceci dit, l’inhabituelle colère de son djinn n’échappa pas à Marlène. Même si elle n’avait pas une franche sympathie pour Løk, elle se trouva décontenancée par ce comportement. Encore une faille à exploiter pour le démon. Même si le chemin s’annonçait plus complexe, il ne renonçait pas : il trouverait un moyen de se défaire de sa servitude. Coûte que coûte.

Pseudo: A l'époque où je RP, Abby (ou Beth) Age: Presque 20 ans Où avez-vu connu DJ? Via un autre forum Autres comptes? Nope Une remarque ? C’est un très joli forum et j’ai hâte de RP avec vous ! Un mot pour la fin ? J'ai touché le fond d'la piscine, dans mon ptit pull marine Love

Djinn Jinxed


Dernière édition par T. Marlène Delacroix le Lun 7 Mai 2018 - 21:39, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Corail
T. Marlène Delacroix
Corail
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t2419-marlene-delacroix-it-co
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 40
Date d'inscription : 26/04/2018
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   Jeu 26 Avr 2018 - 21:30


Road to freedom
There is a swelling storm and I’m caught up in the middle of it all

Fils unique d’un couple de libraires parisiens, Octave Delacroix avait toujours rêvé de noblesse. Dès son plus jeune âge, il s’était montré ambitieux et désireux d’un rang plus distingué que celui de sa famille. Quel dommage, à ses yeux, que son nom n’ait pas été Octave de la Croix, un patronyme qui aurait laissé supposer une appartenance à la bourgeoisie.

Cette fascination pour une classe sociale à laquelle il n’appartenait pas, combinée à l’amour des livres qu’il tenait de ses parents, l’avaient poussé à étudier les Arts et les Lettres à Beauxbâtons. Il y avait rencontré Philomène, une jeune femme élégante et fascinée par le Beau. Elle était comme lui de sang-mêlé, et issue d’une famille classique, mais il y avait chez elle une sorte de dignité innée qui lui donnait des airs de noblesse. Cette aura aristocratique, entre autres, attira irrésistiblement Octave. Il courtisa la jeune femme avec délicatesse et bienséance, et Philomène s’y montra très réceptive.

Ils se fiancèrent à leur sortie de Beauxbâtons, et s’installèrent à Cagnes-sur-Mer, ville du sud de la France où Philomène avait grandi. La population sorcière n’y était pas particulièrement développée, mais le cadre était à leurs yeux parfait pour fonder leur famille. Octave se consacrait à l’écriture d’un ouvrage sur l’histoire de la noblesse sorcière en France depuis le Moyen-Âge ; Philomène, mettant en avant son cursus scolaire brillant, avait obtenu un poste de professeur d’Arts à Beauxbâtons. Ses obligations d’enseignement l’obligeaient parfois à s’absenter, mais lui donnaient une notoriété certaine.

A peine un an après leur mariage, leur premier enfant pointa le bout de son nez, une ravissante petite fille qu’ils nommèrent Mélusine. Puis vint Eloi, quatre ans plus tard. Entretemps, Octave avait publié son livre qui rencontra un franc succès, et avait entamé l’écriture d’un second, dédié à l’étiquette sorcière.

Seulement, le couple se heurta à deux problèmes, totalement différents mais tout aussi embêtants à leurs yeux.

Si le nom des Delacroix commençait à résonner quelque peu dans le monde sorcier, il fallait avouer qu’ils n’avaient pas réussi à obtenir le statut social tant désiré. La différence se faisait sentir dans les quelques repas mondains auxquels ils assistaient. Ils n’étaient pas du même monde. De plus, ils n’avaient pas l’aisance financière qu’ils auraient pu espérer. Ils n’étaient pas pauvres, loin de là, mais ne vivaient pas dans l’opulence à laquelle ils avaient rêvés plus jeunes. L’entrée dans le beau monde ne serait vraisemblablement pas pour cette génération-là, ils devaient s’y résoudre. En revanche, tous leurs espoirs se portaient sur leur descendance qui, s’il elle continuait leurs efforts, pourrait se frayait un chemin vers des cercles plus élevés. L’objectif était clairement réalisable : leurs deux enfants étaient tous deux intelligents, éveillés, disciplinés. Peut-être même pourraient-ils épouser quelque parti intéressant ?

