Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Nous sommes en avril 1971, c'est les vacances de printemps
Classe aisée clôturée pour les inventés
Merci de privilégier les autres strates sociales ou de vous orienter
vers la noblesse, les familles connues ou les scénarios des membres

Partagez | 
 

 (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~ 

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
A. Garrus Delfino
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t767-garrus-you-gotta-shake-t
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2413
Date d'inscription : 04/04/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Lun 4 Avr - 21:34


Alistair Garrus Delfino
feat. nom Norman Reedus

Nom: Delfino.  Oui, ça a un côté « pizza & pasta », mais non, il ne possède aucune origine italienne. Prénom de naissance: Alistair, mais il n’a pas entendu ce prénom depuis belle lurette. A cette époque, les dinosaures devaient menacer d’envahir le monde. Prénom d'usage: Garrus, comme le vin rosé. Au moins, il est sûr d’être la seule personne au monde à s’appeler comme ça. Généalogie: les Delfino ont toujours été Moldus. Et fauchés comme les blés. Aucun titre de noblesse, pas la moindre dorure, la moindre récompense à exhiber. Nationalité: Français. Lieu et date de naissance: né le 22 avril 1928, à St-Brieuc, Bretagne. L’entre-deux guerres, période de faste et d’espoir, avant que les nuages ne reviennent obscurcir l'horizon... Statut: ahem… disons qu'il est célibataire. Aucune bague n’étreint son doigt, aucun enfant ne bondit dans ses bras en l’appelant « papa ». Nature du sang: Né Moldu. Profession: Professeur de Zoologie Magique, pour le plus grand bonheur (non) des étudiants. Baguette magique: L’artefact est forgé dans du solide bois de pommier, mesure 31 centimètres et renferme en ses entrailles une griffe de Phénix.

Allégories réflexives:

► Quelle est votre opinion sur la restauration de la Monarchie Sorcière ?
BULLSHIT
Voilà ce qui résume à peu près clairement son état d’esprit.
Garrus trouve que cette restauration de la Monarchie est tout bonnement ridicule. La valeur d’un sorcier ne dépend pas de son origine sociale : elle dépend de son talent, son courage, son travail, ses expériences, sa façon d’encaisser les droites que peut infliger la vie. Le reste ne devrait pas compter, et surtout par d’éventuelles richesses acquises par le biais d’un ancêtre grincheux et moustachu !
Il se représente la noblesse sous les traits d’une frivole créature au cou ceint de lourdes pierres précieuses, parée d’une haute estime d’elle-même que rien ne justifie. Et il a tendance à bien le faire sentir à ceux qui s’abritent derrière leur nom de famille pour tracer leur chemin. Que vous vous appelez Dupont ou de Montecuculli, il s’en tamponne la narine avec sa baguette magique !

► La Mise en Objet des Djinns a donné lieu à un virulent débat centré autour des notions d'esclavagisme, de liberté, de droit des créatures ou encore de la protection magique. Que pensez-vous à ce propos ?
Garrus est un fervent défenseur des droits des créatures magiques, et il estime que personne ne devrait chercher à en faire des jouets pour les humains. Il avait cette même idée à propos des Djinns : libres ils étaient, libres il devaient demeurer. Si on lui avait parlé de la Mise en Objet trente ans plus tôt, il aurait probablement été horrifié, et il aurait catégoriquement refusé d'infliger un tel supplice à l’une de ces créatures.
Mais le temps a passé : il a appris à connaître Myrina, à découvrir que certains Djinns pouvaient être sournois, sadiques, assoiffés de pouvoir. Et si la Mise en Objet des Djinns ne l’a pas fait bondir de joie, il doit bien admettre que « sa » Djinn est beaucoup moins dangereuse depuis qu’elle est enfermée dans une griffe d’hippogriffe. Il sait que cette solution n’est pas la bonne, que personne ne mérite d’être ainsi asservi, qu’un jour les sorciers s’en mordront la baguette, mais il ne sera pas le premier à défiler sur l’Esplanade acec un caleçon bleu électrique sur la tête pour protester contre cette Mise en Objet.  

► Pouvez-vous envisager que le sang puisse un jour devenir plus important que le rang sur le sol français ?
Bah tiens. Ca ne changerait strictement rien à sa situation (merci maman, merci papa d’être nés Moldus et fauchés), alors pourquoi défendrait-il une telle idée ? Certes, il aime recevoir des morsures et des griffures, mais il n’est pas non plus complètement masochiste.  
Le sang, la noblesse, c’est à ses yeux la même chose : une aberration. La situation en Grande-Bretagne ne lui inspire que mépris, et il espère qu’elle n’éclaboussera pas l’autre côté de la Manche. Sinon, il n’aura plus qu’à se préparer un baluchon et à partir aux Bahamas, profiter de ses vieux jours dans un yacht entouré d’aguichantes nymphes (oui bon okay, il peut rêver). Ou transférer définitivement son âme dans le corps d’un hippopotame. Personne ne vient chercher des noises à un hippopotame.
Donc non : Garrus ne peut pas envisager une telle situation.

