Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Nous embarquons pour Juillet : sous les cocotiers et les coups de soleil !
Classe aisée
Temporairement, le rang social de la bourgeoisie a été rouvert

Partagez | 
 

 Obtenir une particularité magique

■ Qui ne s'est jamais perdu dans l'excès de m'as-tu-vu ? ■
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
avatar
Aigue Marine
J. Lancelin d'Albon
Aigue Marine
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t2575-qu-il-est-bon-d-etre-bo
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 8
Date d'inscription : 24/07/2018
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Mar 24 Juil - 16:17

Nom: D’Albon
Prénom: Lancelin
Age: 19 ans
Don: Filleul de fée
Motivations: Parce qu’en fait, je peux pas en faire un sang-marin /PAN/
Plus sérieusement, j’avais depuis le début dans l’idée de faire un personnage vertueux, porté autour d’une valeur ou de quelque chose de positif, mais qui réussirai particulièrement à lui bouleverser sa vie, dans le meilleur comme dans le pire.
En ce sens, la particularité de filleul de fée est ce qu’il y a de mieux.
La bénédiction, car pour changer des autres concerné-e-s, cette fée pensait bien faire, est celle de la recherche du Bonheur agréable. Lancelin se sent ainsi irrésistiblement attiré par toutes les situations qui peuvent lui apporter du bonheur, et par extension évite toutes les situations déplaisantes, ou rechigne à la tâche lorsqu’il y est contraint (vous voyez l’élève qui va faire tourner son stylo en boucle pendant 30 minutes plutôt que de réviser ? Voilà).
Ce « don » fait que le jeune homme sera toujours partant pour faire les 400 coups, faire la fête, draguer, picoler, réaliser des efforts pour s’épanouir et s’adonner à tous les plaisirs qui lui sont accessibles, le tout en ayant en tête ses principes, issus d’une famille traditionnaliste et rigide que sont les D’Albon. Mais le don ne l’emporte pas sur les principes, tant que le sentiment de culpabilité n’est pas plus important que le plaisir et le bonheur que Lancelin peut trouver : il ne tuera pas pour manger des sucreries, par exemple, mais pourrait être tenté de les chaparder.
Il faut voir le don s’exprimer par le biais d’une force douce qui s’impose à lui. Il peut la combattre par ses principes, mais tant qu’il n’y a pas trop de moralité d’impliquée dans le choix, il cède sans rechigner.
Ce don est donc avec un effet mitigé : si le personnage va toujours chercher à s’enjailler, il va aussi à la rencontre de divers problèmes, notamment parce qu’il est capable de tout plaquer pour faire quelque chose de plus satisfaisant.
Ce don n’est évidemment pas quelque chose de connu. Si au début, les D’Albon étaient très fiers d’avoir un bambin attaché à une telle vertu et pureté d’esprit, ils ont compris au fur et à mesure de ses caprices que ce n’était finalement pas une très bonne chose. Finalement, à part sa famille et les proches de celle-ci, peu savent que Lancelin n’est pas l’incarnation de la déliquescence, mais plutôt une personne qui fait du mieux qu’elle peut pour faire les bons choix.

RP d'exemple:

« Lancelin d’Albon ? Quel bien joli prénom !

Bienvenue au sein des tiens, jamais cruels, toujours bons.
Pour toi, très cher, je te fais à présent ma bénédiction.
Lancelin, par mes pouvoirs de bonne fée, je vais au charbon,
En tant que marraine, allons-y en bonne diction.

Il serait sans doute un peu casse-bonbons,
Que de te souhaiter de toujours sentir bon.
Aussi, malgré le risque que tu sois nauséabond,
Je te souhaite d’être à la recherche du Bon.

Mais ce don a l’air d’être piqué des hannetons,
Alors y apporterais-je d’utiles précisions.
Du bonheur, tu le courseras comme dans un marathon,
Et des malheurs, tu t’en abstiendras, voyons !

Vers ton bonheur, tu braveras tout, même des tourbillons,
Car telle est ma bénédiction, que le futur te soit bon.
Heureux, tu le seras toujours, car tel est ton parangon,
Que seuls ta morale et tes principes ne soient tatillons.

Ainsi, en cette magnifique aube vermillon,
Lancelin, je proclame en ton nom cette bénédiction.
Qu’elle puisse t’apporter bonheur et beaucoup de cotillons,
Et que le moins possible tu ne souffres d’affliction !
»

Cette comptine, chantée sur un air entraînant, restait particulièrement bien en tête. Lancelin l’avait apprise par cœur dès qu’il avait eu l’âge nécessaire, et il devait avoir une version enluminée quelque part dans sa chambre, au château familial. Ses parents avaient tout fait pour que leur premier fils, un héritier pratiquement en ligne directe de la grande famille des d’Albon, parte avec les meilleures chances possibles. Comme trouver une fée consentant à bénir l’enfant, à la différence des diverses farces et malédictions qui touchaient parfois les filleuls de fées. Mais pour Lancelin, rien d’une malédiction au premier abord.

Le jeune homme, à peine adulte, étendu sur son lit le regard perdu vers le plafond impeccable de la suite, était songeur et murmurait inconsciemment la comptine. Dans l’ensemble, cette bénédiction ne lui avait pas fait que du bien. Son enfance avait débuté par des corrections de la part de ses parents, excédés par ses habitudes peu orthodoxes. Si son précepteur avait amplement nuancé son caractère, et l’avait finalement poussé à contrôler ses impulsions avec une grande rigueur, c’était devenue une autre paire de manche lorsqu’il eut quinze ans et rejoint l’Institut. Il avait pu découvrir de nouvelles occupations et divers loisirs dont l’existence ne l’avait même pas effleuré durant son enfance et adolescence. Ses journées au château des d’Albon avaient été ponctuées d’études de lettres, d’équitation avec les chevaux ailés de la famille, toute sorte de passe-temps dignes d’un noble. Mais à présent, c’était quelque peu différent.