D’un autre côté, Octave et Philomène auraient voulu avoir un troisième enfant, mais celui-ci ne semblait pas vouloir arriver. Malgré diverses consultations chez les meilleurs médicomages du pays, rien n’y faisait. Ils finirent par se résigner. Puis finalement, six ans après la naissance d’Eloi, Philomène tomba à nouveau enceinte et accoucha d’une petite fille. Ils la prénommèrent Tiphanie, apparition divine. Le nom fut bien sûr tenu secret pour éviter qu’un djinn ne s’en empare, et l’enfant fut appelée Marlène. Elle ferait, à coup sûr, la fierté de ses parents, tout comme ses ainés.

*

Petite, Marlène sentait déjà qu’il y avait quelque chose de gênant à propos de sa famille. Elle avait beau être choyée en tant que petite dernière, elle avait toujours cette impression d’être à côté. Mélusine et Eloi semblaient avoir reçu la grâce et l’intelligence au berceau, et Marlène avait la désagréable sensation d’avoir été lésé. Elle était à l’étroit dans les robes de poupée dont ses parents l’affublaient et aurait préféré pouvoir aller s’amuser sur le bord de mer plutôt que de suivre d’interminables leçons de bonnes manières dispensées par son père.

Sa sœur et son frère, plus âgés qu’elle, la traitait comme un bébé, ce qui l’insupportait. Elle était capable de faire les choses elle-même, non mais ! Elle n’avait pas besoin d’être couvée, protégée, enfermée. Elle rêvait de courses et de jeux avec d’autres enfants, pas de l’éducation rigoriste d’un autre âge qu’on lui faisait suivre à la maison. Même s’il lui arrivait bien sûr de partager des bons moments avec famille (les cours de sortilèges avec son père étaient un vrai plaisir, tout comme les jeux sur la plage, l’été, avec Mélusine et Eloi), elle se sentait souvent à part. Et seule, surtout, particulièrement après le départ d’Eloi pour Beauxbâtons quand elle eut neuf ans. L’éducation à la maison ne convenait pas à une enfant éprise de contact social. Elle n’aimait rien tant que les moments de la semaine où on la laissait aller sur la plage, non loin de la maison, et durant lesquels elle pouvait jouer avec quelques enfants moldus.

Marlène sentait bien qu’elle ne répondait pas aux attentes de ses parents. Elle n’avait pas les facilités scolaires de Mélusine et Eloi, aucun intérêt pour l’art, la musique, ou toutes ces choses auxquelles s’adonnent les jeunes filles de bonne famille. Les comparaisons constantes avec sa fratrie l’horripilaient. Jamais elle n’arrivait à égaler l’élégance innée de Mélusine, son talent en toutes choses. Depuis son plus jeune âge, elle regardait cette grande sœur parfaite avec une jalousie et une irritation à peine dissimulée. Elle avait bien compris que ses parents auraient souhaité qu’elle lui ressemble plus, mais visiblement, ce n’était pas pour elle. Marlène se drapait dans le calme et le respect des règles (à ses yeux absurdes) qu’on lui imposait pour tenter de satisfaire Octave et Philomène, mais elle savait que cela ne suffisait pas. Ils n’attendaient rien de moins que la perfection pour leur fille cadette ; pour qu’un jour, comme leurs autres enfants, elle fasse partie du grand monde.

Marlène n’était qu’une enfant, mais déjà, elle savait que quelque chose clochait.
Elle étouffait.

