Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Le monde magique se trouve au mois de mai 1971 et est en pleine effervescence !
Classe aisée
Temporairement, le rang social de la Bourgeoisie a été rouvert pour les inventés.
Merci de prendre en compte que les places y sont toutefois limitées
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 Obtenir une particularité magique

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Lun 2 Mai - 14:09

Je transmets également Mih
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Lun 2 Mai - 23:23

Je reviens vers vous deux Chou Bulle

Vos deux demandes ont été acceptées Hug Han

Pour Coppie, c'est super et vraiment novateur. Comme il existe déjà les fantômes, n'oublie pas de mentionner dans tes futurs RP si les entités qu'elle voit sont visibles ou non des autres Heart Enfin, faudra bien expliciter pour éviter la moindre confusion Chou

Et pour Gwen, tu as vraiment bien compris le don et ta description est très jolie Bulle Après, j'ai hâte de lire un peu plus le contexte familial dans ta fiche pour voir comment tout ça s'est déroulé Chou
Une petite remarque tout de même ^^ :Tu mentionnes à un moment quelques sirènes que Gwen visite parfois. Je pense qu'il est davantage probable que le clan se méfie de lui, ou même qu'il lui en veuille pour la mort (accidentelle) d'une des leurs. C'est juste un conseil mais ça nous semblait plus logique Heart

Dans les deux cas, nous avons hâte d'en lire plus à vos sujets Chou Hug
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Lun 2 Mai - 23:34

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!  Yes Yes Yes Et ravie que tu aimes la description, j'étais pas trop sûre de moi... Potté
Pour les sirènes, oui, j'avais dans l'idée que le clan lui en veuille, parce que c'est un peu sa faute si sa mère est morte. Mais je pensais que s'il avait des aînés côté sirènes, ces derniers auraient quand même pu le croiser à quelques reprises, histoire de voir à quoi ressemblait leur demi-frère, mais sans vraiment créer de lien avec le demi-terrien. Mih
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Lun 2 Mai - 23:48

De rien Squiz La description était vraiment belle et douce, ça faisait plaisir à lire Bulle

Et ouii, on est reliées alors Chou J'imaginais à peu près la même chose en fait : cette sorte de curiosité un peu farouche que pourraient ressentir quelques sirènes et cette haine d'autres qui ne préféreraient même pas en entendre parler, ça peut être une bonne piste Chou

Courage pour ta fiche, petit triton Mih
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Jeu 23 Juin - 19:10

Nom: de Châtelet.
Prénom: Angélique.
Age: 18 ans.
Don: Télékinésie.
Motivations: Je ne l'ai pas encore écrit dans ma fiche (ça arriiiiive /pan/) mais Angélique est incapable de canaliser correctement la magie. Si elle s'abreuve de magie, passant de bouquins en bouquins pour enrichir sa culture générale et en apprendre plus sur le monde, si elle est une véritable machine de guerre en théorie, quand il s'agit de la pratique... Ca coince. Du coup je voyais ce "ça coince" par le fait qu'en tant que télékinésiste, elle sait manipuler la magie, mais pas par les moyens habituels (la baguette magique, en gros) et que cette manipulation de magie la fatigue énormément, rapport au fait qu'elle est physiquement assez faible du fait d'une tension plus basse que la moyenne qui la pousse à faire les choses à son propre rythme pour ne pas prendre le risque d'être victime d'étourdissements, voire d'évanouissements. Bref, son pouvoir de télékinésie expliquerait pourquoi elle a beaucoup de mal à lancer le moindre sort basique sans le bosser pendant un loooooong moment.
RP d'exemple: Le rp se passe quelques temps après la mort de la mère d'Angélique, Suzanne de Châtelet. Partant du principe qu'elle tient ce pouvoir de sa mère (c'est possible, j'espère '^') Angélique décide d'apprendre à le maîtriser pour se rapprocher de sa mère qui n'est plus, et pour pouvoir faire de la magie comme les autres.

_____________________________________

Elle pouvait y arriver. Elle le savait. Longtemps, elle avait laissé ce don, cette malédiction, en suspens, pour ne pas se provoquer inutilement des maux de tête. Pourquoi s'embêter quand elle pouvait avoir les mêmes résultats avec une baguette magique ? Wingardium Leviosa, on tourne et on abaisse, et le tour était joué. Sauf qu'elle n'y arrivait pas. Malgré tout son travail, ses recherches, ces heures passées le nez plongé dans les livres, elle n'y arrivait juste pas. Et elle savait pourquoi. A cause de ce fichu don, cette fichue malédiction, qu'elle savait de source sûre tenir de sa mère, Suzanne de Châtelet. En temps normal, Angélique aurait repoussé le problème, pour se concentrer sur la baguette, et réessayer, encore et encore, jusqu'à y arriver. Mais depuis un peu plus d'un mois, quelque chose s'était brisé, quelque chose avait changé. Leur quatuor était devenu trio quand l'un des piliers de la famille était passé de vie à trépas. Les trois autres de Châtelet pouvaient toujours voir la regrettée Suzanne, dans les tableaux de famille, et elle leur souriait alors, comme si elle ignorait qu'elle renforçait leur sentiment de perte et d'abandon. Avec la mort de sa mère, Angélique avait réfléchi, et lassée de tenter de contourner le problème, elle avait décidé d'attaquer le mal à la racine. Puisqu'elle ne pouvait pas faire de magie avec une baguette, qu'à cela ne tienne ! Elle en ferait sans ! Et ces pouvoirs télékinésiques, si longtemps mis sous clés, ne seraient plus, pour elle, une gêne, un fardeau, un ennui de plus qui lui pourrit la santé en accentuant ses maux de tête tout en l'empêchant de faire de la magie normalement !

Assise à son bureau, les coudes sur le bois, les doigts sur les tempes, Angélique fixait avec intensité un exemplaire des Contes de Beedle le Barde, que sa mère lui lisait quand elle était petite. Quitte à s'y mettre sérieusement, elle préférait faire ça avec un objet connu et reconnu, qu'elle avait tenu dans ses mains tellement de fois qu'en fermant les yeux, elle connaissait l'emplacement de chaque mot sur chaque page. Soulever ce livre serait plus difficile que tordre des cuillères, et risquait de lui faire atrocement mal à la tête. Mais elle s'en fichait. Ce don qui venait de sa mère, qu'elle avait tant et tant repoussé, elle voulait maintenant apprendre à le maîtriser, pour se rapprocher de sa génitrice qui n'était plus ici pour la complimenter, lui dire qu'elle était fière d'elle. Sentant les larmes lui monter aux yeux, elle ferma les paupières, barrage de chair contre la montée d'eau salée. Cela sembla suffire. Alors elle rouvrit les yeux, pour les reposer sur le livre de contes qui avait tant vécu. Son regard saphir se plissa, tandis qu'elle se concentrait intensément. Une petite voix, au fond d'elle, lui murmurait qu'elle avait l'air ridicule, à fixer un livre avec assez de force pour le brûler du regard, mais elle la repoussa négligemment. Que lui importait d'avoir l'air ridicule ! Quand elle aurait maîtrisé sa télékinésie, elle serait enfin capable de faire convenablement de la magie ! Sa vie, quelque part, en dépendait. Pour reprendre confiance en elle, pour remonter la pente, pour trouver une occupation. Tout ce temps qu'elle passerait à s'épuiser pour contrôler son pouvoir serait du temps qu'elle ne passerait pas à s'enfoncer dans la déprime en se rappelant, à chaque seconde, qu'elle ne verrait plus sa mère que sur les photos du manoir.

