Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Nous embarquons pour Juillet : sous les cocotiers et les coups de soleil !
Classe aisée
Temporairement, le rang social de la bourgeoisie a été rouvert

Partagez | 
 

 (F) Courtney Eaton ⭐Le corbeau et la renarde

■ Qui ne s'est jamais perdu dans l'excès de m'as-tu-vu ? ■
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin ¦ Aigue Marine
V. Edgard d'Éon
Admin ¦ Aigue Marine
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? : Boom chika wa waaa
Messages : 1725
Date d'inscription : 02/08/2016
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: (F) Courtney Eaton ⭐Le corbeau et la renarde    Jeu 26 Juil - 16:01


Mareva Maxence Reynard
feat. Courtney Eaton

Nom: Reynard, la friponnerie en bord de babines prêtes à glapir, charmante chapardeuse Prénom de naissance: Mareva, elle est celle qui passe promptement sans se retourner, filante étoile de la constellation Vulpecula, à peine une traînée luminescente, vœu sans voix Prénom d'usage: Maxence, que la familiarité abrège en Max, le plus grand, comme une féminité amputée, pourtant exacerbée en museau mutin lorsqu'elle endosse la pelisse de Foxy pour le d’Éon Généalogie: Fille unique de Naudet Reynard, cartographomage Français et d'Hina Pomare, bijoutière traditionnelle Maori. Origines: Franco-Néozélandaise, d’ici et d’ailleurs, deux points lointains sur un plan que le paternel relie, tout un monde au milieu Age: La seconde dizaine offre un repère temporel là où le spatial ne semble trouver d'horizon Statut: Si sa grande taille physique l’érige en piédestal, son rang social, lui, l’en fait choir, rappel qu’elle n’est que dans la moyenne Etudes/Profession: (Au choix du joueur/de la joueuse, son parcours scolaire n'est toutefois pas linéaire et il est fort probable qu'elle change à nouveau d'orientation ou d'options à la rentrée)


Personnalité:
espiègle - spontanée - rapidement emballée - tout aussi aisément lassée de ce qu'elle entreprend - éparpillée

passéiste : L’attention portée en arrière, une nuque pivotée sur les antécédents, ceux des autres, les jugeant sur leur passé et l’expérience éprouvée
fantaisiste : Individus souvent idéalisés, réinterprétation arrangeante des événements, souvenirs tordus, remaniés, réalité parfois occultée
agile : Douée dans ses déplacements et des doigts, véritable aisance anatomique, maîtresse de ses mouvements, une parade à ses pensées parasites, exquisément gracieuse
insécure : Fragile oscillation entre sociabilité, facilité d’accès et rejet lorsque la proximité se fait trop présente, repousser de sorte à éviter de l’être une nouvelle fois, avant de se rapprocher encore
enthousiaste : L’engouement incarné, tant de choses auxquelles s'intéresser, à expérimenter, des activités trop nombreuses et diverses, passions changeantes, un mois les équations d'Arithmancie, le suivant les étoffes et celui d'après les étalons du Polo-ailé
imprévoyante : Manque d’anticipation flagrant des éventuelles conséquences futures, se répercutant par une tendance à la surestimation de ses propres capacités et aptitudes, ou à une évaluation erronée, enjolivée de certaines situations


Aspirations:

- (Re)nouer avec la culture du côté maternel, n'ayant jamais mis un pied sur la terre de ses ancêtres
- Trouver des moyens permettant de faire diminuer ses impulsions (notamment en travaillant sur son anxiété et ses frustrations) ou à défaut de parvenir à se débarrasser de sa monomanie un jour, lui chercher une utilité, légale, de préférence...