*

Un sursaut de nouveauté fit son apparition le jour de ses dix ans, sous la forme de deux nouvelles acquisitions : une baguette d’ébène qui ne la quittait plus, et un djinn sarcastique et manipulateur répondant au nom de Løk.

La baguette fut source de nombreux plaisirs. Enfin, elle pouvait apprendre le côté pratique de la magie, où elle se révélait d’ailleurs douée. Les leçons de sorts dispensées par son père devinrent vite des moments qu’elle attendait avec impatience.
Le djinn, quant à lui, la laissa à la fois agacée et intriguée. Løk n’en faisait qu’à sa tête si elle n’était pas parfaitement claire dans ses ordres, et saisissait la moindre occasion pour se moquer d’elle. D’un autre côté, leurs joutes verbales incessantes étaient en quelque sorte distrayantes, et elle aimait invoquer le djinn pour lui poser de nombreuses questions. Après tout, il avait vu tant de choses au cours de sa longue vie !

Entre les cours de violoncelle donnés par sa mère d’un côté, l’éducation magique et les leçons de bienséance dont se chargeait son père de l’autre, Marlène avait peu de temps pour s’amuser. Elle avait toutefois obtenu l’autorisation, aux beaux jours, de se rendre quotidiennement à la plage. La mer l’avait toujours fascinée, elle se sentait libre lorsqu’elle nageait, loin, le plus loin possible. C’était ses moments de totale indépendance, qui n’appartenaient qu’à elle. Elle adorait plonger également, elle passait de longs moments sous l’eau, se rêvant sirène et délivrée de la rigueur familiale. Elle n'avait qu'une hâte : pouvoir utiliser la magie et le sortilège de Têtenbulle qu'elle avait étudiée, pour être libérée de l'embêtante nécessité de respirer.

Le temps s’écoulait lentement, trop lentement à son goût. Puis vint, enfin, l’entrée à Beauxbâtons, la découverte d’une nouvelle vie.

*

Beauxbâtons fut comme une nouvelle naissance pour Marlène. Comme si, les quinze premières années de sa vie n’avaient été qu’ennui et somnolence. Là, elle se retrouvait au milieu de dizaines d’autres adolescents, de tout âge, avec qui elle pouvait enfin échanger, parler, rire. Si l’élitisme de l’école lui rappelait amèrement la discipline qu’on lui imposait à la maison, elle y était tout de même bien plus épanouie. Comme si elle se découvrait.

Bien sûr, il n’y avait pas que des bons côtés. D’abord, elle passait après l’excellentissime Mélusine (qui travaillait maintenant pour la République, en tant que conseillère politique), et devait aussi supporter les constantes louanges à propos d’Eloi, également à l’école. Cependant, alors qu’elle avait toujours fait profil bas chez elle, Marlène apprit à cultiver la différence qu’elle avait avec sa sœur et son frère. Mieux, à la revendiquer. Oui, elle était la Delacroix insolente et désintéressée par l’art et les bonnes manières. Oui, elle préférait étudier des matières beaucoup plus terre à terre, presque vulgaires pour ses parents – car Marlène devait, comme ses ainés, suivre une filière noble, comme les Arts, la Médecine, ou les Techniques Sorcières.

La jeune fille faisait preuve d’une application sans faille en charmes, métamorphoses, et autre disciplines pratiques. Elle se savait douée, et était persuadée qu’avec du travail, rien ne pourrait lui résister. Pas même la volonté de sa famille. Elle voulait faire ce qu'elle voulait, coûte que coûte. Elle se consacrait pleinement à la magie pratique et offensive, délaissant avec plaisir les matières chères aux Delacroix .
Elle était différente, et elle adorait ça.

L’autre problème était bien évidement la présence de sa mère dans l’école, puisqu’elle y enseignait. Philomène ne manquait pas une occasion de recadrer sa fille pour qu’elle retourne sur le droit chemin. Même si elle devait en passer par des retenues. Et demander à ses collègues de ne rien tolérer à sa Marlène.