Personnalité:

Il fut quelqu’un de bien, il y a fort, fort longtemps. Le regard fiché dans le monde comme des poignards d’un bleu étincelant, il affrontait ses peurs, volait au secours de la veuve et de l’orphelin, souriait, se laissait porter par la vie, enivré par cette valse insouciante qui semblait prête à l’amener au bout de ses rêves. Jusqu’à ce que tout se fracasse, que les vagues de son bonheur s’écrasent contre les rochers abruptes du destin. La soif de justice, d’amour et la foi inébranlable en l’avenir se fissurèrent, laissant l’amertume s’insinuer dans son esprit, infiltrant chaque fibre de son être comme un sournois poison.

Depuis, le regard s’est fait plus dur, et le sourire qui vient parfois orner le bas de son visage est dépourvu de malice. Des mèches rebelles tombent sur son front, intensifiant l’ombre qui plane dans ses prunelles. Les bras croisés, sillonnés de légères cicatrices provenant pour la plupart des créatures magiques dont il s’occupe, il vit sa vie, emmuré dans une carapace de froideur et protégé derrière un rempart d'humour sardonique qui en rebutent plus d’un.

Bref, Garrus est aujourd’hui quelqu’un de taciturne et renfermé, qui n’a plus vraiment d’étoiles dans les yeux. Il est brusque, ne prend pas de gant et balance des ordres avec l’assurance de quelqu’un qui a l’habitude d’être obéi, et qui n’hésite pas à sortir la baguette (ou les poings) pour accélérer la cadence. Peu habitué à s’épancher sur ses sentiments, n'allant pas par quatre chemins, détestant parler de la pluie et du beau temps, il a la remarque acide facile, et son humour noir ne fait pas du tout l’unanimité. Il faut bien avouer que sa franchise est parfois un peu trop abrupte, et d'aucun le qualifierait sans hésiter de « pervers sans vergogne ». Il n’est pas très aimé, mais il s’en moque comme de son premier rasoir ! Il en attend beaucoup de ses étudiants, et fait parfois preuve d'une certaine dureté à leur égard. Lui-même est d’un naturel courageux, qui n’a pas froid aux yeux (ni des griffures, ni des morsures), et il ne réalise pas toujours que tout le monde ne partage pas son audace (qui frôle parfois l’inconscience).

En revanche, son comportement est tout autre avec les créatures magiques. Il leur porte une attention toute particulière, et se moque complètement des poils et plumes qu'elles peuvent disséminer sur lui, imprégnant ses vêtements d'une légère odeur de ménagerie. Avec elles, il fait preuve d’une douceur, d’une patience et d’une délicatesse qui en surprennent plus d’un. Le prof grognon, exigeant et parfois légèrement sadique (aux dires de certains) laisse place à un autre, au regard attentionné, aux gestes précis, presque tendres, dépourvus de cette froideur qui accompagne d’ordinaire sa physionomie.

Il fait parfois preuve de cette même douceur mêlée de bienveillance avec les humains, lorsque ceux-ci parviennent à fendre la carapace, mais cela est plutôt rare. Le sorcier rêveur et généreux est toujours là, quelque part, et le sourire d’un étudiant ou la main tendue d’un ami réussissent parfois à l’extirper de cette prison de ronces invisibles, créée de toutes pièces par son esprit, dans laquelle il est empêtré. Ça n'arrive pas tous les jours, mais ça arrive. Et plus souvent que ce que l'on peut croire.

Et il ne faut pas non plus croire qu’il soit complètement asocial ! Bien qu’il ait l’air de sortir d’une grotte (et pas seulement à cause de son physique débraillé) (ni de l’odeur), il apprécie boire un coup avec ses collègues et assister de temps à autre à un match de polo ailé. Il faut juste… s’habituer au bonhomme, à sa façon de grommeler, s'étaler, ricaner, et bouder les pâtisseries françaises si raffinées !

Genie in a bottle: Myrina



Il est impossible de nier la beauté de ce Djinn. Tout en elle a été forgé sur un idéal, un rêve sculpté dans une peau d’ivoire. La délicatesse de ses traits, mêlée au mauve profond de ses yeux et au noir de jais de ses épaisses boucles foisonnantes, lui confèrent un charme quasi enivrant.

Myrina aime son apparence de femme aussi splendide qu’inaccessible, à la beauté surnaturelle et au regard cruel. Elle sait qu’aucune humaine ne pourra jamais rivaliser avec elle, et qu’aucune personne attiré par la gente féminine ne pourra être insensible à ses charmes artificiels.

Mais Myrina est également farouche et assoiffée de guerres, de sang, d’un goût de poussière sur ses lèvres rose pâle.

