Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Le monde magique se trouve au mois de mai 1971 et est en pleine effervescence !
Classe aisée
Temporairement, le rang social de la Bourgeoisie a été rouvert pour les inventés.
Merci de prendre en compte que les places y sont toutefois limitées
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 Faustine ♡ Girls like girls like boys do.

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Autumnus
A. Faustine de Villeneuve
Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t564-faustine-girls-like-girl
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2248
Date d'inscription : 23/01/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Sam 23 Jan - 23:42


Aélis Faustine de Villeneuve
feat. Cintia Dicker

Nom: de Villeneuve, patronyme que tu portes avec fierté mais non sans appréhension. Il est le reflet de ta réputation et représente tout ce que tu es aux yeux du monde. Prénom de naissance: Aélis, appellation courte et chantante. Elle te caractérise assez bien, toi qui es enthousiaste et malicieuse. Tu es audacieuse, indépendante et déterminée. Tu aimes diriger, et tu n’as pas besoin de trop faire pour convaincre, tout comme l’indique ton prénom de naissance, que ta mère avait choisi avec soin, croyant à raison qu’il influencerait ta façon d’être et de penser.  Prénom d'usage: Faustine; tu as toujours été fascinée par ce prénom à la fois féminin et pétillant, que tu as rapidement su adopter. Il résonne à tes oreilles comme le nom de l’enfant rusée que tu représentes et qui saura se faire apprécier de tous même si tu ne le mérites pas toujours. Généalogie: Cadette de la famille de Villeneuve, tu as su trouver ta place aux yeux de tes frères. Enfant d’un père volage et d’une mère à la crinière de feu dont tu as hérité; te voilà seule réelle maîtresse des lieux. Seule, jusqu’à l’arrivée d’Hedwige, ta belle-mère tant aimée de ton père et de ton petit frère. Tu détestes perdre l’attention qu’on te porte, tu détestes cette femme si belle et si… neuve qui a su remplacer si aisément la mère d’Yvon, et balayer d’un revers de main tout l’intérêt qu’on te portait.  Nationalité: Française, tu portes fièrement les couleurs de ton drapeau dans les veines et dans les tripes; quoi qu’un peu d’exotisme ne t’aurais sans doute pas porté préjudice. Lieu et date de naissance: Tu as vu le jour un 14 Novembre au château de Barben, comme Basile avant toi. Tout comme ton signe le prétend, tu as hérité d’un pouvoir de séduction dont tu aimes te jouer, et ce depuis ton plus jeune âge. Qui ne cèderait dont pas aux caprices de la si jolie Faustine ? Statut: Mante religieuse, veuve noire, véritable succube, tu es sans attaches. Tu t’amuses, tu joues avec les sentiments, désireuse de prouver ta capacité à meurtrir les coeurs aussi bien que les hommes. Tu nies toute ressemblance avec ton père, qui n’agit que par envie, alors que tu préfères écraser ta haine sur les lèvres de tes prétendants. Tu portes plus d’attention aux femmes qu’aux hommes, et ces-derniers ont tendance à t'agacer. Tu n’as pas froid aux yeux et tes proies ne sont pas toujours les plus ouvertes ni même les plus libres... Nature du sang: Mêlé, et cela te dérange parfois; tu aimerais représenter un sang plus pur pour mieux l’anéantir de la réputation que tu traines derrière toi. Etudes/Profession: Les pratiques scientifiques ont su te séduire de par leur diversité et leur côté manuel. Tu rejettes fermement l’ennui, et c’est pourquoi tu aimes occuper tes mains à défaut d’apprécier les cours plus magistraux. Tu ne brilles pas particulièrement lors des examens, mais tu donnes le meilleur de toi-même; tentant d’évincer tout préjugé quant à la localisation première des cerveaux de Villeneuve. Baguette magique: Tout l’exotisme qui te caractérise malgré tes origines réside en un seul objet; ta baguette. Fabriquée dans un bois précieux - en provenance d’Amérique du Sud - appelé amarante, ta baguette se distingue des autres par sa couleur; ses teintes violacées en surprennent souvent plus d’un. Tu la chéris et la considère comme une part de toi-même. Etonnamment petite, du haut de ses 16.4cm, elle s’avère assez rigide et renferme en son sein une écaille de Sirène.

Allégories réflexives:

► Quelle est votre opinion sur la restauration de la Monarchie Sorcière ?
Comment pourrais-tu, du haut de tes dix-neuf ans, avoir un avis complètement objectif et sensé sur la monarchie sorcière ? Ce sujet ne t'intéresses que trop peu et, lorsqu'il est abordé en ta compagnie, tu n'essayes pas de cacher ton ennui. Tu considères que cela ne te regarde pas, laissant le loisir d'en débattre aux hommes, cherchant du regard toute autre distraction digne de ton attention. Bien sûr, tu jouis des privilèges qui te sont accordés de par ton patronyme, tu en uses et en abuses même, bienheureuse de te voir élevée dans la société même si, de toute évidence, le train de vie de ta famille a tendance à agacer, tant vos mœurs et vos valeurs n'adhèrent aux normes de la noblesse. Tu n'as aucune idée des répercussions de cette restauration sur autrui, et pour être honnête, tu ne t'en soucies guère; préférant t'occuper de soigner la fameuse réputation qui ne t'octroies que peu d'honneur.