*

La scolarité de Marlène fut donc placée sous le signe d’une forme de rébellion qui désarçonnait ses parents. Elle ne se faisait pas dans les cris, ce n’était pas dans son caractère, mais plutôt par d’âpres discussions et éternels compromis. La jeune fille savait ce qu’elle voulait, et ne renonçait pas avant de l’avoir obtenu. Fini le temps où elle baissait la tête pour satisfaire ses parents, elle n'était plus une petite fille docile. Elle voulait devenir Auror, pas une demoiselle de bonne famille. Et tant pis si les Delacroix trouvaient ça inadmissible.

Hors de question pour elle d’étudier les Arts. Elle obtint après de longs mois de bataille le droit de s’orienter vers la défense et la sécurité, au grand dam d’Octave et Philomène. Moyennant quoi elle devait bien sûr suivre des options plus « convenables » telles que l’éloquence ou la bienséance. Soit. Elle devait faire des compromis.

Elle fut moins diplomate, en revanche, quand elle décida de couper du jour au lendemain ses longs cheveux bruns que sa mère chérissait tant. Et, pire encore, de les décolorer et les teindre en blanc quelques mois plus tard, à la manière des moldus. Elle avait depuis longtemps décidé d’arrêter de vouloir satisfaire ses parents, même si elle jalousait toujours Mélusine et sa constante réussite. C'était une énième revendication de sa différence, ces cheveux atypiques.

Elle apprit avec ravissement à la fin de sa quatrième année que sa mère allait quitter son poste d’enseignante pour se consacrer à la réalisation d’expositions d’art sorcier. Enfin, elle allait être libérée totalement de la présence familiale à Beauxbâtons ! Enfin, presque totalement, Eloi ayant encore une année d’études à réaliser. Mais après ça, elle serait enfin seule
Sa joie fut cependant de courte durée, puisqu’elle apprit peu après une nouvelle qui l’enragea. Sentant le vent tourner au gouvernement, Mélusine avait décidé de se trouver un autre emploi. Qui n’était autre que celui de professeur à Beauxbâtons.
Elle dut retenir de nombreux jurons lorsque sa sœur lui annonça ses projets.

Tout semblait s’enchainer trop vite. Le nouveau poste de Mélusine, la guerre en Angleterre, les changements étranges de politique, la mise en objet des djinns… Elle ne savait plus où donner de la tête. L’année allait vraisemblablement être des plus agitées.
Djinn Jinxed


Dernière édition par T. Marlène Delacroix le Lun 7 Mai 2018 - 21:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Corail
M. Xavier Lartigue
Corail
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1635-xavier-lost-in-wonderla
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 410
Date d'inscription : 24/01/2017
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   Ven 27 Avr 2018 - 10:30

Bienveñuuuue ** Ah, Tuppence, elle est tellement cool ** tout comme ton perso semble l'être Han J'aime beaucoup tout ce que tu as écrit pour le moment **


I was looking for a breath of life, A little touch of heavenly light, But all the choirs in my head sang no | And I started to hear it again, For the devil to dance againbreath of life. ≈ ©️ by anaëlle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Corail
A. Logan Murdoc
Admin ¦ Corail
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t925-a-logan-murdoc-uc#33441
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 924
Date d'inscription : 28/05/2016
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   Ven 27 Avr 2018 - 15:17

Welcome home ♥️
Cette demoiselle est si jolie Chou Hug Et ta bonhomme a l'air absolument géniale Bulle Bulle J'ai hâte d'en savoir plus sur elle et, héhé, j'ai déjà des liens en tête à te proposer, selon la saison dans laquelle elle sera répartie Hihi

Bon courage pour la suite de ta fiche !!