Elle a toujours eu une dent contre les hommes, faibles créatures prêtes à se plier en quatre pour une jolie femme. Elle se plaît à les écraser de son dédain, comme de vulgaires insectes, et à leur montrer que son physique de poupée de porcelaine (choisi par ses soins, certes) ne l’empêche pas d’être une véritable guerrière, capable de les envoyer valser d'une pichenette.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler d’elle : elle fut autrefois la chef d'une armée de sorcières libyennes, connues comme étant des Amazones, et les dirigea avec une poigne de fer. Ensemble, elles conquirent Atlante, la Libye et une partie de l’Egypte. Les mauvaises langues racontent que Myrina fut tuée par Mopsos, mais ce Djinn n’eut pas sa peau ! Néanmoins, elle doit bien admettre qu’il gagna leur affrontement, riches en explosions et taché d'hémoglobine. Ce fut cet évènement qui l’amena à mettre un terme à son épopée et à ne plus jamais intervenir dans les affaires humaines. Son orgueil avait été écorché par sa défaite, et elle détestait l’idée d’être vue comme une perdante. Surtout par des humains.  

Si elle avait su qu’un gamin crasseux allait l’invoquer, la forçant à côtoyer de nouveau des sorciers, ces êtres si viles, si faibles, si misérables…

L’enfant tremblait de peur et d’excitation, éclaboussé par les flammes vacillantes des bougies posées autour de lui. Il avait choisi ce Djinn avec soin ; il avait lu des histoires sur elle, et avait été enthousiasmé par sa puissance. Il s’était attendu à sa beauté et à sa force, à ce charme qui incendiait chacun de ses traits.
En revanche, il ne s’était pas vraiment attendu à ce qu’elle le toise avec un tel mépris. Ni à ce qu’elle revête une robe laissant si peu de place à l’imagination. Elle le regarda balbutier quelques formules d’usage, et se contenta de ricaner, laissant sa voix se répercuter en échos sardoniques tout autour d’eux.

Leur première rencontre se solda donc par une Myrina désabusée et un Garrus fort déçu du comportement hautain de son Djinn. Durant ses jeunes années, il l’invoqua très peu ne sachant sur quel pied danser avec elle. Elle était dangereuse, sans aucun doute. Et manipulatrice. Et mauvaise. Elle faisait parfois mine d’être attentive à ce qu’il lui racontait, pour mieux se moquer de lui par la suite ; le reste du temps, elle essayait de lui donner des ordres et de lui montrer qu'elle était bien plus forte que lui.

Et les années passèrent. Et Garrus se fit une raison : malgré son physique de rêve, Myrina avait un caractère de phacochère. Il finit par s’y habituer, à rebondir sur ses remarques assassines, et un drôle de jeu se tissa entre eux : il fallait qu’il ait le dernier mot, qu’il lui montre qu’elle ne l’impressionnait pas, que sa beauté mâtinée de puissance ne suffisait pas à le rendre esclave de son bon vouloir. C’était un jeu, certes, mais un jeu éminemment dangereux : en laissant Garrus se moquer d’elle, en devenant tout à tour la souris et le chat, Myrina savait très bien qu’elle s’attirait l’affection du sorcier, et qu’elle pourrait retourner ce sentiment contre lui. Et Garrus le savait. Et elle savait qu’il le savait. Et ainsi de suite.

Il faut dire qu'en trente ans, la somptueuse furie et l'ours grognon eurent le temps de se connaître.

Ils n’eurent cependant jamais le temps de mettre un terme à la partie : la Mise en objet des Djinns fut ordonnée, et Garrus enferma la fière Myrina dans une griffe d’hippogriffe qu’il portait en guise de pendentif. Cette griffe avait une grande signification pour Garrus, puisque l’hippogriffe dont elle provenait avait été un de ses meilleurs amis, mais la Djinn ne le vit pas de cet oeil : pour elle, ce fut l’humiliation suprême. Non content de l’asservir, il l’enfermait dans un objet aussi peu valorisant ! Alors que d’autres Djinns avaient droit à de l’or, des diamants, des pierres précieuses ! Et elle devait se contenter d’une griffe !

Depuis, Myrina est d’une humeur plus massacrante que jamais, et le jeu entre Garrus et elle est un peu en stand-by. Elle boude, râle et l’envoie promener les trois quarts du temps. Le quart restant, elle tente de l’amadouer pour lui soutirer son véritable prénom, mais pour l’instant, le sorcier résiste !

S'il ne prend pas garde à elle, elle s'empresse de faire du charme aux autres sorciers, ou à les provoquer, les titiller, chercher leur point faible pour mieux appuyer dessus.

Bref, Myrina n'est pas vraiment un cadeau.