► La Mise en Objet des Djinns a donné lieu à un virulent débat centré autour des notions d'esclavagisme, de liberté, de droit des créatures ou encore de la protection magique. Que pensez-vous à ce propos ?
Depuis ton plus jeune âge, tu as développé une peur viscérale de ces créatures appelées djinns. Mauvaises expériences accumulées; qu'il s'agisse des tiennes ou de celles de ta famille, tu es bien heureuse de voir ces monstres enfermés, mais tu n'en es pas plus rassurée de savoir qu'un des leur ne te quitte plus depuis cette fin d'année 1970. Ton épouvantard prend la forme de Mestra tant sa présence t'inquiète et te ronge. Il n'est pas impossible de voir une certaine forme de violence se développer en toi lorsque tu te vois obligée de le faire apparaitre; alors lui rendre sa liberté ? Le laisser torturer d'autres jeunes sorciers, jusqu'à les rendre fous, jusqu'à ce qu'il les achève à l'usure, eux aussi ? Hors de question.
L'esclavagisme relaté aux créatures magiques en elles-mêmes ainsi qu'aux humains assujettis, cependant, ne te plaisent pas particulièrement. Tu as beau faire partie de la noblesse et avoir toute une tripotée de domestiques à tes ordres, tu te dis parfois qu'un peu plus de confort ne serait pas un bien grand luxe pour ces-derniers.

► Pouvez-vous envisager que le sang puisse un jour devenir plus important que le rang sur le sol français ?
Cette question ne t'a jamais vraiment effleuré l'esprit, tu es née une cuillère en or dans la bouche, à défaut de supporter l'argent, dira-t-on. Même si le débat ne t'intéresse aucunement, tu restes tout de même confiante et bienheureuse des privilèges accordés à ta famille, et tu ne les laisserais filer pour rien au monde; mis à part pour la sécurité de tes frères. Souvent salie par quelques réfractaires aux mœurs des de Villeneuve, tu as déjà connu des injures te qualifiant de bâtarde au sang à demi souillé; tu as déjà entendu certains snobinards rire au nez de ton père, le jugeant comme un parvenu ne méritant ni son château ni son rang. Si seulement tu avais eu le sang pur, aussi parfait qu'un diamant, tu aurais pu démontrer aux yeux du monde qu'il ne suffit pas d'un rang ou même d'un sang pour se montrer irréprochable et supérieure, non, tu l'aurais souillé de tout ton être, tu aurais sali ces hommes un peu trop sûrs d'eux par ton comportement puéril et ravageur; ne leur laissant aucune chance de redorer leur blason. Et grand bien t'en fasses, ces raclures ne prendront jamais le dessus sur ton rang, tu t'en fais la promesse solennelle.

Personnalité:


Faustine de Villeneuve. On peut dire que ton nom ne laisse pas indifférent; il attisera toujours la curiosité de ceux et celles qui entendront ton prénom sortir de la bouche d'autrui. Tantôt pour alimenter des rumeurs, parfois pour vanter tes charmes, mais jamais prononcé pour ne rien dire. Étant la seule femme résidant définitivement au château de Barben, tous les regards sont rivés sur toi, sur tes apparitions aux bals et sur tes diverses frasques. On pourrait croire que tu n'as pas le droit à l'erreur, mais tu es bien décidée à prouver le contraire; qu'importent les codes, qu'importe la morale, tu vis ta vie comme bon te semble. Tu es à la fois enjouée et capricieuse, tu aimes diriger depuis ton plus jeune âge, et tu caches ton mauvais caractère derrière un visage angélique; yeux rieurs et sourire chaleureux. Tu sais te montrer très agréable lorsque quelqu'un te plait, qu'il s'agisse d'attirance ou d'amitié, tu es quelqu'un de très loyale et tu défends bec et ongles les personnes qui te sont proches; surtout lorsqu'il s'agit de Basile et Yvon, que tu aimes de tout ton être. A contrario, tu as aussi des défauts très marqués, contrastant avec ton apparence séduisante et ta capacité à attendrir les gens d'un simple regard.

Tu es impatiente, parfois immature, tu veux tout dans l’immédiat. Tu as beau sourire constamment, il suffit d’un refus pour que ton sang ne fasse qu’un tour. Tu aimerais te jeter à la gorge des réfractaires à tes caprices, hurler à qui veut bien l’entendre n’importe quelle vérité capable de mettre à mal ces-derniers, abuser de chantage ou bien même de pointer ta baguette violacée sur leurs nez imposants. Mais au lieu d’ajouter un scandale à la longue liste affichée à l’entrée de ta demeure, tu prends sur toi, tu intériorises; tâche ardue tant ton sang brûle à l’intérieur. Tu retiens tes regards noirs, privilégiant un sourire forcé ou une remarque cinglante à défaut de pouvoir exposer la facette colérique et explosive de ta personnalité. Cette retenue est aussi due à la malédiction qui t'accompagne depuis le berceau; obligée d'obéir aux moindres petits ordres que les humains t'imposent, ton corps prenant le dessus sur les transmissions de ton cerveau, tu t'appliques à la tâche avec tout de même -bien heureusement- quelques libertés. Seules quelques personnes -privilégiées ou non- sont au courant de l’œuvre de ta marraine la fée; et gare à celles qui décident d'en jouer, car tu n'es pas du genre à te laisser manipuler de la sorte.