Histoire et points clés du personnage:
Chronologie :
- Janvier 1949 : Mission professionnelle pour Naudet Reynard. Exploration de terrain suite à l'apparition d'une nouvelle petite île possiblement magique à proximité de Nuku Hiva (Polynésie française)
- Juin 1949 : Rencontre entre Naudet et Hina à Taiohae
- 1951 : Naissance de Maxence à Taiohae
- 6 Décembre 1958 : Départ sans nouvelle ni trace de Hina, quittant amant et fille pour la Nouvelle-Zélande dont elle est originaire
- Mars 1959 : Déménagement de Naudet et Maxence en France (ville à choix)

Fable personnelle : vérité altérée, vide écrasant comblé d’illusions. Sa whaea (mère) ne l’a pas abandonnée à sa septième année de vie, du jour au lendemain sans crier gare, éprise du monde et ses possibilités, elle est simplement rentrée en Aotearoa (Nouvelle-Zélande), terre du long nuage blanc, retrouvant la tribu, parmi les siens, ne les a pas oubliés, attendant toujours, oui, d’être rejointe, 13 ans plus tard par sa fille ainsi que son père, retournés en France depuis la Polynésie française, afin de cartographier de nouvelles voies de vol sur balai en métropole ou les cachots oubliés d’un château pour particulier. Lorsqu’ils en auront les moyens, lorsqu’elle serait assez âgée, lorsque... la goupille la retrouvera lourde de légèreté. En pressant suffisamment les mirettes sur le mutisme paternel (il n’a jamais été très expressif de toute façon) et l’absence de missives (aucun volatil ne survivrait à pareille traversée voyons !), ne la revoit-elle pas déjà ? Visage vague et cœur à l'eau.

Djinn et Amulette : première tentative de rapprochement avec ses racines lors de son invocation, elle se lie à Mahuika, la bien-nommée Te Ahi-a-Mahuika, lave de volcan, esprit des flammes, ayant fait le don du feu à son peuple bien avant l'Incendio, brûlante de savoirs, que le Décret d'Enfermement de 1970 l'a conduite à enclore dans son seul lègue maternel, une Manaia de néphrite en pendentif pour Amulette. Celle-ci est à l'image de la créature magique du même nom, possédant une tête d'oiseau, un corps d'homme et une queue de poisson, messagère entre les mortels et leurs ascendants décédés.

Kleptomane : chipeuse, adepte du mulotage, se faire discrétion et subtilité pour mieux escamoter, une penne de l'un de ses camarades en cours, la petite cuillère mordorée d'un Café du village, un devoir de Métamorphose abandonné par un étudiant le temps d'aller chercher un ouvrage dans les rayonnages de la Bibliothèque, le foulard à cheveux d'une amie pioché dans son tiroir, les montées de bien-être avant la chute de la culpabilité, le butin accumulé, trésor sans grande valeur, mussé, dans une armoire au couloir peu fréquenté (note : Max subtilise des choses inutiles et sans grand intérêt, elle n'a dès lors pas (encore) eu d'ennuis. Au sujet de sa problématique, je vous encourage vivement à vous renseigner sur ce trouble comme par ici ou encore à me poser des questions au besoin. Il est également important de prendre en compte que le domaine de la psychologie/psychiatrie est en plein développement à cette époque et qu'elle ne pourra pas être traitée si elle venait à être découverte, ni à Beauxbâtons, pas plus qu'en privé, il lui faudra vivre avec)
En vrac :
Sa maîtrise de l’Anglais lui vient de sa mère qui l’a élevée dans cette langue. Il ne lui reste que quelques bribes de Maori, une dizaine de mots tout au plus, qui reviennent parfois en réminiscence de son enfance Elle raffole de kiwis, prenant un peu trop littéralement l’adage You are what you eat Son autorité sur son djinn est relativement bancale. L'entité tend à avoir mauvaise influence sur sa maîtresse et joue de la connaissance de sa culture (en radotant parfois n'importe quoi) afin d'obtenir compliance et considération Biaisée par l’existence d’une monarchie moldue dans le pays maternel, le retour d’un Roi sorcier français a reçu un accueil plutôt positif de sa part