Rapidement, quelques pointes semblèrent s'enfoncer dans sa tête, signes précurseurs de la migraine liée à l'entraînement. Généralement, Angélique s'arrêtait là, effrayée par la violence du mal de tête, peu désireuse de passer des heures allongée dans le noir pour faire passer la douleur. Cette fois-ci, elle persévéra. Que vaut une vulgaire migraine contre la possibilité de pouvoir faire de la magie comme les autres sorciers de son âge ? Une goutte de sueur coula le long de sa tempe, preuve, s'il en était, que sa concentration était optimale. Jamais encore elle n'était allée aussi loin. Et ce n'était que le début du chemin. Doucement, sa tête commença à l'élancer, mais la blonde n'en tint pas compte. Elle y arriverait. Même si elle devait se tuer à la tâche, ce fichu recueil de contes bougerait, ne serait-ce que d'un vulgaire millimètre. Même si ce n'était pas ce qu'elle voulait faire à la base, elle se serait contentée de le voir se déplacer. Elle, elle voulait le soulever dans les airs. Et elle se savait assez têtue pour y arriver. Raison pour laquelle, quand le livre commença à trembloter, elle n'abandonna pas, plissant un peu plus ses yeux bleus pour aller plus loin, ignorant superbement le mal de tête qui lui vrillait les tempes. Ce n'était qu'un mal de tête. Elle vivait bien pire que ça tous les mois, et n'en était jamais morte, après tout. Finalement, son pouvoir eut raison du livre de contes, qui s'éleva de quelques millimètres, presque avec timidité, avant de retomber. Avec un grognement, Angélique rassembla mentalement tout son pouvoir, et l'envoya vers le livre comme une vague allant s'écraser sur un rocher.

Et pour la première fois, elle réussit. Placidement, le livre se souleva, s'élevant nonchalamment à hauteur de ses yeux, puis allant de gauche à droite en un mouvement de balancier. Complètement crispée, doigts raidis sur ses tempes blanchâtres, Angélique tenait les Contes de Beedle le Barde en son pouvoir de télékinésiste. Enivrée par le succès, la jeune blonde continua de faire bouger le livre, pour voir la tranche, la couverture, poussant même le vice jusqu'à l'ouvrir et le refermer avant de le remettre droit. Elle y était arrivée ! Et brusquement, la douleur éclata dans son cerveau en un kaléidoscope de couleurs et de sons, brisant sa concentration d'une intensité rare. Le livre retomba sur le bureau avec un bruit sonore, la faisant grimacer de douleur. Tâtonnant du bout des doigts, Angélique se saisit d'un mouchoir pour le plaquer sur son nez, qui, suite à cette concentration trop violente, s'était mis à saigner sans qu'elle ne s'en rende compte. De l'autre main, elle attrapa la coupelle de thé pour la tirer jusqu'à elle, buvant une grande gorgée de grande camomille, préparée quelques minutes avant en prévision de son exercice pour atténuer l'éclat de sa violente migraine. Pâle comme une morte, à bout de souffle, tremblante et rougie par le sang lui coulant du nez, Angélique faisait peur à voir. Mais même cela ne pouvait lui enlever le sourire qui s'étalait sur son visage. Le sourire lumineux et rayonnant de la victoire.

« J'espère que vous êtes fière de moi, mère. »

Dans le cadre photo posé sur le bureau, le portrait de Suzanne de Châtelet hocha la tête, offrant à sa fille son habituel sourire tranquille.


Dernière édition par E. Angélique de Châtelet le Dim 26 Juin - 18:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
B. Perle de Béziade
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t96-perle-our-shell-could-spi
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 5869
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Jeu 23 Juin - 19:40

Je transmets Chou


 
❝Tes doubles sens si romantiques❞ J'entends encore l'onde sensuelle de ta bouche sur la mienne. C'était si fort, c'était si beau; la philosophie de ton souffle entre mes mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Ven 24 Juin - 11:53

Nom: Champagne
Prénom: Prudence
Age: 23 années
Don: Bisclavrets
Motivations: Prudence va être une jeune femme bien dans sa peau, carrée et désireuse de bien faire : la petite fille qui veut rendre son père fier, malgré quelques divergences d’opinions. Cette malédiction (appelons un chat, un chat !) pourrait la déstabiliser, la faire douter, la tourmentée : Est-ce qu’elle va tuer quelqu’un ? . Cette question tournera en rond dans sa jolie petite tête. Et puis, cette jeune demoiselle bien élevée, distinguée et élégante aura cette part d’instinct sauvage qui dénotera complètement avec le reste de sa personnalité. Personne ne s’attend à voir une bourgeoise comme Prudence venir d’une lignée de Bisclavrets. Merci Maman ! Et puis, devoir garder un secret comme celui-ci , parce qu’il est évident qu’elle ne devra pas en parler, pourra s’avérer intéressant. Cela donnera aussi des RP’s cool et vivant (ou mort (avec du sang ( Sem ))). Et puis, J’aime tout simplement l’idée que ça va lui torturer l’esprit, au moins un petit peu Mdr

RP d'exemple:

Fin juillet 1962 – Manoir des Champagne – Nuit de pleine lune

Prudence aimait bien l’été, cela lui permettait de ne pas avoir besoin de prendre trop couche lors de ces escapades nocturnes. Elle aurait préféré rester à l’intérieur, au sec dans sa chambre. Ou dans les cuisines, pour profiter des quelques restes de glace qui avait été servie au dîner, mais préférait sortir. Et, même si personne n’en parlait, elle savait qu’il savait. Et les domestiques ne pouvaient pas s’empêcher de pousser un léger soupir de soulagement lorsqu’il voyait l’héritière se préparer pour une sortie. Ce n’était pas un secret au sein de la maisonnée. Tout le monde était au courant mais c’était un sujet taboo. Personne n’en parlait. Prudence avait déjà eu l’occasion d’en discuter avec son père, lorsque la malédiction, s’était déclenchée. Oui, la jeune femme, comme la plupart des personnes qui travaillaient et vivaient au manoir pensait que c’était une malédiction. Certains, plus croyants, pensaient même que c’était l’œuvre du diable mais la jeune sorcière était tellement ouverte d’esprit à côté de ça que personne ne lui tenait rigueur de ce don du démon. Après tout, que pouvait-il y faire ? Pas grand-chose. C’est génétique, il parait. Bartholomé lui a dit que cela lui venait de sa mère, mais ne s’attardait jamais trop longtemps sur le sujet, une lueur de tristesse prenait place dans ses yeux et le maître de maison prétextait un quelconque travail important pour éviter la conversation.  Alors la bourgeoise s’était renseignée d’elle-même, avec l’aide de sa nourrice, toujours présente au manoir et de son Djinn. Ils s’étaient rendus à Paris pour aller se document dans la librairie nationale mais n’en avait au final pas appris plus que ce qu’ils savaient déjà. De toute façon, il n’est pas possible de lever cette malédiction. Il fallait vivre avec. Tant qu’elle ne faisait pas trop de ravages.. La maison et le domaine avait d’ailleurs été organisés du temps de sa mère pour éviter tout débordement bestiale. La jeune femme ne risquait donc, normalement rien, mais, par précaution, son Djinn l’accompagnait. Il revêtait pour l’occasion la peau d’un loup. De cette manière, lorsque la demoiselle perdait tout contrôle, Tsuku était là, près d’elle.  