Pseudo: Lou Age: 22 ans (pour plus très longtemps  Huhu ) Où avez-vu connu DJ? J'y étais inscrite sous un autre pseudo (aka Tysha Baudelaire) Autres comptes? Non Une remarque ? Coucou je fais défiler tout le casting de TWD  Jean  Un mot pour la fin ? J'AI SUR LE BOUT DE LA LANGUE TON PRÉNOM PRESQUE EFFACÉ, TORDU COMME UN BOOMERANG, BLBLBLBLBL JE SENS DES BOUM ET DES BANG AGITER MON COEUR BLESSÉ, L'AMOUR COMME UN BOOMERANG ME REVIENT DES JOURS PASSÉS  Owai

Djinn Jinxed


Dernière édition par A. Garrus Delfino le Sam 28 Mai - 14:25, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
A. Garrus Delfino
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t767-garrus-you-gotta-shake-t
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2413
Date d'inscription : 04/04/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Lun 4 Avr - 21:34


I can see the sky, it's about to cry
I'm so lonely I don't know if I'll get through I wanna be floating in space But I gotta stay stay stay, stay stay stay STAY

Le vent dépose un parfum de sel sur ses lèvres. Les yeux rivés vers la mer, Eléonore Delfino rêve d’un avenir radieux, pétrie d’illusions. Le bras enroulé autour de sa taille, Piers, son époux, lui murmure des mots d’amour à l’oreille.

Nous sommes en Bretagne, en l’an 1928, et personne ne se doute qu’une période d’horreur et de terreur s’apprête à happer le monde Moldu.

Eléonore et Piers sont un couple banal. Piers est ouvrier ; le visage rongé par la fatigue, il a de grosses mains pleines d’ampoules et un coeur gonflé d’espoir. Il travaille d’arrache-pied pour rendre sa femme heureuse, sa précieuse Eléonore, si douce, si souriante, une fleur blonde au milieu des cendres de son existence. Eléonore ne travaille pas ; enceinte jusqu’au cou, elle se prépare à être une mère au foyer exemplaire. Ils ont déjà trouvé un prénom pour leur enfant : il s’appellera Alistair, et sera fort comme son père et intelligent comme sa mère.

Leur famille aurait eu sa place sur une carte postale de l’entre deux guerres, avec ses rêves et ses promesses d’un lendemain heureux.

C’est dans ce cocon de bonheur que naît Alistair. Ses parents ont une petite maison en pierres non loin de la mer, et l’enfant ne tarde pas à passer tout son temps à courir dans le sable et à jouer au milieu des vagues, de l’écume dans les yeux. Les algues noircissent ses chaussures, des piqûres de méduse empourprent ses bras, mais il s’en moque. C’est un enfant heureux, plein de vie, qui aime se blottir dans les bras de sa mère et qui attend avec impatience que son père rentre du travail, prêt à lui sauter au cou et à glapir de joie. Sa mère est la meilleure cuisinière du monde, son père lui raconte de formidables histoires sur les fantômes qui hantent la Bretagne ; que demander de plus ? Ils ne sont peut-être pas très riches, et ses vêtements ont été mille fois raccommodés, mais peu lui importe, tout va bien !

Jusqu’à ce que jour où court sur la plage, comme à son habitude, et est pris d’une idée qui lui semble géniale : grimper au sommet d’une falaise et se jeter dans les flots impétueux. Ça, ce serait super excitant !
Rappelons qu’il n’a que huit ans.
Il escalade les rochers, s’écorche les mains, manque de dégringoler à de multiples reprises, et finit par rejoindre son objectif. Là, au sommet de la falaise, le vent lui fouette les visage et lui griffe les yeux, mais il s’en moque. Il se penche en direction de la mer et hésite. Il y a de gros rochers, en bas ; l’idée ne lui semble plus si lumineuse…
Il s’apprête à faire volte-face, mais son pied dérape et l’enfant glisse.

Il connaît une poignée de secondes pleines de terreur, durant lesquels il hurle à pleins poumons, il ferme les yeux, et puis… rien. Il ne ressent aucun choc. Les rocs ne lui déchirent pas les bras et les jambes, la mer ne l’engloutit pas, les vagues ne s’écrasent pas contre lui. Il ouvre prudemment les yeux et réalise que son corps a atterri en douceur sur le plage, comme par magie. Il tremble de tous ses membres, incapable de comprendre ce qu’il vient de se passer. Il tente de se convaincre qu’il a rêvé, et que rien de tout cela ne s’est réellement passé.

Il y croira durant deux ans. Deux ans saupoudrés de quelques évènements inexplicables, qu’il tente de dissimuler du mieux qu’il le peut. Sa mère sursaute parfois quand un objet bouge alors qu’il n’a pas esquissé le moindre geste, et son père le contemple d’un air anxieux lorsqu’il a le dos tourné. Mais Alistair continue d’espérer que tout cela n’est que le fruit de son imagination. Jusqu’à ce qu’on vienne le prendre, parce qu’il est un sorcier, et qu’on l’arrache à sa vie paisible, comme on arrache une mauvaise herbe pour laisser les autres plantes s’épanouir tranquillement.

« Noooon ! »

Il tente de s’accrocher à la main de sa mère, au regard de son père, et a l’impression de recevoir un coup de poing dans l’estomac en voyant leurs mines contrites et leurs yeux noyés de larmes. Ils semblent s’être fait une raison. Sa mère essayera bien de parlementer un peu, d’assurer que son fils est normal, qu’il y a erreur sur la personne, mais aucun mot ne sera suffisant. Ils sont dévastés, mais ne se battront pas pour récupérer leur fils. Peut-être ont-ils peur de lui. Peut-être sont-ils soulagés qu’on l’emmène. Il ne le saura jamais.