Assoiffée de vengeance, tu te révèles très vindicative; tu ne laisses jamais une occasion de pouvoir laver le sang par le sang. Lorsque ton léger sourire disparait, le glas sonne sur la tête de tes victimes. Mystérieuse, tu n’impliques jamais tes amis dans tes combines et préfères agir dans l’ombre, au moment opportun. Tu tiens ce trait de personnalité de l’expérience que tu vis depuis que tu es en âge de comprendre les agissements de l’Homme; des injustices et de la haine qui se propage autour de toi, faisant parfois de ta personne un dommage collatéral. Lassée des agissements de ton père, qui n’a que trop peu de considération pour ton sexe, tu désires lui prouver qu’il n’est pas le seul à pouvoir assouvir ses envies charnelles comme il l’entend. Tu veux le faire réagir, lui faire prendre conscience de la souffrance que ses actes infligent tout autour de lui. Tu n’es pas le sexe faible, on ne joue pas avec tes sentiments, personne n’a le pouvoir de briser ton cœur, et dans le cas où quelqu’un parviendrait à te blesser de quelque façon que ce soit, tu trouveras toujours le moyen de lui rendre la monnaie de sa pièce.

Lorsque les nuages laissent place aux rayons du soleil, ton sourire charme et s’illumine. Il te donne cette apparence enfantine et inconsciente, telle une enfant pure dénuée de tout malheur, de toute peine. Tes yeux sont rieurs et remplis de malice, ils donnent envie à tes interlocuteurs d’en apprendre davantage à ton sujet, de découvrir la personne qui se cache derrière cette carapace si radieuse, émanant le bonheur par chaque pore de sa peau. Tantôt coquine, tantôt taquine, tu ris joyeusement à tout et n’importe quoi; on ne sait jamais sur quel pied danser en ta présence. Personne ne sait jamais vraiment quand tu es sérieuse ou quand tu ne l’es pas, mais ce que tout le monde sait, c’est que tu n’attaches aucune importance aux règles. Qu’importe si tu les transgresses, qu’importe si ton comportement ne plait pas au corps professoral ou même aux nobles qui arpentent les couloirs de ton château à chaque fin de semaine. L’avis des gens ne t’a jamais vraiment importé, et tu as su fabriquer un mur entre tes émotions et le monde qui t’entoure, afin de te protéger; d'ailleurs, tu n'es pas particulièrement très entourée, la ribambelle d'amis, ça ne t'intéresse pas. Tu préfères choisir tes alliés et tes plus proches confidents, et tu n'as pas peur d'être détestée, du moment que tes ennemis succombent tout de même à tes charmes. Ainsi, tu apparais toujours rieuse, rayonnante et légère; ton entourage en vient parfois à envier ton mode de vie, le sourire qui se dessine du bout de tes lèvres et la distance que tu parviens à mettre entre le monde extérieur et ton fort intérieur.

Tu compenses cette intériorisation des sentiments en tentant le diable. Séduire est devenu un mode de vie, un passe-temps inéluctable; tu ne peux t'empêcher de jouer avec les cœurs, d'écraser la rage qui bouillonne en toi sur les lèvres de tes prétendants. Hommes ou femmes, peu t'importe vraiment en réalité, même si tes yeux ont plutôt tendance à se lover sur des courbes féminines plutôt que sur la dureté de la musculature masculine. Ainsi, tu te plais à établir une compétition entre tes frères et toi, persuadée de remporter la victoire, même si ces-derniers sont au moins aussi beaux que toi. D'ailleurs, Basile et Yvon sont à peu près les seuls hommes à ne jamais t'agacer, c'est pourquoi tu te plais à rejeter les avances de certains, que tu trouves trop insistants, ou pas assez sensuels à ton goût. La plupart des hommes que tu as côtoyé restent pour toi de bons amis, ou simplement des têtes de plus embellissant ton tableau de chasse. Tu n'as jamais été amoureuse, non. Sans doute influencée par l'exemple parental - même si cette idée ne te plait guère - tu as du mal à t'attacher vraiment, et si cela t'arrive, alors tu préfères nier et rejeter toute once de sentiment naissant.

Jalouse, tu l'es passionnément. Tu as beau nier tout sentiment et refuser de te lier aux autres, tu n'en éprouves pas moins d'amertume lorsque tu sens que quelqu'un t'échappe au profit d'une autre. Ce trait de caractère n'est apparu que récemment, car avant l'arrivée d'Hedwige, tu te fichais de tout, ton cœur tout de glace vêtu. Cette femme que tu sembles être la seule à considérer comme une vipère a su t'arracher aisément ta place aux yeux du monde; cette femme fréquentant ton père, si belle et si nouvelle... tous les regards rivés sur elle plutôt que sur toi. Sans compter sur Yvon, qui fut d'abord totalement éblouit par cette femme plus âgée, plus expérimenté que ses conquêtes habituelles; il ne t'écoutait plus, jugeant la poitrine volumineuse de cette femme - que tu n'appellera jamais « belle-mère » - plus importante que ton sentiment d'abandon. Ta relation avec cette-dernière n'a d'ailleurs fait que s'envenimer de jour en jour; gentille puritaine jamais au courant de rien, toujours à tendre la main vers toi, alors que tout ce que tu désires, c'est qu'elle te fiche la paix une bonne fois pour toute; car tu sais très bien que ses gestes sont faux, et que la malédiction qui plane au-dessus de ta tête te rend si anormale à ses yeux.