Prudence ferma la porte de la maison qui menait directement au jardin, ce dernier se trouvait à côté d’une forêt. Le bon plan ! Elle marchait, silencieuse, observant la lune briller commencer à apparaître. Elle n’avait pas beaucoup de temps. Il fallait dire que le repas du soir s’était avéré très long mais très intéressant. Un cousin lointain du nord de la France était venu le temps d’un diner avant de reprendre sa route pour le sud. La brune aurait été bien embêtée s’il avait dormi ici. Mais, son père aurait trouvé une solution. Une fois arrivée assez loin de la maison, à la lisière entre les jardins parfaitement bien taillés et la forêt, l’auboise laissa ses chaussures de côté et ne garda sur elle que sa chemise de nuit. Il n’y avait personne, et elle avait l’habitude : elle ne craignait rien. Après un sifflement évoquant le chant d’un oiseau, Tsuku pris la forme d’un loup de montagne lambda. Ne pas se faire remarquer, c’est la clef ! Même si, ils ne partaient pas sur de bonnes bases. En effet, des loups dans une petite forêt de la campagne auboise, ce n’est pas commun ! Mais, ils n’avaient pas le choix. Et puis, jusqu’à maintenant, tout s’était assez bien déroulé. Le problème, c’était la douleur. Ses os qui se cassent pour changer de forme, pour que son corps change de forme. Le pelage qui poussa à une vitesse faramineuse, les griffes. Et puis, la sensation de perdre le contrôle. De ne plus pouvoir diriger ses faits, ses gestes. Même ses pensées, ses gestes lui échappait. Il n’y avait plus rien. Plus que l’envie de courir mais surtout de chasser, de faire ce que son instinct animal lui disait de faire. Oui, il n’y avait plus que cela qui comptait.

Ce soir-là se passa comme les autres. La transformation fût incroyablement douloureuse. Après quelques minutes nécessaires pour reprendre son souffle, la louve, pelage noir aux yeux jaunes se redressa. Il y avait encore se loup gris et brun qui était dans les parages, mais il ne faisait en général que la suivre sans trop intervenir. Sauf si elle allait trop loin.. En parlant d’aller loin.. Elle se sentait d’attaque pour une bonne promenade dans la forêt. Elle ne perdit pas son temps et trottina tranquillement jusqu’à la zone boisée, là ses pupilles se firent plus noires, plus rondes. Elle attrapa rapidement une odeur et la suivit. A vue de nez, cela devait être un chevreuil ou peut-être un cerf. Si ces créatures ne se ressemblaient pas tant que ça, elles avaient pourtant une odeur très semblable, il était donc assez difficile de les distinguer. De plus, il y avait toutes ses autres senteurs : les fleurs, les arbres, l’humidité de la nuit qui commençait à monter. Et les bruits aussi : le vent qui se prend dans les feuilles, les hiboux qui crient et sans oublier les souris qui détalent sur son passage et tant d’autre choses qui faisaient travailler la totalité de ses sens.. La louve s’enfonça davantage dans les sous-bois. La piste se fit de plus en plus clair et.. elle tomba sur un cerf. Une créature majestueuse aux bois immenses. Elle hésita un instant.. Faire tomber une proie aussi grosse toute seule n’était pas forcément une bonne idée. Mais, elle cessa tout réflexion lorsque le cerf détala, surement avait-il sentie son odeur. L’instinct prenait le dessus. Et ce qu’il voulait, c’était une bonne partie de chasse. Le cervidé allait lui servir de repas. Rapide et agile, le canidé rattrapa rapidement sa proie visiblement bloquée par l’amas de ronces, de buis et d’arbre. Elle grogna, se voyant déjà dévorer le cerf. Mais ce dernier aussi, avait l’instinct de survie et lorsque la louve tenta une attaque toutes dents dehors, il l’envoya voler contre un arbre grâce à ses bois. Le loup couina et resta un instant allongé au pied de l’arbre pendant que sa proie prenait la poudre d’escampette sans demander son reste. Hmmm. Le lendemain promettait d’être douloureux..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
B. Perle de Béziade
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t96-perle-our-shell-could-spi
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 5869
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Ven 24 Juin - 14:23

Je transmets également Hug


 
❝Tes doubles sens si romantiques❞ J'entends encore l'onde sensuelle de ta bouche sur la mienne. C'était si fort, c'était si beau; la philosophie de ton souffle entre mes mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
B. Perle de Béziade
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t96-perle-our-shell-could-spi
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 5869
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Sam 25 Juin - 19:24

Angélique je t'ai envoyé un petit mp Love

Prudence ta demande est acceptée. Je te rajoute à la liste Brille


 
❝Tes doubles sens si romantiques❞ J'entends encore l'onde sensuelle de ta bouche sur la mienne. C'était si fort, c'était si beau; la philosophie de ton souffle entre mes mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joueuse numéro 1 de polo ailé de la saison Autumnus
T. Mäevä Caouette
Joueuse numéro 1 de polo ailé de la saison Autumnus
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t2103-maeva-bienvenue-va-voir
Identité magique
Who wears the crown ? : Si le monde entier te persécute, tu te dois de persécuter le monde. @T
Messages : 772
Date d'inscription : 19/12/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 26 Juin - 2:54

Merciiiii !! Boogy Chou


 
I feel the magic, it burns in the air. I see illusions are everywhere. I feel the magic, it's out of control Smoke and mirrors everywhere I go.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
B. Perle de Béziade
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t96-perle-our-shell-could-spi
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 5869
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 26 Juin - 18:37

Angélique nous avons reconsidéré ta demande et celle-ci est acceptée Heart  avec toutefois quelques points à prendre en considération pour son application dans le jeu : La télékinésie est une capacité obtenue par apprentissage sur décision personnelle. Elle ne provient pas d'un héritage (même s'il peut y en avoir d'autres dans la famille) et n'est pas subi par la personne sans rien n'avoir demandé Potté , il ne s'agit ainsi pas d'une malédiction qui empêcherait de faire toute autre forme de magie avec baguette mais d'un potentiel qu'ont tous les sorciers, mais que peu décident de développer. Angélique a donc dû décider de développer cette forme de sorcellerie. Il est possible qu'Angélique fasse le choix de s'entraîner parce que sa mère par exemple faisait de la télékinésie (sans avoir pu l'hériter d'elle mais pour faire comme elle) ? Brille Ainsi, pratiquer de la magie sans baguette serait une façon de se rapprocher de sa mère décédée et ses difficultés à produire des sorts avec une arme davantage la résultante d'un blocage suite à la perte maternelle plutôt qu'un souci avec ce don Love


 
❝Tes doubles sens si romantiques❞ J'entends encore l'onde sensuelle de ta bouche sur la mienne. C'était si fort, c'était si beau; la philosophie de ton souffle entre mes mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 26 Juin - 18:53

D'accord j'ai compris Love Je pensais qu'on naissait avec, pas qu'on l'acquérait par décision personnelle, pardon. J'en tiendrai compte dans mes rp pour ne pas écrire n'importe quoi, merci beaucoup Puppy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 17 Juil - 2:08

Nom: Wellington
Prénom: C. Sophie
Age: 24 ans
Don: Filleule de fées
Motivations:  En lisant pour la première fois le scénario de Sophie, l'une des premières choses à laquelle j'ai pensé est que ce personnage doit être animé par une empathie hors du commun, et depuis l'idée a fait un bout de chemin dans ma tête jusqu'à en arriver à cette requête.
Pour compenser la famille un peu cabossée que sont les Wellington, une fée aurait offert à Sophie le don d'empathie afin qu'elle mène une existence faite d'altruisme et de bonté, qu'elle aide son prochain et qu'elle contribue au bien être collectif. Son don se présente ainsi :
Quand elle est en présence d'une autre personne (à proximité), elle peut ressentir une "tendance" de ses émotions, quelque chose d'assez flou, positif/négatif/neutre/mal à l'aise. Juste de grandes lignes, sans détails, l'état d'esprit de la personne.
Un échange de regard intensifie sa perception : les émotions de la personne regardée sont là clairement ressenties et définies par Sophie (ce qui lui permet aussi de savoir quoi faire pour les influencer).
La dernière étape d'intensité est le contact où là l'empathe ne parvient plus à identifier ses propres émotions tant il est submergé par celles de celui qu'il touche.