Alistair est emmené à la Maison Royale de Saint Louis, sans se douter qu’il ne reverra plus jamais ses parents, et que plus personne ne l'appellera jamais par son prénom.

Désormais, il sera Garrus le sorcier.


Algernon est un adorable souriceau au pelage brun parcouru de reflets roux. Garrus l’a recueilli et s’en occupe avec beaucoup de soin, lui offrant les miettes de gâteaux qu’il a pu collecter au cours des repas. Les autres enfants ne sont pas très fan de son amie à quatre pattes, mais il s’en moque. Ses parents lui manquent terriblement, tout comme sa petite chambre sous les combles, la vue sur la mer et les courses endiablées sur la plage. Il se sent seul, abandonné, et s’accroche comme il le peut à l’affection que lui témoigne cette boule de poils aux petits yeux bordés de rose.

Il rêve de s’échapper de là, de retrouver ses parents, sa vie d’avant, et de ne plus jamais entendre parler de pouvoirs magiques.

« Je crois que nous sommes mieux ici que dehors » lui affirme un jour une autre fille de l’école, une petite brune au nez délicatement retroussé. « Il paraît que dehors, chez les Moldus comme tes parents et les miens, des choses terribles se préparent. »
« Quel genre de choses ? »
s’étonne Garrus.
Elle hausse les épaules.

L’enfant, effrayé à l’idée que quelque chose arrive à ses parents, commence à comprendre que la magie pourrait être un excellent moyen de les protéger. Il se met à travailler, à écouter les leçons dispensées au sein de la Maison Royale, et choisit précautionneusement le Djinn auquel il fera appel lors de sa première invocation. Il finit par trouver et fait part de sa trouvaille à sa pessimiste camarade au nez retroussé.

« Elle s’appelle Myrina et a déjà gagné des guerres » lui dit-il en lui montrant des reproductions du Djinn.
« Wouah, elle est super belle ! Qu’est-ce que tu vas lui demander de faire ? »
« Je lui ordonnerai de veiller sur mes parents et de tordre le cou à tous ceux qui leur veulent du mal ! »


Les choses ne se passeront pas exactement ainsi. Myrina est bien plus farouche et capricieuse que ce à quoi il s’attendait, et elle lui fait bien comprendre qu’elle n’exécutera aucune action de bonne grâce. Le toisant de ses grands yeux constellés d’éclats violets, elle le réduit presque au silence par sa seule présence. Son décolleté vertigineux lui coupe le souffle, bien qu'il sache que cette forme n’est qu’une coquille, que Myrina pourrait tout aussi bien se déguiser en vieillarde, en bonhomme ventru ou en éléphant rose à pois verts, et il ne sait pas vraiment comme l'aborder.

Décontenancé, il fera part de ses doutes à la petite fille brune, Sophie (il ignore son ancien prénom), devenue son amie.

« Un jour, tu réussiras à la contrôler, je t’assure ! »
« Je ne sais pas… »
« Allez Garrus, souris un peu ! Il paraît que tu as appris des tours à Algernon, je peux les voir ? »


Les deux enfants s’extasient devant l’adresse de la souris, lorsqu’on appelle Garrus. Le garçon échange un regard inquiet avec sa compagne, et, le ventre noué par l’appréhension, emboîte le pas du sorcier travaillant pour la Maison Royale qui lui a ordonné de le suivre.
On lui ordonne de s’asseoir dans un fauteuil, et il comprend immédiatement que quelque chose ne va pas. La peur forme un épais brouillard dans son crâne, et la nouvelle qui tombe ne parvient pas à chasser cette torpeur qui s’enroule autour de ses muscles et l'emplit de terreur et d'une puissante envie de vomir.

Le monde Moldu est en guerre et ses parents sont morts, pour avoir abrité des « indésirables » sous leur toit.

Garrus est perdu. Il refuse de croire ces paroles. Tout ceci ne peut être qu’une blague, n’est-ce pas ? Ses parents viendront bientôt le chercher, l’emmener loin d’ici, et tout s’effacera…

Alors le coeur au bord des lèvres, il attend. Il attend un signe, il attend que le cauchemar prenne fin, il attend que quelque chose se passe, qu'on lui annonce que cette vaste plaisanterie macabre est terminée.

Lorsqu’on lui informe qu’il est admis à Beauxbâtons, où il passera les prochaines années, il comprend. Et il fond en larmes.  

Garrus et Sophie échangent un sourire complice. Ils attendent tous les deux de connaître leur Saison avec impatience, les mains discrètement nouées dans l’ombre de l’Orangerie.  
Garrus a fini par se redresser, par chasser les larmes et par retrouver sa joie de vivre d’enfant. Il veut être heureux et rendre les autres heureux. Plus jamais il ne veut retrouver cette torpeur d’antan. Plus jamais il ne veut pleurer jusqu’à en avoir mal aux paupières. Plus jamais il ne veut ressentir une telle lourdeur dans la poitrine. Il veut juste profiter de la vie et être quelqu’un de bien.