De cette jalousie est né un véritable sentiment de lassitude. Tu as beau imploser, ton père ne fait plus attention à toi; enfin, ça c'est ton point de vue. Il t'offrirait monts et merveilles que tu trouverais toujours un prétexte à bouder, à faire comme si la lune qu'on a décroché pour toi ne te suffisait pas. Alors en attendant, tu compenses, profitant avec excès des fêtes organisées dans ta demeure; tu aimes paraitre mystérieuse, arborant une chevelure parfaitement coiffée, des boucles soigneusement dessinées, contrastant avec la liberté que tu leur accordes en temps normal. Jamais seule, tu aimes te positionner à la fois en retrait et à la vue de tous; paraissant inaccessible et irrémédiablement attractive. Ainsi, depuis ton piédestal, tu jauges, tu observes et tu repères tes potentielles proies, un verre soudé à la main, pour ne plus penser à la bienséance ni aux tracas qui te rongent. Toutefois, lorsque ces-derniers sont trop présents, ou que les fêtes ne t'accordent aucun répit, tu n'es pas d'humeur à charmer; tu apparais à la fois aussi glaciale qu'un fjord, et aussi explosive qu'un volcan, et te voilà lâchée au beau milieu de la foule, les jugeant sans pudeur, prête à mordre n'importe quelle personne osant t'aborder de manière trop déplacée pour toi.

Genie in a bottle: Mestra

Tu vivais l’aube de tes dix ans lorsque tes tripes se nouèrent pour la première fois; le jour de l’invocation approchait, et on pouvait dire que tu appréhendais beaucoup, petite Aélis aux joues encore rondelettes. Tu avais bien évidemment entendu parler des risques mortels engendrés par les djinns, et ça aurait été stupide de ta part de ne pas t’en soucier malgré ton jeune âge. Inquiète, tu avais ordonné que l’on t’habitue à t’appeler Faustine dès l’âge de neuf ans, car tu ne voulais pas mourir par inadvertance; ça n’aurait pas été de très bon goût dans ton éloge funèbre après tout. Ton père quant à lui semblait inquiet; alors que les semaines approchaient de la cérémonie, son visage semblait fané, triste, vide; et tu te disais qu’il devait sûrement repenser à la mère de Basile, dont on t’avait tant parlé, t’avertissant au passage des mauvaises intentions des djinns à l’égard des sorciers. Tu as grandi dans la peur de ces créatures de l’au-delà et, à vrai dire, tu n’étais plus si sûre d’en avoir déjà aperçu un auparavant; leurs formes changeantes et leur capacité à se camoufler leur permettait sans doute de se jouer de toi et, naïve comme tu l’étais à l’époque, tu ne t’étais aperçue de rien. Tu espérais secrètement que ton djinn serait gentil, qu’il ressemblerait à ta poupée préférée, ou bien à ta mère que tu ne voyais plus. Tu te rassurais en te disant que, de toute façon, tu n’aurais pas à affronter son regard au château, que tu serais en sécurité si cette chose restait en retrait, et qu’avec un peu de chance il finirait par être invoqué par un autre sorcier.

C’est aussi ce que tu t’es dis lorsque tu as enfin fini par rencontrer Mestra, qui avait pris une forme d’enfant portant la même robe que toi. Ca aurait sans doute plu à n’importe quelle petite fille de voir une nouvelle amie se matérialiser sous ses yeux, mais toi Faustine, tu as préféré pleurer et hurler en silence. Tes joues étaient plaquées de rouge, tu fermais tes yeux inondés de larmes alors que le djinn t’observait, un sac sur la tête, en grognant d’une voix surnaturelle et étrangement masculine. Tu ne t’éloignais pas du pentacle que tes domestiques avaient tracé pour toi, mais tu t’y accroupissais, recroquevillée, les mains sur les oreilles afin de ne plus entendre ce son qui te hantes encore aujourd’hui, neuf ans après. Puis tu repensais à Basile, au fait qu’il ne t’avait jamais vraiment raconté le déroulement de son invocation; et tu t’imaginais combien ça avait du être éprouvant pour lui, qui avait tout de même réussi à aller jusqu’au bout de celle-ci. Tes yeux se rouvraient lentement, ton coeur battait la chamade, et tu fixais le sol, où étaient situées les chaussures vernies que portaient le monstre en face de toi. Tu devais le faire, tout le monde comptait sur toi, tu devais montrer l’exemple à Yvon, même s’il était déjà plus courageux que toi. Un morceau de tissu tomba dans ton champs de vision, et tu ne mis que quelques secondes avant de comprendre de quoi il s’agissait; la créature avait enlevé le sac qui la rendait si effrayante, et tu te risquais à relever ton regard bleu vers elle. Bouche entrouverte, yeux écarquillés, tu scrutais le doux visage qui s'était dévoilé à toi; Mestra avait pris l'apparence d'une jeune fille de ton âge; il avait un air de poupée, mais le regard d'acier qu'il posait sur toi dénotait complètement de ses airs angéliques. De longues tresses noires pendaient de chaque côté de son visage, il portait une robe d'écolière de la même couleur, des collants de laine blanche et les mêmes souliers vernis que tu observais quelques secondes auparavant. Sans sourciller, il s'adressa à toi. « J'espère que vous n'aurez pas l'air aussi ridicule lorsque je vous assisterai lors de votre premier meurtre. Je ne suis pas là pour faire de la garde d'enfant, petite. » Un meurtre ? Sa voix était devenue plus féminine, plus enfantine, mais surtout beaucoup plus glaciale.