Je trouve que cette particularité irait à merveille à Sophie dans la mesure où ça expliquerait sa vocation pour être médicomage et ses talents de tuteurs. C'est également cohérent avec son calme (elle doit se concentrer énormément pour ne pas se laisser submerger par les émotions de tout le monde 24h/24) et sa retenue.

Voilà pour moi, merci !

RP d'exemple:

Elle fait les cent pas dans la salle commune des Hiemes, attendant avec anxiété que les minutes passent. Sophie doit retrouver Nicolas après son dernier cours de la journée, et elle redoute déjà le moment fatidique. Il faut dire qu’elle le redoute depuis quelques jours déjà, depuis qu’elle a pris une décision qu’elle est persuadée de finir par regretter.  Elle est tirée de ses pensées par une sensation de chaleur qui la gagne, une aise infiniment inappropriée pour ce qu’elle ressent en ce moment. Elle n’a pas besoin de se retourner pour comprendre que quelqu’un est entré dans la pièce jusqu’alors déserte, et que cette personne en question est heureuse. Ressentir ainsi un soupçon du bonheur d’autrui l’aide à se calmer, mais Sophie aurait préféré, à cet instant, ne jamais avoir croisé le chemin de sa marraine. Voyez-vous, la petite brune, en plus d’être filleule d’un homme et d’une femme classiques, s’est vu attribuer une troisième entité protectrice, une fée, et pas des moindres. Car même parmi les fées on trouve, de temps en temps, si on n’est pas trop pressé, une personnalité originale. C’est le cas de la petite créature qui s’est penchée sur le berceau de bébé Sophie. Si ses consœurs ont pour habitude de ne sélectionner leurs protégé(e)s que parmi la plus haute noblesse française, elle a préféré piocher sa pouline à la limite de ce qui est acceptable pour une filleule, au sein de la jeune bourgeoisie toulousaine. Elle s’est prise d’affection pour la romantique histoire du self-made man qu’est Conrad Wellington, fils d’un ouvrier et d’une institutrice qui a gravi les échelons de son entreprise pour en arriver à la tête, et a bouleversé sa vie pour les beaux yeux de son Alice. Mais, à force d’observer la petite famille, elle a finalement compris que le portrait qu’elle avait rêvé n’était pas si rose finalement alors, au dernier moment, elle a changé presque imperceptiblement d’avis. Comprenez-la, elle ne voulait pas passer pour une incapable dont les choix sont plus que douteux, alors elle n’a pas changé de protégée, inclinant simplement légèrement la finalité du don. Au lieu d’offrir au bébé une beauté incomparable, une voix d’ange ou une quelconque autre qualité, elle a décidé, pour balancer le karma de la famille, de lui faire cadeau du don d’empathie .

L’excitation d’avoir été « élue », pour Sophie, est vite retombée lorsqu’elle comprit tout ce qui en découlait, et elle n’en serait probablement pas là aujourd’hui. Il s’avère que le don est bien souvent plus une contrainte d’un atout et que vivre avec tous les jours n’est pas chose facile. Elle voudrait, dans un moment comme celui-ci, pouvoir se concentrer uniquement sur elle-même et ses sentiments, c’est sans compter sur la proximité des autres étudiants qui ignorent tout de sa condition. C’est également pour ça qu’elle a décidé de mettre un terme à sa relation avec Nicolas, son quotient émotionnel manque de crever le plafond à chaque seconde, et c’est beaucoup pour sa seule personne.

C’est un sourire aux lèvres qu’il arrive à leur lieu de rencontre, son allégresse irradiant tout l’être de Sophie dont le yeux semblent crier ’non, tu n’es pas content de me voir...’ Elle se laisse malgré tout embrasser, égoïstement, puisant dans ce contact tout l’amour qu’elle peut prendre. Tu ne devineras jamais ce... La brune l’interrompt aussitôt, se sachant incapable de démarrer une conversation. S’il te plaît Nicolas, il faut qu’on parle. Elle plonge alors ses prunelles dans celles du jeune homme, et le regrette aussitôt alors qu’elle est submergée par les deux sentiments qui se bousculent dans la tête de son copain, l’inquiétude et l’incompréhension. C’est ton père ? C’est ça, il veut... C’est encore la voix féminine qui s’élève, bien que dans un ton mal assuré : Arrête, c’est déjà assez dur pour moi... Alors qu’il prend sa main, Sophie se bat intérieurement pour réussir à démêler tous les sentiments qui la rongent, les siens comme ceux du jeune Béranger. Je ne peux plus continuer comme ça... Toi, la révolution, mon père, ma mère, mes études... C’est trop pour moi. Je suffoque, tous les jours... J’ai besoin d’être seule, de me retrouver... Délicatement, elle lâche la main de Nicolas pour ne plus avoir à vivre aussi intensément l’expérience de son cœur qui se brise sous ses yeux. Elle se sent incroyablement lâche à cet instant, mais elle a besoin de respirer. Mais enfin Sophie... Je t’aime tant... Elle baisse les yeux car si il y a bien une chose qu’elle sait c’est celle la. Son amour elle le sait, elle le sent, et c’est ce qu’il y a de plus précieux à ses yeux. Elle pensait qu’il lui suffirait pour toujours, mais cet amour l’éclipse, elle. Il a pris une place si importante dans sa vie qu’il a empiété, petit à petit, sur ses propres sentiments à elle. Je suis désolée Nicolas... Mais je ne peux plus. Je m’inquiète tellement pour toi et la guerre n’a même pas commencé. Mes angoisses sont trop fortes, et tu es encore près de moi, elles me tueront à coup sur quand tu partiras. Parce que je sais que tu partiras, c’est ta bataille... Mais ce n’est pas la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
B. Perle de Béziade
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t96-perle-our-shell-could-spi
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 5869
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 17 Juil - 9:33

Je transmets ta demande Luv


 
❝Tes doubles sens si romantiques❞ J'entends encore l'onde sensuelle de ta bouche sur la mienne. C'était si fort, c'était si beau; la philosophie de ton souffle entre mes mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
B. Perle de Béziade
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t96-perle-our-shell-could-spi
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 5869
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Lun 18 Juil - 13:06

Sophie j'ai le plaisir de t'annoncer que ta demande de don est acceptée Brille


 
❝Tes doubles sens si romantiques❞ J'entends encore l'onde sensuelle de ta bouche sur la mienne. C'était si fort, c'était si beau; la philosophie de ton souffle entre mes mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Mar 30 Aoû - 12:14

Puppy Bonjour ! Je suis désolée pour tout le temps que j'ai mis à poster, j'ai choisit un mauvais timing en m'inscrivant juste avant la rentrée  :cutie:  Curly  Curly

Nom: De Lannoy
Prénom: Tristane
Age: Dix-neuf ans
Don: Filleule de Fée (ne peut pas mentir)

Motivations ...de la fée : Adorable petit nourrisson né dans un cocon doré, fille du Comte de Belgique, issue de l'amour vrai. Cette enfant avait tout pour attirer les fées et leur bienveillance.... Celle-ci décida qu'il fallait récompenser le comte et la comtesse de Lannoy pour avoir ainsi tout risqué par amour. Mais les fées sont des êtres mutins, leurs faveurs des pièges à retardement, leur rancœur une dangereuse compagne. Elles avaient été abandonnées, oubliées, repoussées, la Fée n'allait pas tout simplement donner sans intérêts. Les enfants ne doivent pas mentir, murmura la douce fée au dessus du berceau,  Mentir est mal, ainsi tu ne mentira point, mon enfant. Sa filleule devrait être une bonne petite fille, incapable de mentir, incapable de ne pas répondre lorsqu'on lui poserait des questions -ce serait trop simple, sinon ! L'enfant ne mentira ni résistera, sinon elle souffrira.. Car la mère avait oser lever sa baguette et lancer une armée de balais magiques contre elle ! La fée ne pouvait pas supporter telle insulte, ses bonnes intentions relevées d'une once de mutine vengeance, la douleur en conséquence de la résistance.