Sophie et Algernon ne sont pas étrangères à ce changement. Surtout Sophie. La jeune fille est un véritable soleil, drapé d'une douceur qui touche Garrus. Lorsqu'elle rit, il a l'impression que le ciel s'illumine. Lorsqu'elle lui saute au cou, son coeur fait un bond jusqu'à sa gorge. Lorsqu'elle l'écoute, la tête légèrement penchée sur le côté et l'air extrêmement sérieux, il ne peut s'empêcher d'être émerveillé par la tendresse qui émane d'elle.

Les deux enfants de Moldus rejoindront les rangs d'Autumnus, l’automne et ses teintes cuivrées.

Les cours se déroulent paisiblement. Garrus convainc régulièrement Sophie d’explorer les moindres recoins de Beauxbâtons, et plus d’une fois ils manquent de perdre des plumes dans leurs folles aventures !

Ils échangent leur premier baiser à l’abri des regards, dans le somptueux parc de Beauxbâtons. Lorsqu’ils écartent leur visage, après avoir goûté chaque millimètre de la bouche de l'autre, ils sont tous les deux hagards et écarlates.
« J-je… »
Garrus a du mal à trouver ses mots. Un sourire se dessine sur le visage de son amie et ses yeux pétillent de malice.
« Laisse-moi t’aider à finir ta phrase », lui murmure-t-elle, son souffle caressant ses lèvres et incendiant le creux de son estomac. « Je t’aime. »


Les amoureux continuent leurs études main dans la main, traînant derrière eux une tenace réputation de couple dégoulinant de guimauve.

Garrus s’oriente vers la Médecine magique, tandis que Sophie s’intéresse davantage aux Arts et Lettres. Le sorcier noue des liens avec ses camarades médecins, se fait un plaisir de partager un verre avec eux, flirte parfois avec certaines demoiselles aux sourires gourmands, mais revient toujours vers Sophie. Elle est son Nord, son Sud, son Est, son Ouest.  « Tu aimes jouer au docteur, non ? » rit-elle parfois, lorsqu’il lui parle de ses études. « Que dirais-tu de m’avoir pour patiente ? » Ils s’embrassent, et le corps de Garrus écrase celui de Sophie, qui rit aux éclats. Il ferait tout pour elle. Elle lui donne une raison d’être heureux. Sa joie illumine chacun de ses traits, et ses camarades s’étonnent parfois de son énergie et de son engouement. Les Autumnus sont rarement aussi vifs et souriants que lui.

Myrina, sa Djinn, n’est pas dupe de son changement de comportement, et le bombarde de questions.

« Aaah, l’amour… » siffle-t-elle d’un air perfide, lorsqu’elle finit par comprendre quelle mouche a piqué son humain. « Un jour, elle te laissera tomber. Que vas-tu t’imaginer ? Tu n’es qu’un homme, rien de plus. Elle n’aura aucun mal à te remplacer. »
« Comment peux-tu en être si sûre ? » rétorque Garrus. « Tu n’es même pas une femme ! Personne ne voudra jamais de toi ! Tu peux être la plus belle créature du monde, ça ne changera rien ! Tu resteras seule toute ta vie ! »

Myrina est piquée au vif, et Garrus ressent un curieux picotement dans la poitrine. Pour la première fois de sa vie, il s’est opposé à la Djinn. Et il ne peut s’empêcher d’éprouver une vive fierté à cette idée.

Il fera part de son acte de rébellion à Sophie, qui se contentera de sourire. La jeune fille n’a pas peur de la Djinn. Elle sait que Garrus l’aime, et cela est suffisant. Les robes échancrées de Myrina ne pourront jamais remplacer ce lien qui existe entre eux. La Djinn est peut-être puissante, courageuse, forte ; elle ne la remplacera jamais dans le coeur de Garrus.

Algernon, la petite souris, continue de divertir les deux sorciers par ses tours adroits. Jusqu’au jour où un matin, alors que Garrus tapote son petit corps pour la réveiller, elle ne bouge plus.
Sophie et lui l’enterrent dans les jardins de Beauxbâtons. Pour consoler son ami, dévasté par la perte de sa minuscule compagne, Sophie lui offre un petit chat aux yeux d’ambre. Ils l’éduquent ensemble, et, alors qu’ils surveillent son comportement, s’amusent à imaginer leur future famille. Un pavillon, deux enfants, un labrador : ce plan leur semble idéal.

A la fin de Beauxbâtons, leurs examens dans la poche, ils emménagent ensemble. Garrus, davantage intéressé par la Zoologie que par la Médecine humaine, trouve un stage chez un célèbre chercheur en Zoologie magique. Sophie devient journaliste pour un petit journal féministe plein d’ambitions, et passe ses journées à noircir du papier, l’air concentré.