Au fil des années, tu finis par comprendre que Mestra, l'enfant cynique aux fantasmes meurtriers est une entité atteinte de profonds troubles qui la hantent depuis toujours. L'enseignant djinnique que ton père a payé pour que tu puisses l'invoquer en dehors du château t'a appris que ton djinn avait vécu au XVe siècle, et qu'il était enfermé lors des massacres subis en Transylvanie. Vivant dans des cachots, loin des rayons du soleil, et torturé à longueur de temps par les sbires de Dracula; il a acquit un désir de vengeance meurtrier, ainsi que des troubles mentaux effrayants, mais inoffensifs tant que tu ne lui permet pas de s'en prendre à toi. Tu sais que dans l'école se terre le djinn de ce-même Dracula dont ton enseignant t'a parlé, enfermé dans l'amulette de Samuel, l'Autumnus de deux ans ton aîné, garçon que Mestra te conjure d'assassiner. L'enseignant djinnique t'a aussi permis de prendre confiance en toi, de l'apprivoiser. Désormais tu ne pleures plus en sa présence, tu n'es plus tant effrayée, en particulier lorsqu'il enlève le fameux sac odorant de sa tête. Tu t'habitues à sa présence, à ses remarques cinglantes et complètement déplacées, à la limite du psychotique. Cependant, lorsqu'il revêt sa forme la plus malsaine, vêtu dudit sac, et que sa voix s'apparente aux grognements des pires monstres auxquels tu as pu cauchemarder durant ton enfance, ton rythme cardiaque s'accélère. Tu n'irais pas jusqu'à hurler, non, tu n'as pas besoin d'inquiéter tes frères ni ton père, mais tu n'oses pas affronter son « regard ». Tu n'as pas besoin de l'observer car ses gémissements résonnent dans ton esprit comme une mauvaise conscience qui aurait passé quelques décennies sous la torture. Il pousse des cris horrifiques et te chuchote des ordres effrayants; ses paroles deviennent de plus en plus violentes à mesure qu'il s'aperçoit que tu ne comptes pas dépecer tes camarades de dortoir, et tu finis toujours par le renvoyer dans ta bague de poison; cette-même bague que tu avais acquise par ta grand-mère maternelle, qui te l'avait faite parvenir par quelques coursiers aussi anonymes qu'elle, le jour de tes quinze ans.

Mestra ne change que rarement de forme; mais s'il apparait dans sa version « dénudée », dira-t-on, il ne sera pas impossible qu'il se métamorphose en quelque chose de plus transportable, de moins imposant qu'une fillette qu'on pourrait confondre avec une élève de Beauxbâtons. Ses formes préférées, lorsqu'il agit de la sorte, restent toutefois légèrement inquiétantes : de l'araignée à la chauve-souris, en passant par un énorme serpent aux écailles ténébreuses, il te permet d'éloigner les plus froussards de ton passage, alors même que tu n'as aucune envie d'effrayer qui que ce soit.
Tu sais pertinemment que s'il en avait l'occasion, Mestra n'hésiterait pas une seule seconde à te tuer, à la fois pour retrouver sa liberté, mais aussi pour être invoqué par quelqu'un de plus fou que toi, quelqu'un qui puisse réaliser ses fantasmes sans broncher. De ce fait, tu ne lui adresses la parole que pour lui donner des ordres, ou pour lui dire de se taire, lorsqu'il est sous sa forme la plus favorable. On ne peut pas dire que tu sois proche de ton djinn, et cela soulage grandement ton père, qui avait peur de voir une forme djinnique trop sympathique et trop mielleuse t'aborder, gagnant petit à petit ta confiance et ton amitié, lui permettant d'avoir des chances d'obtenir ton prénom de naissance, que tu ne donnerais pour rien au monde à Mestra.


Pseudo: Jwo Age: 22 ans Où avez-vu connu DJ? J’ai regardé le ciel et Cupidon m’a frappé en plein coeur. #smooth Autres comptes? Joshy le poussin Chou Une remarque ? Je vous aime tellement fort, vous! Soyez prêts à accueillir une bombe à retardement Niark Un mot pour la fin ? Quand tu me mords où ça dérange et tu m'attaches les bras. Quand je fais sautiller sa frange ses cris se tirent dans les graves. Les voyeurs en redemandent, moi je ne veux que Houna, la plus belle des plus belles chambres et de la place pour trois ! Al

Djinn Jinxed


Dernière édition par A. Faustine de Villeneuve le Mer 3 Fév - 0:51, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Autumnus
A. Faustine de Villeneuve
Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t564-faustine-girls-like-girl
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2248
Date d'inscription : 23/01/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Sam 23 Jan - 23:43