...de la joueuse :
Déjà, Tristane à tout pour attirer une fée, de par sa famille de la haute noblesse. Ma principale motivation est cette même famille et les jeux de pouvoirs en son sein. Ainsi, que Tristane soit une filleule de fée est à la fois un gros avantage pour le comte Philippe puisque c'est son enfant à lui qui a été choisit, pas celui de son frère, il aurait donc usé de cet cadeau demi-teinte pour assurer sa position et sa légitimité en tant que comte : de fait, cela serait très important dans l'évolution de mon personnage, qu'elle soit un pion en quelque sorte dans la guerre civile de Lannoy. Depuis qu'elle est enfant, elle serait montrée, mise en avant lors des réceptions, fêtes, etc, ce qui l'aurait beaucoup influencée.
Et en même temps, ce don est surtout une malédiction étant donné le genre de train de vie que mènent les de Lannoy. Ce sont des hypocrites, de parfaits mondains qui jouent et mentent au quotidien pour préserver leur image. Mais avec le don de Tristane, c'est impossible de garder ces secrets, et ça met en danger tous les leurs. Les enjeux sont donc très importants, et Tristane représente une menace pour les deux frères, ce dont elle a conscience puisqu'elle serait étroitement protégée et contrôlée en permanence pour l'empêcher de gaffer, la faire taire s'il le faut.
Je pensais donc que ça pourrait vraiment être intéressant avec un pareil contexte familial  Moh  Mdr

RP d'exemple:
Quand une fois j’aurai ce suc, — j’épierai Titania dans son sommeil, — et j’en laisserai tomber une goutte sur ses yeux. — Le premier être qu’elle regardera en s’éveillant, — que ce soit un lion, un ours, un loup, un taureau, — le singe le plus taquin, le magot le plus tracassier, — elle le poursuivra avec l’âme de l’amour. — Et, avant de délivrer sa vue de ce charme, — ce que je puis faire avec une autre herbe, — je la forcerai à me livrer son page. — Mais qui vient ici ? Je suis invisible ; — et je vais écouter cette conversation. (Shakespeare - Le Songe d'une nuit d'été)
Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible.  Je suis invisible.  Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis invisible. Je suis.. Elle se répétait les mots en boucle, comme un mantra, comme pour se lancer un enchantement suffisamment puissant pour aller contre sa propre nature. Lutter. Lutter contre elle-même, se battre tel un chevalier pour sa dame élue. Elle était invisible. Les yeux fermés, les poings serrés, Tristane du haut de ses huit ans, essayait de toutes ses forces de se persuader qu'elle était invisible. Qu'elle était bien Obéron, le roi des fées sur le point de punir sa femme par le biais d'un philtre d'amour utilisé à mauvais escient, montant le sort contre son épouse de la même manière qu'une certaine fée l'avait fait contre elle, lorsqu'elle était née : en se penchant au dessus d'elle pendant son sommeil, en susurrant les paroles du début de la fin.
Elle était invisible. Parce qu'après tout, la vérité était subjective. Elle avait beau n'être qu'une enfant, une certaine sagesse se dégageait déjà de sa vision du monde. Ouvrir les yeux, les poser sur les autres, être constamment sur ses gardes, se méfier des questions, d'elle-même, de sa langue trop pendue. Un véritable casse-tête sorcier pour ses parents, qui, pour une fois, mettait d'accord le Comte et son frère : elle était un problème. Caché derrière de beaux sourires, des petites robes de princesses et bouclettes angéliques, caché derrière un nom prestigieux, filleule de fée, elle était un problème. Derrière l'image et les papiers, Tristane devait être maniée avec prudence, car au moindre faux-pas, c'était tous les sombres petits secrets de sa famille qui sortiraient, la fortune décroissante, et toutes ces autres choses que les adultes disaient lorsqu'ils oubliaient de se méfier des oreilles innocentes des enfants.

Mais pas avec elle. Non, avec elle, toutes les portes se refermaient à la vitesse d'un Abraxas au vol. "Non, Tristane, c'est une conversation pour les grands, monte dans ta chambre". "Tu tiens réellement à ce que ta fille entende ce que j'ai à te dire, mon frère ? Que nous puissions retrouver tout cela dans les journaux du matin." "Tu n'es qu'une traîtresse, c'était un secret !" "Je suis désolée, mais tu sais, avec ton don, on ne peut pas vraiment t'en parler"

Ainsi, Tristane tentait de se mentir, pour faire comme sa cousine Perle le lui avait conseillé. Sa cousine Perle était la plus gentille et la plus belle, après sa mère bien sur. Mais Perle était tout de même la cousine préférée de Tristane. Autrement, les relations entre cousins De Lannoy étaient toujours sur le fil de la baguette, même si en public ils avaient l'air de tous s'entendre à merveille. Dans ces moments là, Tristane ne parlait jamais, elle souriait seulement. Il était rare qu'on la laisse parler en public de toute manière, c'était dangereux. Il était encore plus rare qu'elle joue avec des enfants autres que Perle et August, car personne ne voulait risquer que leurs enfants parlent trop à celle qui rapporterait tout plus tard. Personne ne voulait être ami avec une fille qui n'était pas digne de confiance.

« Je suis- je... Je ne- Je suis...! In- Je suis i.... Morgane Merlin Viviane, allez ! Je suis.. » La lutte était rude, le combat épique entre la vérité et le mens- non. Elle devait y croire, qu'elle disait la vérité.  Les chevaliers de la Table Ronde étaient de grands combattants, mais ce n'était pas ce qui les avaient fait être adoubés par le grand Arthur, non. C'était leur cœur et leur volonté. Ils étaient capables de surpasser tous les obstacles. Si elle réussissait à mentir, ses parents seraient heureux, Perle serait fière d'elle et Tristane pourrait enfin lui donner la réplique sans tout foutre en l'air, et elle pourrait protéger le doux August d'une déchéance de leur nom si jamais elle disait une bêtise. Tout irait pour le mieux ! Plus personne n'aurait peur de parler près d'elle, plus personne ne s'amuserait à lui poser des questions auxquelles elle était forcée de répondre, pour s'amuser, plus personne, plus jamais, ne prendrait Tristane pour l'amuseuse de galerie, la mascotte officielle et désenchantée des De Lannoy, le clou de tous les spectacles. Alors elle prend sur elle, masse son estomac qui brûlait atrocement, tente d'ignorer sa langue qui semblait être en feu, et ouvre la bouche pour tenter de mentir. « Je suis.... Je suis visible ! » Son cri déchire le silence. « Je suis visible et je ne suis qu'une idiote, idiote petite fille qui mange trop, et ne sait rien faire à part tout échouer, toujours décevoir, toujours dire la vérité, toujours être inutile ! Je suis Tristane de Lannoy, je suis incapable, je suis maudite, je suis.. Je suis... » « Grande sœur...? » Elle sursaute, coupée dans son élan, Merlin soit loué. Cette petite voix douce et adorable qui appartenait à son frère adoré avait le don d'apaiser tous ses soucis. August n'avait pas besoin de la voir comme ça. August avait besoin qu'elle soit forte.