Tout se passe à merveille entre eux. Garrus aime se réveiller aux côtés de la jeune femme, déposer ses lèvres contre sa nuque, la voir sourire, et serrer son corps chaud contre lui.
Le bonheur atteint son paroxysme un dimanche soir, alors que Garrus rentre chez lui et voit son amie l’attendre d’un air inquiet, vêtue d’une robe qui laisse entrapercevoir son ventre. Elle tremble légèrement, mais une farouche détermination se lit dans ses yeux noisette.

« Garrus… je crois que… je suis enceinte. »



C’est la plus belle chose qu’il ait jamais vue. Elle est si petite, à peine plus grande que ses mains… Des boucles brunes recouvrent son crâne et encadrent ses yeux bleus de bébé.
Sophie sourit également. La sorcière a été très ferme avec Garrus : leur petite Aria passe avant tout, avant même les créatures magiques qui commencent à envahir leur appartement et à le faire ressembler à une ménagerie. Garrus a accepté le marché de bon coeur ; il aime déjà tant cette petite chose qui essayait d’attraper ses doigts et de mordiller son pouce…

Cerise sur le gâteau : il écrit une thèse sur la Zoologie Magique, et celle-ci est plutôt bien accueillie par le monde sorcier.

Famille, travail réussis... la vie aurait pu être parfaite.

Garrus, Sophie et Aria s’installent en Bretagne, et Garrus redécouvre avec bonheur les terres de son enfance. Il fait découvrir la mer aux deux femmes de sa vie, et ressent un tel bonheur en entendant le rire d’Aria se répercuter contre les vagues qu’un drôle de pressentiment étreint sa poitrine. Tout ça est trop beau. Ca ne peut pas durer… Il tente de chasser cette idée et rejoint Aria dans l’eau. Il la chatouille et elle rit aux éclats, des larmes de joie dans les yeux.

« Mais papaaaaa, tu triches ! »

Aria a six ans lorsqu’elle tombe malade. Son front est brûlant ; elle se tortille dans son lit, emmêlant les draps autour de ses jambes, et marmonne des paroles incohérentes à travers les affres de sa fièvre. Garrus est assis à côté du lit d’enfant ; il lui tient la main, lui rafraîchit le front à l’aide de sa baguette magique, embrasse ses petits doigts plus chauds que des braises. Rongé par l'inquiétude, il tente de lui sourire, de lui montrer que tout va bien, et lui promet qu'ils iront pique-niquer sur la plage dès qu'elle sera rétablie.

« Il faut l’emmener à l’hôpital » décide rapidement Sophie, voyant que l'état de l'enfant ne s'améliore pas.

Garrus ne peut qu’approuver.
Le couple découvre ce qu’est l’attente. Ils sont dans une salle blanche, agrémentée de quelques plantes vertes magiques, et ils patientent tant bien que mal, dévorés par la peur. Ils ne parviennent même plus à échanger un mot ou un regard. Ils sont trop terrorisés pour oser déchirer le silence.
Les Médicomages qui les tiennent au courant de l’état d’Aria ne sont pas spécialement enjoués. Leur petite fille est très malade, et ils ne sont pas certain de pouvoir la sauver. Ni Garrus ni Sophie n’y sont pour rien ; la maladie peut frapper n’importe qui, après tout. Le monde entier est dans son giron. Même les petites filles de six ans.

Au bout de plusieurs heures de supplice, Garrus ne tient plus. Il retourne chez eux, promettant à Sophie de vite revenir à l’hôpital, et est pris d’un brusque accès de rage. Les sortilèges fusent, les meubles valsent, les assiettes se brisent en mille morceaux. Il refuse d’admettre que la vie s’acharne à nouveau sur lui et entache son bonheur. Personne n'a le droit de lui faire ça ! Personne n'a le droit de lui enlever sa petite fille ! Il finit par se laisser tomber au sol, apathique, et à regarder droit devant lui, le visage impavide. Ses animaux magiques, effrayés par le bruit des meubles qui projetés contre les murs, sortent timidement des recoins dans lesquels ils s’étaient réfugiés et tentent de le consoler. Son Croup, Spock, pose sa tête de fox-terrier sur son genoux et le contemple avec tristesse. Garrus le prend dans ses bras et, le visage enfoui dans son doux pelage, se laisse aller aux larmes.

C’est dans cette position que le retrouve Sophie deux heures plus tard. La jeune femme a transplané en urgence chez eux, et ses yeux rouges ne laissent pas de place au doute.

« Les Médicomages m’ont dit que nous avons encore le temps de lui… de lui dire au revoir » murmure-t-elle, et sa voix se brise.

L’enfant est allongée dans un lit blanc, aussi blanc que son teint. Ses yeux sont rivés dans le vague, et Garrus comprend qu’elle ne les voit plus. Elle ne réagit pas lorsqu’il lui prend la main, ni lorsque Sophie lui caresse le front. Aucune prière, aucun voeu ne se réalisera.