Trust & Obey
Si tu sautes, je saute

« Écoute. »
Il était charmant, plus âgé, il te faisait rire, et sa beauté était incroyablement resplendissante. Cela faisait déjà quelques mois que tu le fréquentais, ce moldu que tu appelais affectueusement ton Jules. Il te promettait monts et merveilles, jurant que ta beauté n'avait d'égal que ta splendeur; et toi, naïve enfant, tu le croyais. Oui Faustine, tu croyais cet abruti, ce crétin qui n'avait qu'une chose en tête : te posséder, et pas de la meilleure façon qui soit. Fort heureusement, sous la protection de ton frère aîné, tu ne risquais absolument rien; Basile venait d'avoir dix-huit ans, il était majeur, il en imposait et pouvait faire fuir n'importe quel goujat tentant d'infiltrer ton intimité. Tu n'avais qu'à lui demander gentiment, et ton frère se chargeait d'inspecter le passé de n'importe quel garçon que tu souhaitais fréquenter. Jules n'avait rien à se reprocher, il représentait à la perfection le gendre idéal, le genre de garçon qui aurait sans doute plu à ta mère si elle avait été présente à tes côtés. Alors tu restais avec lui, te plaisant à reposer ta tête sur son épaule si forte, si rassurante; vous appreniez à vous connaître, doucement. Ton cœur palpitait en sa présence, tes entrailles se tordaient d'une sensation à la fois agréable et profondément gênante, tes mains tremblaient légèrement lorsque vos visages se rapprochaient un peu trop fort, vos lèvres s'effleurant avec douceur sans jamais se toucher vraiment, et tu te demandais si c'était ça, l'amour. Et oh, Faustine, si tu avais su les véritables intentions de ton Jules; jamais, Ô grand jamais, tu ne te serais confiée à lui. Tu lui aurais sans doute avoué les quelques petites choses gênantes qui nous arrivent à tous lors de notre enfance mais toi, du haut de tes quinze ans, tu t'apprêtais à lui révéler ton secret le plus lourd, le plus dangereux; celui qui lui permettrait de te faire du mal, vraiment. Quelle erreur tu fis en lui avouant ton inéluctable obéissance, malédiction qu'on jeta sur ton berceau, que tu combattais nuit et jour... On t'avait prévenue Faustine, que tu devais garder cette horreur en sécurité, que tu ne devais te confier à personne d'autre que tes frères, personne d'autre que ton père. Mais c'est trop tard petite, car le regard que Jules pose sur ton corps s'est déjà assombri.

« Obéis. »
Tu marchais doucement dans l'allée du manoir qu'habitait Jules, il faisait nuit noire, et tu avais profité du sommeil qui surplombait ta propre demeure; inconsciente enfant se jetant dans la gueule du loup. Ton bien-aimé se tenait sur le porche, portant une chemise entrouverte qui faisait rougir tes joues parsemées de taches orangées; son eau de Cologne envahissait tes narines et dispersait une sensation de bien-être dans chaque parcelle de ton corps. Tu l'aimais Faustine, pauvre de toi. Refermant la porte derrière toi, tu te retrouvais piégée alors même que tu n'en avais aucune idée. Jules s'installait tranquillement dans un somptueux canapé vêtu d'un velours aux couleurs indécentes; tu étais plantée devant lui, sans savoir quoi faire de tes dix doigts et, d'un sourire carnassier, le garçon passa sa langue entre ses lèvres. Avant même que tu ne puisses interpréter ce visage d'acier que tu ne lui connaissais pas, fronçant les sourcils, réalisant ton erreur, Jules s'était emparé de toi. « Déshabille-toi. » Tu t'emparais aussitôt de cette robe devenue trop étouffante, pour la laisser glisser le long de ton corps; son regard t'effrayais, ses yeux devenaient fous, et tu étais à sa merci. Des larmes perlaient le long de tes joues rosies de honte, tes lèvres craquelaient, asséchées par la peur, et tu délaçais maladroitement ton corset. Trop lente pour Jules, ma fille, tu ne lui donnais pas ce qu'il attendait de toi, il n'aimait pas tes larmes, mais ton expression paniquée semblait lui plaire et il se leva pour mieux te posséder. Ses lèvres se posèrent sur ton épaule, sa main vint atterrir sur l'arrière de ton crâne, tirant doucement sur tes cheveux pour libérer ton cou qu'il commençait à mordiller, son autre main se baladant sur ta poitrine naissante. Et toi Faustine ? A quoi tu pensais en te rendant chez un garçon plus âgé, par nuit qui plus est ? Pourquoi t'étais-tu laissée convaincre de trahir la confiance de ta famille, que faisais-tu à moitié nue dans le salon d'un homme qui désirait abuser de ton innocence ? Tu t'en voulais, tes lèvres tremblaient et tu implorais l'aide d'une quelconque divinité. « Reste là. » Pas d'échappatoire, aucune issue de secours, tes jambes restaient clouées au sol, et tu regardais Jules s'éloigner, tu entendais le bruit significatif d'un plastique qu'on déchire dans la hâte. Non. Pas maintenant. Pas comme ça. Tu n'étais pas prête.