Tristane essuie vivement ses larmes avec un petit mouchoir en soie colorée et se pince les joues pour qu'elles soient aussi rouges que ses yeux encore humides, tout ça avant de se retourne vers le petit garçon à la tête auburn passée dans l'entrebâillement de sa porte. « Grande sœur, je t'ai entendu crier.. Tu vas bien ? » Elle force un sourire et ouvre grand les bras. « Non ! Alors je veux un câlin August ! Plein de câlins ! Et aller voler la corbeille à gosettes dans les cuisines pour qu'on les mange dans mon lit, et jouer avec toi à la poupée, et oublier qui je suis. Câlin ? » Le petit garçon la fixe sans tout comprendre, sûrement. Il sourit doucement et s'approche pour la laisser le prendre dans ses bras a l'en étouffer de tendresse, comme elle en avait l'habitude. De même qu'elle se ferait disputer dès que ses parents sauraient qui avait encore volé des gourmandises et mis des miettes partout, parce qu'elle serait incapable de mentir lorsqu'on lui poserait la question. Elle ne serait jamais capable de mentir tout court.  

©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦ Autumnus
P. Soren Plumereau
Admin ¦ Autumnus
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1108-soren-je-m-ecrase-la-te
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1454
Date d'inscription : 02/08/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Mar 30 Aoû - 16:47

Je reviens bientôt vers toi Hug


Fill your lungs ■ We make time speaking sheets and closed doors to dual out words but all i do is lay around, spending time smoking cigarettes
Sitting in clouds of smoke
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦ Autumnus
P. Soren Plumereau
Admin ¦ Autumnus
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1108-soren-je-m-ecrase-la-te
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1454
Date d'inscription : 02/08/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Mar 30 Aoû - 18:37

Tristane ta demande de don est acceptée Chou Je te rajoute à la liste


Fill your lungs ■ We make time speaking sheets and closed doors to dual out words but all i do is lay around, spending time smoking cigarettes
Sitting in clouds of smoke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 4 Sep - 22:04

Bonsoir, bonsoir  Pelle

Nom: Marais
Prénom: Joséphine
Age: 22 ans
Don: Ganipote
Motivations: S'il vous plééééééé   Yes  Owai

J'avoue que j'aime beaucoup l'idée de Joséphine laisser traîner ses oreilles dans des endroits qu'il ne faudrait pas, ou écouter les ragots qui pourrait animer les couloirs de Beau Bâton, ou même traîner dehors en dehors des couvres feux, attrapée ou non par les surveillants du château.. Elle possède un chat, un Main Coon, Gorgogna, qu'elle utiliserait comme hôte pour pouvoir se trimbaler à la vue de tous, le chat étant toujours à portée de main, il ne serait pas difficile pour de transférer sa conscience dans l'animal. De plus, malgré son caractère qui est relativement difficile, ne nous mentons pas, c'est un personnage qui apprécie beaucoup la nature, mais qui n'aime pas montrer ce côté de sa personnalité au yeux de tous. Elle pourra discrètement vivre sa passion pour la nature qui l'entoure sans pour autant être dérangée. C'est une personne gracieuse, et particulièrement nonchalante. Très attachée à son chat, je pense qu'elle prendrait un vrai plaisir à partager ce lien avec son animal. J'ai fait mention dans ma fiche, qu'elle était douée pour les métamorphoses, elle a choisi comme filière les pratiques scientifiques, c'est dans la continuité de ce qu'elle fait au quotidien en tant qu'élève. Elle est assidue et aurait chercher à perfectionner ce don.

Elle pourrait utiliser ce don à bon comme à mauvais escient. Son caractère balance entre les deux, une sorte de dualité, qu'elle a du mal à garder pour elle. De plus je pensais aussi en faire mention dans la fiche, si ma demande est validée, de faire mention du fait que sa mère qui était sorcière avait ce don avant elle et aurait commencé à lui apprendre très tôt. En lui expliquant les bases et les erreurs à ne pas commettre. J'ai faut la description de la Mère de Joséphine comme une femme très proche de la nature, douée de magie blanche. De plus, le chat porte le nom de famille de sa mère ce qui rendrait le lien plus probant.
RP d'exemple:

It is a time and space where the mind and the soul connect with the spirit of an animal. She says the word, she said the charm. With a nice and soft voice, she leaves her body, slowly, with patience. It is a time and space where the soul leave the body, to know the life of the animal the cat or the dog, the bird of the mice. You could never be a unicorn. You could never be a dragon. But what if you could ? What if she could ? The mind of a cat, the mind of a dog, the ming of a bird, the freedom of an animal.
- Joséphine ? … Joséphine ! s’écrit une voix familière.

Le corps de la jeune femme ne réponds pas, comme plongé dans un profond sommeil, du quel elle ne se réveille pas, Joséphine s’en est allée vadrouiller dans le jardin de la maison en Toscane de ses grands parents, sa grand mère soupire, laissant le corps de sa petite fille tranquillement endormi sur le transat de la maison. Elle était bien comme sa mère, malgré son caractère froid et distant, la vieille femme regardait le chat blanc dans les jardins, avant de retourner à l’intérieur. En ces moments là, Joséphine ressemblait tellement à sa mère, mais sa grand mère ne le disait jamais, elle savait que ce genre de remarques la mettait dans des colères noires.


Quelques formules, quelques sortilèges, quelques instants, un charme, et mon âme prenait la place de Gorgogna, dans le corps du chat. Mon corps se laissant aller à une douce léthargie au soleil de Toscane. Encore sur un coup de nostalgie, je m’étais surprise à suivre la moindre petites bêtes, magiques, ou non, créatures minuscules, ailées ou non, quelques papillons, une ou deux fées. Le voile se posa devant mes yeux, je me sentais partir, je la sentais partir, les quelques grammes d'âme, s'envole. Ce n’était pas la première fois, mais je ressentais toujours la même excitation à pouvoir occuper le corps de mon majestueux animal, et surtout en Toscane dans la jardin magique de ma grand mère. Ce genre d’instant me ramène toujours en arrière, une forme de jolie nostalgie de temps où ma mère m’apprenait à devenir moi même une ganipote, comme elle avant. Le jardin sentait la fleur d’oranger, parfait jardin à l’italienne que l’on pouvait voir dans les livres de botanique. Moins organisé qu’un jardin à la française, moins arrangé que les jardins de beau bâton, fourni comme un jardin de sorcière amoureuse de nature, et de plantes. Les papillons et les fleurs prenaient du bon temps, les odeurs, j’aimerais que vous pouviez les apprécier, sous ce doux soleil de fin Août, ce sont les derniers jours d’été pour moi. Quelques formules, quelques paroles, et je me vois déjà, sauter et bondir de la fontaine au banc en pierre, me prélassant au soleil comme Gorgogna le faisait.

Prends le temps, disait ma mère, prends le temps, ne te presse jamais. Je sentais l’herbe sous mes pattes. Ma mère était une Ganipote, une très douée, très douce et patiente, elle aimait prendre le corps des oiseaux. Elle m’avait appris à faire preuve de patience pour ce don, que ce n’était parce qu’elle pouvait le faire, que je pourrais obligatoirement le faire à mon tour aussi. Elle m’avait appris le charme, Anima Projectura, elle me le répétait doucement. Je me laissais aller à la vie de chat, regardant les plantes, j’explorais le jardin, espionnant les voisins en bas de la falaise. Mes grands parents vivait pas loin de Florence, mais assez éloigné pour pouvoir vivre tranquillement dans une petite ville magique. La vie y était calme, et la vie dans le corps de Gorgogna était facile, nonchalante, rythmée par les cycles de soleil et de lune, une sieste ou une chasse, plutôt une sieste. Je n’avais jamais eu le besoin de devoir courir après une souris. Je me dirige vers la bâtisse en pierre ocre, ou ma grand mère préparait un baume d’asclépias tubéreuse, je sautais sur la table, et elle me regardait alors que j’observais la sorcière, la cuillère en bois tournoyait dans le chaudron en fonte. Elle passa sa main sur le pelage blanc du chat, elle me demandait de faire attention à mon corps, et que je n’aurais pas du le laisser dehors.