V. Edgard d'Éon

► Le corbeau et la renarde


Un baiser, est-ce que ça se vole ? Oh, mais elle n'est pas tant certaine que cela soit sans valeur... L’arme de l’infortuné s’échappe. Elle la rattrape avant l’impact, d’adresse dans les airs. La lui tend d’une risette tendre s’arrondissant en saisissement lorsqu’il fait déchoir délibérément l’artefact de ses propres doigts. Bois butant le parquet dans un hoquet muet. Deux échines se courbent vers le plancher, l’égo refusant de ployer. Dextres refermant leur prise, tantôt sur la baguette, la seconde sur la manchette masculine. Un souffle de tension. Palpable à la pulpe des coussinets. La renarde repérant les emplacements de ses erreurs. Sémillantes et subjuguantes secondes, il semble n’y avoir pour chacun rien de plus fascinant que ces fines phalanges surlignant ces stigmates. Un plan sur peau à son poignet. Les paumes comme un baume sur les aspérités de son épiderme. Reconnaissant la délicieuse différence. Depuis, jamais véritablement lâchés. Ambiguë amitié. Quand l’une flatte, l’autre frôle. Pupilles de pécheur. Tempe baisée à l’instar des marches d’un temple. Et s’il se blessait de ne pas la toucher ? Les mains de la mignonne pourraient devenir celle d’un agent alors leurs double sont gardés. Indécente idée.









M. Sixtine Brival

► Une maraudeuse en cache une autre


Deux chipeuses sachant chaparder ne raflent pas pour les mêmes raisons... Prises dans leurs propres problématiques. Un double sans miroir, trompeuse image, simple reflet de l'imagination. En surprenant la jeune Aestas, de quelques années sa cadette, et sa mauvaise manie de s’approprier des biens (non par maladie mais par malice permettant de piéger leurs propriétaires), il lui semble, dans une impression idéalisée et un soulagement étrange, soudainement mettre la main sur une semblable symptomatique, une autre consœur cleptomane, comme on dérobe un instant de réconfort. Sans se confier, sa compagnie est recherchée. Contact qui comprime son emprise. Quiproquo cocasse. Comment s'en faire une amie en étant prise pour une ennemie ? La proximité sous-tendue par des coups fourrés et plans foireux. L'inquiétude d'être dénoncée rend l'étudiante estivale inquisitrice. Il y aura bien quelque chose à découvrir en retour pour en être débarrassée...









A. Ettore Castagniccia

► Châtaigner et renarde sans tanière


Toutes les arborescences ne trouvent de terreau auquel se fixer... Il y a cette part d’ombre qui se détache du tronc, des secrets enterrés au pied d’un arbre. Des racines aussi profondes que des blessures. Duo d'îles et d'individus: la Nouvelle-Zélande et la Corse, les fuyards à leur façon. Là où elle manque d'ancrage au sol, lui, s'arrache des siens. Une complicité au détour d'une conversation sur fond d'incompréhension. Drastiques différences de désirs. Éternelle ritournelle à l’approche de toutes vacances. Alors que l’Autumnus se barricade dans la bâtisse de Beauxbâtons, la canidée s’enthousiasme d’une escapade outre-Pacifique, voyage qui n’existe pas. Année après année. Le seul vol sera celui d'objets à la rentrée... Si Ettore, initié aux magouilles manuelles, a bien remarqué le petit manège de Maxence, il se garde de creuser la souche de souffrances silencieuses, mais en fera-t-elle autant ?










Un mot de l'auteur:




Si tu as lu jusqu'ici c'est que Maxence a retenu une part de ton attention, et déjà rien que pour ça, je te remercie !  Love  Laisse-moi encore te présenter ce qui est négociable et ce qui ne l'est pas, avant que tu n'endosses le pelage de la renarde  Hihi
J'y tiens :