« Réagis. »
Tu n'avais pas ta baguette sur toi, pensant bien naïvement que tu ne craindrais absolument rien en compagnie d'un moldu qui t'aimait autant que ton cœur ne tremblait pour lui. Tu te contentais d'être engluée au sol, à moitié nue, pleurant de rage, te maudissant de n'avoir averti personne de ton départ du château. Qu'est-ce qu'il allait te faire ? Il était beaucoup trop long pour ne prendre qu'un simple préservatif; est-ce qu'en plus de cela il comptait te torturer ? T'attacher ? Tu soupirais nerveusement à cette dernière pensée, peut-être que ça n'était pas assez pour lui de te voir obéir à ses ordres instantanément, il fallait en plus qu'il joue le jeu du tortionnaire jusqu'au bout. Tu t'imaginais déjà bâillonnée, attachée de toutes part, victime soumise d'un mécréant qui t'avais volé ton cœur et ta confiance, qui te manipulait comme une simple marionnette dénuée d'âme, de sentiments, de conscience... Tu pensais beaucoup trop Faustine, ton cœur manqua un battement lorsque tu entendis la serrure de la porte d'entrée se déverrouiller lentement; une clé ? Un partenaire de jeu pour Jules ? Avait-il prévenu ses amis répugnants ? Tu n'osais même pas tourner la tête vers la personne qui venait de faire son entrée dans le salon, tu refusais de croiser le regard de la prochaine personne à te voir ainsi humiliée. « Faust ! Barre-toi ! Trouve Basile ! Ce mec va regretter de s'en être pris à notre famille. J'te promets Faust. » Avant même que tu ne puisses réaliser qu'Yvon venait de faire irruption au manoir du Jules, ton corps semblait prêt à s'enfuir loin de cette monstrueuse prison dorée, tu ne verrais plus jamais ce manoir, et encore moins son propriétaire. Yvon t'avait sauvée; son goût du risque et sa curiosité l'avaient poussé à te suivre dans la nuit, et il était là, brandissant sa baguette, avançant doucement dans les couloirs de la demeure, à la recherche du criminel qui t'avais piégée, qui avait voulu te déshonorer sans cérémonie aucune. Tu courais, ta robe trônant toujours au beau milieu du salon du garçon, tu t'épuisais à la tâche tes larmes inondaient ton si joli visage, ta peau était glacée, et tu faisais peur à voir, ma petite. Ton maquillage coulait, tu ne portait plus que tes bas et ton corset délacé, tu n'avais plus qu'une envie : te jeter dans les bras de Basile, l'implorer de rejoindre Yvon, le supplier de te débarrasser de celui qui t'avait trompée par ses paroles rassurantes. Tu te jurais de ne plus jamais faire confiance aux hommes, Faustine, plus jamais.

Djinn Jinxed


Dernière édition par A. Faustine de Villeneuve le Mer 3 Fév - 0:56, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Président du Club de Danse
C. Yvon de Villeneuve
Président du Club de Danse
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t101-yvon-j-prend-l-amour-en-
Identité magique
Who wears the crown ? :  There is both me and my silhouette. I hope that on the days you find me and all I am are darkened lines, you still are willing to be near me.
Messages : 1919
Date d'inscription : 13/10/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Sam 23 Jan - 23:47

MA SOEUUUUUUUUUUUUR A MOUAAAAAAAA ET BAAAAAAAAAS !!! Han Squiz Han Squiz Han Squiz Han Squiz Han Squiz Han Squiz Han Squiz Han Squiz Han Squiz
TU ES A NOUS ET T'ES LA MEILLEURE !!! JE T'AIME ! JE TE CHÉRIRERAIIIIIIIIIIS !!! Chou Chou Chou Chou Heart Heart Heart Heart Fan Fan Fan Fan Ouh Ouh Ouh Ouh Gaga Gaga Gaga <3 <3 <3 <3 Luv Luv Luv
LANNISTER JUSQU'AU BOUT !! (de Bass Hihi)



badges POWA !!:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Sam 23 Jan - 23:54

C'est très vénale ce que je vais dire mais elle est tellement belle Cynthia Fan !!! Je suis contente que tu la tentes! Courage pour cette fiche! FAIS NOUS DES MERVEILLES! N'hésites pas à tataner Yvon et Basile Yeah !

*smooch!*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Délégué des Autumnus
A. Basile de Villeneuve
Délégué des Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t144-basile-molten-eyes-and-a
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2850
Date d'inscription : 15/10/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Sam 23 Jan - 23:58

COMMENT T'ES BELLE C'EST JUSTE SADJLDKJKSGLFGKLGH Han Han Han TANT DE PERFECTION AVEC LES LANNISTER Fire MA SOEUR À NOUS ( oui c'est français ) JE T'AIME Yes Yes FAIT NOUS DES MERVEILLES Owai Chou Al Squiz Luv <3


Your love is fire
It's way too soon, way too soon to fall for you. 'Cause I'm way too high, way too high, high on you. We do the same old things and it's always new ▬ You drive me wild but I play it cool. You take your time, you blow my mind.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Dim 24 Jan - 0:40

FAUSTINE Gnoe Cache Cache Cache Chou Cache Cache Cache
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Dim 24 Jan - 0:49

T'es trop belle en rousse Yes Mih Heart
J'ai hâte de voir ce que tu va faire de la petite de Villeneuve Robert


Dernière édition par C. Antonia de Casabianca le Dim 24 Jan - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maîtresse des Autumnus et Professeur de Charmes et Enchantements
R. Colette Belgarde
Maîtresse des Autumnus et Professeur de Charmes et Enchantements
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t98-colette-celles-qui-ont-l-
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 739
Date d'inscription : 11/10/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Dim 24 Jan - 13:10

Rebienvenue, choupie Yes
Et puis, c'est vrai qu'elle est bien mignonne la petite soeur Heh (Bass pique Perle, et si on jouait avec la frangine Sem comment ça, j'ai déjà beaucoup trop de filles sur le dos ? Curly )
En tout cas, contente que tu te plaises toujours autant sur le forum pour que tu veuilles déjà y faire un DC Squiz On t'aime Heart (et envoie du pâté, hein ! Mdr )