- Je te mettrais dans ta chambre, la prochaine fois, fais plus attention, amor Lula. fit-elle d’un ton maternel.

Je lui tournais le dos, lui offrant ma majestueuse queue, avant de quitter le comptoir de la cuisine, et continuais mon exploration dans l’immense maison de mes grands parents, où vivait toutes sortes de petites bêtes. Ma grand mère n’avait jamais cherché à chercher les petites créatures qui peuplaient la maison. Elle en appréciait la compagnie, et mon père était bien trop paresseux pour lutter contre les lubies de ma grand mère. C’était si libérateur, de pouvoir voir le monde d’une autre maniée, j’aimais cette forme animale de liberté, je pouvais regarder, admirer, contempler mon univers d’une autre manière. Comme un jeu, comme une pause, un charme animal,

Et quand elle fut fatiguée de ce corps à quatre pattes. Joséphine reprenait forme humaine, son âme transpira du pelage du Main Coon, retrouvant sa propriétaire, l’âme se reposa sur la peau, entrant dans le corps endormi. Le voile se soulève. Joséphine ouvrit les yeux et sentait la bonne, douce odeur sucrée d’une tarte aux pêches de vigne du jardin, la tarte de sa grand mère, un des seuls dessert dont elle pourrait se nourrir à vie. Tarte aux pêches de vigne du soleil de Toscane, n'avez vous pas faim ?



©️Pando


Dernière édition par P. Joséphine Marais le Lun 5 Sep - 10:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦  Joueur numéro 2 de polo ailé de la saison Aestas
R. Léonardo Grimaldi
Admin ¦ Joueur numéro 2 de polo ailé de la saison Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1762
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Lun 5 Sep - 9:50

Je transmet


Can't you understand
All I ever wanted, all I ever needed is here, in my arms. Feelings are intense, words are trivial. Pleasures remain, so does the pain. ▬ Enjoy the silence.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦  Joueur numéro 2 de polo ailé de la saison Aestas
R. Léonardo Grimaldi
Admin ¦ Joueur numéro 2 de polo ailé de la saison Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1762
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Mar 6 Sep - 10:17

Félicitation, ton don est accepté Al Je t'ajoute aux liste Hihi
Fais en bon usage ! Lick


Can't you understand
All I ever wanted, all I ever needed is here, in my arms. Feelings are intense, words are trivial. Pleasures remain, so does the pain. ▬ Enjoy the silence.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 25 Sep - 8:25

Nom: Grimaldi
Prénom: Luciano
Age: Dix-neuf ans
Don: Télékinésie
Motivations: Le don de télékinésie est intéressant, moins pour le pouvoir qu'il confère que pour la façon dont le sorcier a obtenu ce pouvoir. Ce n’est pas la destination qui compte lorsque l'on a appris cette capacité, mais le chemin que l’on a emprunté. Ma demande repose donc plus sur les motivations à apprendre le don, car c'est important de définir la raison. On peut facilement trouver des alternatives à la télékinésie (en usant notamment de sortilèges), alors pourquoi passer des années à apprendre un art qui ne nous donner des maux de têtes et des migraines ? Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

Il faut tout d’abord rappeler que Luciano n’a jamais correspondu aux idées de sa famille. Il a grandi avec des idées de révolte, ne comprenant pas pourquoi les Moldus ne pouvaient pas habiter sur son enclave sorcière. Ses parents l’ont pris pour un rebelle, un contestataire, un frondeur, un indocile, opiniâtre qui pensait que ses idées étaient supérieures aux valeurs familiales. Pourtant, c’était loin d’être le cas. Luciano s'interrogeait, car il était réfléchi. Pour trouver la réponse à ses questions, il s’est lancé dans des grandes recherches afin de découvrir ses ancêtres et sa magie. Au passage, je le vois être tombé sur des ouvrages de télékinésie.

Comme je l’ai dit, ce sont ses parents qui lui ont donné une étiquette de dissident, sans que Luciano n'ait vraiment son mot à dire. Sa mère le réprimandait assez fréquemment, ne comprenant pas les envies de liberté de son enfant, ne sachant pas qu’il était mature, qu’il voulait simplement découvrir autre chose que son île. Luciano semble avoir de l’assurance, mais tout cela n’est qu’une façade, pour (inconsciemment) correspondre aux valeurs familiales, avoir un peu du caractère fonceur et avenant des Grimaldi. Peu importe les moyens qu’il prenait, cela ne fonctionnait pas, sa mère le réprimandait fréquemment, au point que Luciano, sensible, ait douté de lui.

Pour s’assurer de ne pas s’effondrer, Luciano aurait pris ses distances, se serait assuré de prendre un peu d’indépendance. La télékinésie, croisée lors de ses recherches sur les Grimaldi, serait un secret, un moyen de savoir qu’il valait mieux que ce que disaient les gens, qu’il avait un talent que personne ne soupçonnait. Le don est banal, même inutile, si on ne sait pas comment bien l’utiliser. Par contre, Luciano est réfléchi, circonspect, il se servirait de son don pour parvenir à ses fins. Je le vois notamment utiliser la télékinésie pour attirer l’attention de sa mère ailleurs, faire tomber un vase, profiter du petit laps de temps pour s’enfuir, comme il le fait si bien, aller explorer Monaco. Ce serait une manière de ne pas se faire atteindre par ses parents. Lucia Di Belmonte a également l’habitude d’envoyer des Beuglantes à ses enfants (c’est une femme de caractère  Mdr  Mdr ), mais si elle parvient à contacter Filippa et Léonardo, elle n’a jamais réussi à atteindre Luciano, qui avait trouvé le moyen de repousser les missives. Comment ? Grâce à son don. Je pense donc, qu’avec la télékinésie, il aurait aisément pu se soustraire aux immiscions de sa mère dans sa vie privée, comparativement à ses frères et sœurs, qui en souffraient un peu plus.

Ce don aurait été appris pour développer sa confiance en lui, certes, mais aussi pour des raisons opportunistes. Luciano était un râleur, un non-conformiste qui utilisait la télékinésie afin de satisfaire ses petits caprices, mais surtout de préparer son départ, avoir un contrôle sur les vagues, ultimement les marées. Son rêve était de partir visiter l’Italie, afin de retracer la route de ses ancêtres, la visiter en compagnie de sa petite amie. Par contre, après la rupture, quand il se serait rapproché de sa mère, le don aurait pris une toute autre signification. Ce ne serait plus la raison de quitter Monaco, mais celle de rester à Monaco.

Lucia Di Belmonte aurait remarqué qu’elle s’était trompée sur le compte de son benjamin, que ce dernier était beaucoup plus brillant qu’elle ne le pensait, qu’il a travaillé pendant toutes ces années sans qu’elle n’en sache rien sur ce don de télékinésie, qu’elle a, peut-être, fait une erreur de jugement, en le rejetant, en le pensait désobéissait. Si Léonardo ne prenait que peu à cœur son rôle de prince régent, Luciano prenait déjà des initiatives pour son rôle de cavalier, pour défendre son frère. Cela expliquerait pourquoi Lucia est plus proche de Luciano, alors que Giovanni semble plus proche de Léonardo.