QUAND ELLE DIT NON C'EST NON !
LE RATEAU A REPETITION

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Corail
T. Marlène Delacroix
Corail
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t2419-marlene-delacroix-it-co
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 40
Date d'inscription : 26/04/2018
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   Ven 27 Avr 2018 - 18:58

Merci à vous deux Chou ! Je suis en plein revisionnage de Sense8, ça a clairement influé sur mon choix d'avatar Sem
J'ai hâte de voir ce que tu as en tête pour les liens Logan, ça va être super Brille Brille
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aigue Marine
V. Louise de Lannoy
Aigue Marine
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1897-miss-blue-sky-louise
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 156
Date d'inscription : 30/04/2017
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   Ven 4 Mai 2018 - 12:01

Bienvenue sur DJ ! Heart Ange J'aime beaucoup ton choix d'avatar, et de filière hé hé ~ (ma petite Circé est dans la même, faudra qu'on voit pour un p'tit lien éventuellement !)



❀ ANA ET SALVA FAMILIA. See how the sun shines brightly in the sky




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Corail
T. Marlène Delacroix
Corail
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t2419-marlene-delacroix-it-co
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 40
Date d'inscription : 26/04/2018
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   Ven 4 Mai 2018 - 13:08

Merci Brille Et volontiers pour le lien avec Circé ! Yes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Beauxbâtons
La Directrice
Beauxbâtons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 483
Date d'inscription : 06/08/2015
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   Lun 7 Mai 2018 - 22:35


Tel un vilain petit canard, Marlène s’aime à barboter dans chaque parcelle d’eau qui s’offre à elle; du simple bassin où elle a appris à nager, jusqu’à l’océan tout entier, ses profondeurs et ses mystères. Cette petite indépendance, cette sensation de liberté… Marlène les désire profondément, et ce au quotidien. C’est pourquoi - bien que naturellement douce et calme - elle n’hésite pas à montrer quelques signes de rébellion. Petite crise d’adolescence ou véritable force de caractère ? Son avenir attend sagement, à bras ouverts, que la réponse s’y dessine à traits francs et de manière aussi déterminée que la jeune fille le prétend.

Bienvenue à toi, avec ce personnage si joliment construit ! Heart

Veuillez recevoir nos plus sincères félicitations pour votre sélection parmi les FONS ! Vous voici à présent un(e) sorcier-ière à part entière de cette prestigieuse Académie et en tant que tel(le), nous vous invitons à transmettre et vérifier vos données personnelles dans les différents registres des listings. Cette section vous offrira également la possibilité de déposer des candidatures afin d'espérer décrocher un poste à responsabilité parmi les Maîtres et Délégués au sein de cet établissement ou encore de vous faire connaître de ses résidents en tant que joueur de Polo ailé. A savoir qu'il est toutefois toujours plus judicieux de participer quelque peu à la vie scolaire avant d'en faire la demande. Si cette fiche n'est pas la première, merci de bien vouloir référencer votre double compte en remplissant ce parchemin de votre plus belle plume.

Avant de débuter le Rôle Play, n'hésitez pas à vous référer aux Points Cardinaux pour y inaugurer au Nord une Fiche de Personnage rassemblant à la fois les différents liens à nouer au cours de cette scolarité ainsi qu'une liste des récits qui en ponctueront l'aventure. L'Ouest regroupe les Bulletins des étudiants et la respectabilité des enseignants qui sont à consulter et compléter. Toutes les demandes et requêtes particulières seront à formuler à l'Est. Le Sud, quant à lui, vous informera sur toutes les spécificités que les points de vote et de RP ont à offrir dans le jeu.

Faisant dorénavant partie de la communauté de DJ, il vous est possible de rejoindre son serveur Discord pour échanger avec les autres membres !  

Sur ces quelques mots, il ne vous reste à présent plus qu'à explorer cette majestueuse bâtisse pour que la magie puisse opérer !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portoloins
Identité magique
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves   

Revenir en haut Aller en bas
 

Marlène Delacroix ∞ It comes and goes in waves

■ Qui ne s'est jamais perdu dans l'excès de m'as-tu-vu ? ■
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Cadran des Saisons :: Bienvenue à Beauxbâtons-