Le nom de famille : Je désire faire un rapprochement avec la fable de la Fontaine éponyme où chacun de nos protagonistes incarne l'un des deux animaux. Le corbeau étant l'un des artefacts de la famille d’Éon. Changer le patronyme de ce personnage serait retirer une bonne partie de l'idée et de la relation que la comparaison sous-tend. Potté Il peut cependant être substitué par Goupil, si vous le préférez, ayant le même sens (renard) et étant également un nom français.
Ses origines : Un peu de diversité étant toujours appréciée, l'établissement ne peut que bénéficier de l'apport d'une nouvelle culture qui a été exploitée tant pour le prénom de naissance que pour le djinn. Libre à vous de travailler cet aspect davantage pour le personnage.
La relation avec Edgard : Après tout, c'est tout l'intérêt de la création d'un scénario non ?  Mdr
Son obsession : S'inscrivant en miroir de la particularité magique de mon personnage (maudit des mains par une fée à la naissance), le trouble psychique apporte de la profondeur tant à Max qu'à son rapport à Eddy. La problématique est suffisamment présente pour apporter un intérêt au développement, tout en n'étant pas trop grave afin de lui permettre une scolarité plus ou moins normale.

Cela se discute :

L'avatar : Gros gros gros crush sur Courtney, sa propre provenance a également inspiré une partie du personnage, sans compter que leur rapport dans le clip d'Angus et Julia Stone donne une bonne impression de leur attirance mais vous pouvez oublier les tours en voiture sorcière, Edgard ne fait que rater son permis magique. Mdr Elle fait également 1m78, tout comme l'acteur d'Edgard et j'ai bien envie de jouer en jeu sur cet aspect "d'être à même hauteur". Je reste néanmoins ouverte à d'autres alternatives, bien que je me réserve un droit de veto à ce sujet. J'imagine éventuellement Hailee Steinfeld, Gabriela Bloomgarden,Tashi Rodriguez, ou Christina Nadin. En somme, une brunette élancée, un peu typée, un petit côté velours félin, pas trop vue&revue.
Les prénoms : Ils ont été pensés tant pour leur signification que par l'emploi qui peut en être fait. Le clin d’œil à ses ancêtres pour le prénom de naissance et la masculinité associée au prénom d'usage devraient trouver d'autres équivalents, sinon il serait dommage de ne pas les utiliser  Potté  
Sa personnalité : Tant que les lignes directrices sont respectées pour ne pas complètement dénaturer le personnage, n'hésitez pas à vous approprier Max  Chou  
Son histoire : Elle demeure plutôt libre à condition que les éléments principaux soient pris en compte.
Le djinn : Il s'agit d'une proposition clé en main de sorte à vous faciliter la vie mais davantage une suggestion qu'une obligation. Le démon se rattache également volontairement à ses origines.

Allez, viens mettre tes petites pattes un peu partout  Heh  Love

Djinn Jinxed



( corps beau )
Saw murder in her eyes, the dark of a thousand crows. Cold thriller in disguise, blue shadows stitched to her toes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Petit nouveau
M. Maxence Reynard
Petit nouveau
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 3
Date d'inscription : 15/10/2018
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: (F) Courtney Eaton ⭐Le corbeau et la renarde    Aujourd'hui à 10:17

Tadaaaaam j'ai enfin réussi à poser mes fesses là Aw  (avoue t'es fier de moi Hihi )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Aigue Marine
V. Edgard d'Éon
Admin ¦ Aigue Marine
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? : Boom chika wa waaa
Messages : 1725
Date d'inscription : 02/08/2016
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: (F) Courtney Eaton ⭐Le corbeau et la renarde    Aujourd'hui à 14:33

Oh hellooo you Heh Heh Ce n'est pas une vérification qui allait empêcher qu'on se retrouve Robert Hihi Je me hâte sur ta fiche Gnoe Gnoe



( corps beau )
Saw murder in her eyes, the dark of a thousand crows. Cold thriller in disguise, blue shadows stitched to her toes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portoloins
Identité magique
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: (F) Courtney Eaton ⭐Le corbeau et la renarde    

Revenir en haut Aller en bas
 

(F) Courtney Eaton ⭐Le corbeau et la renarde

■ Qui ne s'est jamais perdu dans l'excès de m'as-tu-vu ? ■
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Beau Monde :: Les Scénarios-