We're in heaven
Baby, you're all that I want, when you're lying here in my arms, I'm finding it hard to believe we're in heaven. And love is all that I need and I found it there in your heart. It isn't too hard to see we're in heaven.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Autumnus
D. Freyja Jansdóttir
Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t439-freyja-made-of-ice-and-f
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 418
Date d'inscription : 16/12/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Dim 24 Jan - 13:48

BEBICHOOOOOOOON Puppy

Hgfjflsmskjfhghfjd mon cœur bat tellement pour cet avatar


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦  Joueur numéro 2 de polo ailé de la saison Aestas
R. Léonardo Grimaldi
Admin ¦ Joueur numéro 2 de polo ailé de la saison Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1645
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Dim 24 Jan - 14:24

R. Léonardo Grimaldi s'étouffe dans sa bave

Rebienvenuuuuue Al nous faudra un lien Mdr Lick


Can't you understand
All I ever wanted, all I ever needed is here, in my arms. Feelings are intense, words are trivial. Pleasures remain, so does the pain. ▬ Enjoy the silence.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Autumnus
A. Faustine de Villeneuve
Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t564-faustine-girls-like-girl
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2248
Date d'inscription : 23/01/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Mar 26 Jan - 0:27

Oh la la... Trop d'amour sur cette fiche, franchement, vous me faites tous rêver. Yes
Je tenais à signaler que j'avançais lentement mais sûrement sur le cas Faustine; j'aimerais prendre mon temps comme on m'a conseillé de le faire, et j'espère pouvoir ravir vos pupilles avec un personnage à s'en tamponner le popotin par terre. Han J'ai vraiment très hâte de pouvoir la jouer, de pouvoir compléter la famille de Villeneuve en rejoignant mes frères chéris Heart et surtout de faire des RP de la-mort-qui-tue avec vous tous ! :cutie:

Merci à tout le monde pour les compliments vis-à-vis de Cintia Dicker, j'en suis moi-même tombée amoureuse, et je suis enchantée qu'elle vous plaise à ce point. Hihi
Encore une fois, je tiens à dire que je ferai de mon mieux pour créer une 2V à la hauteur de vos espérances, et que j'ai grave la pression Lambert, tes plans de vengeance sont tout bonnement extra Mdr

Je vous smooch tous d'amour, et je croise les doigts pour terminer tout de même assez rapidement.
Du love, du love, DU LOVE ! ChouHeart
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Mar 26 Jan - 17:14

HEYYY YOUUUUUUU ! :cutie:

Tu sais que t'es belle ?! Yes J'ai hâte de voir ta Faustine (party, party, party) faire honneur aux merveilleuses moeurs de la famille Villeneuve - qui est juste totalement awesome, on va le dire ! BREF ! La famille est awesome, tu es awesome, c'est le destin !!! Hug

Couraaage pour la rédaction de ta fiche ! Hug2
Et réserve-moi un lien fantastique !!! Han
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fons
G. Marius Lévy
Fons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 212
Date d'inscription : 20/12/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Mar 26 Jan - 19:00

Owh, beauté ! Jean
JE T'AI DIT QUE JE VOULAIS UN LIEN.

Bref. Bon courage pour ta fichette, j'ai hâte hâte hâte d'en lire pluuuuuuuus Han Yes



The good things in life are better with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Beauxbâtons
La Directrice
Beauxbâtons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 439
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Faustine ♡ Girls like girls like boys do.   Jeu 4 Fév - 11:49


Faustine, la flamboyante, aux émotions plus à vif qu'un feu de joie. Feu de joie qui se fait néanmoins feu de cheminée, esthétique et simplement prisonnière du regard qu'on pourrait lui jeter. Sois belle et ne t'enflamme pas. Le coeur brûlant a fini par se glacer pour éteindre la flambée, ne laissant plus que des braises qui menacent encore de tout embraser.
Veuillez recevoir nos plus sincères félicitations pour votre sélection parmi les  AUTUMNUS ! Vous voici à présent un(e) sorcier-ière à part entière de cette prestigieuse Académie et en tant que tel(le), nous vous invitons à transmettre et vérifier vos données personnelles dans les différents registres des listings. Cette section vous offrira également la possibilité de déposer des candidatures afin d'espérer décrocher un poste à responsabilité parmi les Maîtres et Délégués au sein de cet établissement ou encore de vous faire connaître de ses résidents en tant que joueur de Polo ailé. A savoir qu'il est toutefois toujours plus judicieux de participer quelque peu à la vie scolaire avant d'en faire la demande. Si cette fiche n'est pas la première, merci de bien vouloir référencer votre double compte en remplissant ce parchemin de votre plus belle plume. Avant de débuter le Rôle Play, n'hésitez pas à vous référer aux Points Cardinaux pour y inaugurer au Nord une Fiche de Personnage rassemblant à la fois les différents liens à nouer au cours de cette scolarité ainsi qu'une liste des récits qui en ponctueront l'aventure. L'Ouest regroupe les Bulletins des étudiants et la respectabilité des enseignants qui sont à consulter et compléter. Toutes les demandes et requêtes particulières seront à formuler à l'Est. Le Sud, quant à lui, vous informera sur toutes les spécificités que les points de vote et de RP ont à offrir dans le jeu. Sur ces quelques mots, il nous vous reste à présent plus qu'à explorer cette majestueuse bâtisse pour que la magie puisse opérer !
Revenir en haut Aller en bas
 

Faustine ♡ Girls like girls like boys do.

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Cadran des Saisons :: Bienvenue à Beauxbâtons-