D’ailleurs, pour conclure, même si Luciano est encore relativement jeune, je le vois avoir utilisé abusivement de son don, pour toutes les raisons les plus idiotes au monde. C’était un insoumis, particulièrement avec son ancienne petite amie. Il ressentait de nombreux maux de tête, c’était ce qui le rendait aussi susceptible, aussi borné, aussi agressif par moments. Maintenant qu’il est devenu plus calme, il n’aurait plus de migraines. Ça le conforte dans son idée que correspondre à sa famille est la voie à suivre.

RP d'exemple:


YOU AND I WERE FIREWORKS


Contexte : Rendez-vous entre Luciano et sa petite amie, au début du printemps 1970.

Il tenait la main de sa petite amie en courant au travers des couloirs. De l'index, il lui faisait signe de se taire. Il ne voulait pas se faire repérer des professeurs. Il avait mis trop de temps à élaborer la surprise, il voulait que la jeune femme en profite, de ses quelques heures de liberté, volées dans un cadre scolaire d’une grande rigidité. Ce soir serait leur soir. Cachée derrière ses cheveux dorés, les joues rouges, la jeune femme ne cessait de rire, manquant de foncer dans un mur ou d’écraser sa main contre une peinture. Il aimait la voir aussi heureuse, aussi belle, même sans son maquillage, sans ses artifices, elle resplendissait, il aurait aimé qu’elle cesse de complexer, mais ce soir serait le leur. Même si elle ne serait pas la princesse de Monaco, elle serait la princesse de Luciano, elle serait sienne, c’était ce qui comptait le plus. « J’ai foncé dans un fantôme, je crois ! » le héla-t-elle. « Luciano, je veux voir ! »

Le jeune homme continuait de courir à travers la Cour d’Honneur, pour accéder à la Chapelle, emportant la jeune femme avec lui. « Pas avant que je ne te le permette ! » Il avait bandé les yeux de sa petite amie avec une cravate que celle-ci avait elle-même dessinée. Elle avait tant de rêves et il espérait que celle-ci parviendrait à les réaliser. Pour le moment, il voulait s’assurer qu’elle ne voit rien de la surprise qu’il avait passé la journée à confectionner. Tenant la main de sa camarade, il utilisa son autre main afin de se focaliser sur la porte. Son don lui permettait de faire bien plus que de la simple lévitation. Il fallait simplement trouver les bonnes astuces. Se concentrant, il imagina une main poussant la porte entrouverte, avec délicatesse, pour que celle-ci ne fasse pas trop de bruit en tournant sur ses gonds. Luciano ne put s’empêcher de ressentir un relent de joie en constatant qu’il avait réussi, un petit bonheur incomparable face au mal de tête qui le lancinait, comme cela le faisait, quand il abusait de son pouvoir.

Le couple entra dans la salle, assailli par une température devenait plus fraiche. Un frisson saisit les épaules de la jeune femme. Refermant la porte derrière lui, le jeune homme se plaça derrière la blonde afin de détacher son bandeau. Elle ouvrit les yeux, et se tourna vers son copain avec un mélange d’amusement et d’interrogation. « La Blanchisserie ? » Il aimait quand ses yeux se plissaient sous le questionnement. Il aimait la petite moue qui se formait sur ses lèvres quand elle ne comprenait pas la situation. Il aimait la petite étincelle qui brillait quand elle le regardait. Il haussa les épaules, d’un air décontracté. « Le Palais des Grimaldi est blanc, mes cheveux sont blancs, je pense que la Blanchisserie est pour moi, il ne faut pas faire semblant» Luciano eut un sourire sur ses lèvres fines, alors qu’il passait sa main derrière la tête de sa petite amie. Il l’embrassa avant de lui prendre la main pour la diriger vers le fond de la salle. « Je ne t’ai pas tout montré. »  Il se tourna vers le mur et se concentra. Des petites bougies s’élevèrent au travers de la pièce, bougeant de gauche à droite, dans un petit mouvement de balancier, avant de se redresser, droites, comme elles le faisaient, il paraissait, dans la Grande Salle de Poudlard.

Se tournant vers le linge, accroché un peu partout dans la pièce, Luciano se concentra pour faire léviter deux morceaux qui lui plaisaient. Une écharpe de dentelle et un veston volèrent en leur direction. Luciano passa le veston sur les épaules de sa petite amie. « Pour ne pas que tu prennes froid. » Il passa l’écharpe de dentelle autour de son cou. « M’accorderez-vous cette danse ? » lui demanda-t-il. Celle-ci hocha la tête. Le jeune homme passa sa main derrière son dos et commença à danser, sous le rythme des chansons françaises de la radio, que la cuisinière écoutait quand elle se pensait seule. Il fit tourner la jeune femme, dont les pans de la jupe virevoltèrent comme des pétales de fleurs, éclairé par le reflet coloré des vitraux. Ils cessèrent de danser. Luciano passait ses mains sur ses tempes. La migraine revenait, comme d’habitude, quand il usait trop de ses capacités. « Luciano ? » « Ça va. » se contenta-il de répondre. Il était un peu froid, comme d’habitude, quand on parlait de ses émotions, quand on envahissait sa vie privée, quand on se mêlait de ce qui le regardait. « Je crois… que tu me fais perdre la tête. » plaisanta-il, faisant un clin d’œil à sa petite amie. Celle-ci sourit avant de tirer sur les pans de l’écharpe de dentelle, ramenant son copain à elle. « Imbécile. » Ils partagèrent un nouveau baiser, dans la Blanchisserie, sous les chandelles, sous les tenues improvisées, ce prince et cette princesse d’une soirée.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦ Autumnus
P. Soren Plumereau
Admin ¦ Autumnus
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1108-soren-je-m-ecrase-la-te
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1454
Date d'inscription : 02/08/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 25 Sep - 14:30

Je transmets Heh


Fill your lungs ■ We make time speaking sheets and closed doors to dual out words but all i do is lay around, spending time smoking cigarettes
Sitting in clouds of smoke
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin  ¦ Autumnus
P. Soren Plumereau
Admin ¦ Autumnus
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t1108-soren-je-m-ecrase-la-te
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1454
Date d'inscription : 02/08/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 25 Sep - 15:21

Luciano ta demande de particularité est acceptée Han Il y a juste ce passage sur les beuglantes maternelles qui nous a fait tiquer dans le sens où même avec son don il ne pourrait pas s'en débarrasser, au mieux il les repousserait de quelques mètres de lui ou les éloignerait pendant un moment, pourrait tenter de les garder scellées à s'en donner la migraine lorsqu'elles sont sur le point de s'ouvrir mais s'il choisit de ne pas en tenir compte, le message contenu sera délivré quoi qu'il arrive puisqu'elles sont magiquement "programmées" pour atteindre leur cible et dévoiler leur message, étant donné qu'une lettre délaissée explose avec une voix encore plus forte lorsqu'elle a trop attendu. Love Te place dans la liste Yes


Fill your lungs ■ We make time speaking sheets and closed doors to dual out words but all i do is lay around, spending time smoking cigarettes
Sitting in clouds of smoke
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Dim 25 Sep - 23:54

Une réponse aussi rapide, je n'ai pas l'habitude Wut Wut

En ce qui concerne les beuglantes maternelles, je comprends parfaitement Potté Désolée de vous avoir fait tiquer, je vous fais mille bisous pour me faire pardonner, et je vous gratte avec amour le derrière des oreilles. Mih Je tiendrais compte de vos précisions dans mon histoire, afin que le tout conserve une certaine cohérence Brille  merci encore les louloutes, je vous adore. Al Al Yes
Revenir en haut Aller en bas
 

Obtenir une particularité magique

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Cadran des Saisons :: Les Listings-