La croisière rendait les choses compliquées pour le jeune homme. Il se retrouvait dans un environnement mixte, pour l’une des premières fois. Il côtoyait camarades et famille au même endroit au même moment, et faire bonne figure était devenu un exercice de jongle particulièrement périlleux.
Ce soir, il s’était plutôt bien isolé du reste des autres jeunes nobles et moins nobles de son âge, bien décidé à rester dans le rang. Cependant, il n’avait pas fallu longtemps après le moment de cérémonie plutôt ennuyeuse. Un jeune homme demandait officiellement une jeune femme en mariage, et à peine quelques minutes plus tard, alors que les félicitations pleuvaient sur le jeune couple, Victoire de Polignac avait approché Lancelin pour lui offrir une flûte de champagne bien plus corsée que celles distribuées.

« – Ça te dirait de sortir un peu ? C’est sympa leur soirée mais c’est un peu barbant.
– Oui… mais je dois rester au moins un peu, il y a tout le gratin ! Mon père veut me présenter à plusieurs familles, d’ailleurs.
– En attendant que ton cher papa ne s’intéresse à toi, ça te dirait de tester du Mauvais Œil ? Un matelot en a vendu à Yuna... »

Lancelin avait déjà entendu parler de Mauvais Œil ces jours-ci, une mixture de feuilles de cassis et d'un soupçon de rue de Syrie, connue pour son effet apaisant et pour sa faculté à dissiper les enchantements lancés par les Djinns. Mais son usage, plutôt rare en Europe, était plutôt d’ordre récréatif. Et le jeune d’Albon, intéressé lorsqu’il avait laissé trainer ses oreilles, avait alors senti la sourde impulsion issue de sa bénédiction s’activer. Avant qu’il n’y eût trop pensé, il était déjà sorti sur la terrasse avec entrain, pour trouver un coin tranquille hors de la vue des invités. Et alors qu’il commençait à tirer sur la pipe d’ébène pour essayer cette nouvelle sensation, une voix glaçât son dos.

« – Je crois rêver, Lancelin ! Pour qui te prend-tu, au juste ?! »

La voix de son père avait claqué comme un fouet, raidissant le jeune homme et le faisant sortir de la douce torpeur dans laquelle il avait tenté de s’immerger.

« – Je t’ai dit que je comptais sur toi ce soir, et à la première occasion tu t’enfuis avec… cette fille… pour aller fumer ?! Nous allons avoir une sérieuse conversation, mon fils. Vous, du vent. » Fit-il à l’intention d’une Victoire interloquée, qui attrapât sa pipe avant de disparaître en catimini.

« – Lancelin, pour qui te prend-tu ? répétât-il. Sortir et fréquenter cette fille d’une telle famille… j’ose espérer que tu ne la fréquente pas plus que ça. Il est hors de question qu’un d’Albon s’affiche avec une… droguée de Polignac ! Une hippie ! Tu n’as donc aucune fierté ? »

Une claque accompagnât ses paroles, qui fit reculer Lancelin sous le choc. La descente d’émotion avait été brutale, et laissait le jeune homme sans mot. Son regard était baissé, laissant libre cours à la fureur de son père, qui se retint de poursuivre davantage.

« – J’y retourne, Lancelin. Pour ta gouverne, je serai auprès de Charles. Je te laisse deux minutes. Frotte-toi le visage, inspire et rejoins-nous. Tu n’as pas intérêt à me faire honte une fois de plus ce soir. Ou même pendant toute la croisière. Tu es prévenu, Lancelin. Sois fier de ton sang et de notre nom, que Diable ! »

Le noble s’en était allé sur ses mots, laissant Lancelin cuisant de honte et de gêne sur le bord de la terrasse. Le reste de la soirée s’était bien passé dans son ensemble, malgré les regards noirs et lourds de sens que lui avaient lancé son père. Et l’affaire le travaillait toujours autant, alors qu’il avait depuis rejoint sa suite. Il ne se sentait pas réellement coupable de toute cette affaire. Sa bénédiction, il ne l’avait pas choisie, et il n’avait pas particulièrement son mot à dire quand ses impulsions l’emportaient. Mais il demeurait tiraillé par l’envie de plaire à ses parents. Le jeune d’Albon devait composer avec. C’était un lourd tribut, que d’affronter le regard déçu de sa famille, comme la fois où il s’était orienté, après deux jours sombres de tiraillements familiaux, vers la filière de Défense et Sécurité. Ses parents avaient toujours eu une attitude mitigée à son égard, et il sentait un étau presser sur ses tempes alors qu’il tentait de… vivre, en fait. Rester en dehors des troubles, ne pas se laisser tenter… c’était bien facile à dire, mais céder à la tentation, c’était parfois bien trop bon.


Dernière édition par J. Lancelin d'Albon le Sam 8 Sep - 22:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Aigue Marine
V. Edgard d'Éon
Admin ¦ Aigue Marine
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? : Boom chika wa waaa
Messages : 1725
Date d'inscription : 02/08/2016
■ On a le vice des vertus ■
MessageSujet: Re: Obtenir une particularité magique   Lun 30 Juil - 0:37

Je transmets Hug



( corps beau )
Saw murder in her eyes, the dark of a thousand crows. Cold thriller in disguise, blue shadows stitched to her toes
Revenir en haut Aller en bas
 

Obtenir une particularité magique

■ Qui ne s'est jamais perdu dans l'excès de m'as-tu-vu ? ■
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Cadran des Saisons :: Les Listings-