Dans la nuit, la flamme qui vacillait dans le corps de l’enfant est définitivement balayée.



« Aide-moi à ranger tout ça. »
Myrina lève soigneusement un sourcil.
« Tu crois qu’il y a écrit « déménageuse » sur mon front ? » siffle-t-elle, croisant les bras sur sa volumineuse poitrine.

« Non, mais je crois que je t’ai donné un ordre et que tu dois m’obéir. Aide-moi à mettre ce bazar dans ces cartons. Sans rien casser. S’il te plaît. Merci. »
La Djinn s’exécute en grommelant. Les ordres de Garrus sont devenus plus assurés, plus fermes, ces derniers-temps. « Ne touche pas à mes animaux ; si tu as faim, tu seras bien capable de trouver toi-même tes proies » ; « empile-moi ça » ; « pendant que tu y es, aide-moi à… » Et blablabla et blablabla. Insupportable humain. Elle a bien tenté de profiter de sa tristesse pour lui soutirer son véritable prénom, mais s'est heurtée à une muraille de glace. Tant pis, ce sera pour une autre fois.

Garrus s’en va de sa demeure bretonne. Celle-ci est dans un piteux état ; les bouteilles s’entassent dans l’évier, les journaux périmés imitent la Tour de Pise près de la porte d’entrée, des chemises froissées côtoient des cartons de nourriture vides sur le canapé.
Il a pris soin de mettre ses animaux dans des cages et de transporter celles-ci dans leur nouvelle résidence avant d’invoquer la Djinn. Laisser Myrina se promener au milieu de ses précieuses créatures à poils et à plumes relèverait de l’inconscience pure.

Le sorcier passe la main dans ses cheveux -devenus trop longs, ils lui chatouillent les yeux- et contemple le désastre avec un mélange de consternation et de soulagement. D’un coup de baguette magique, il ouvre grand toutes les fenêtres.

« Merci, j’ai cru que j’allais m’asphyxier » lance aussitôt Myrina en fronçant le nez.

Garrus n’est pas certain que ses narines soient réellement fonctionnelles -on ne sait jamais, avec les Djinns ; peut-être qu’elle respire par les oreilles- mais il préfère rester silencieux.
Il continue ses cartons et tombe sur une photographie de Sophie et lui, tout juste diplômés, souriants avec candeur à l’objectif. Une vague de mélancolie l’envahit. Une seconde plus tard, la photo est réduite en cendres.
Cela fait plusieurs mois que Sophie est partie. Il ne lui en veut pas. Elle ne supportait plus son comportement, ses accès de colère, sa façon de regarder les oiseaux voler par la fenêtre pendant des heures et des heures, ses grognements, son repli sur lui-même. Les derniers jours, il ne lui adressait même plus la parole ; il faisait sa vie sans lui accorder la moindre attention, et semblait ne pas la voir lorsqu’elle tentait d’établir un contact visuel avec lui.

Elle est partie un matin, sans prévenir, sans laisser d'adresse, sans un mot.

Garrus ayant désormais fini sa thèse, il est accepté en tant qu’assistant d’un chercheur en zoologie magique, qui opère à Paris. Il quitte la campagne et ses bourrasques de sel pour la capitale, son bitume et son ciel chargé de gris. Il est logé sur place, dans une minuscule mansarde. Ses créatures sont quant à elles confiées au chercheur, qui possède une immense maison de campagne adaptée à leurs longues pattes et à leur soif et de liberté. Garrus a le coeur lourd à l’idée de ne plus vivre avec elles, mais il sait que c’est la meilleure solution. Coincées avec lui dans un dix mètres carrés poussiéreux, elles deviendrait cinglées et finiraient par l’attaquer.

Une fois que ses cartons sont prêts, il transplane, bien décidé à ne plus jamais remettre un pied en Bretagne.

Et une nouvelle vie commence. A côté de son travail, Garrus s’intéresse de plus en plus aux Ganipots, ces sorciers capables de transférer leur âme dans le corps d’un animal. Il s’entraîne férocement, durant de longues années, et finit par réussir à abandonner son enveloppe charnelle pour voleter dans les airs en compagnie de quelques corbeaux. Le manque causé par l’absence de ses créatures magiques est ainsi colmaté, tant bien que mal. Et lorsqu'il parcourt les cieux, déployant de longues ailes plus noires que du goudron, il reprend peu à peu goût à la vie.

Le soir, lorsqu’il ne prend pas possession du corps d'un oiseau ou d'un chat pour bondir de toit en toit et oublier ses malheurs, il sort dans les bars parisiens, mais la solitude et la dureté qui émanent de lui éloignent les autres consommateurs. Il n'est pas prêt de faire de nouvelles rencontres... Mais il s’en fout et boit sa bière en lisant les journaux (moldus et sorciers), sans vraiment savoir ce qu’il cherche.
C’est ainsi qu’il découvre qu’un poste de professeur de Zoologie Magique est à pourvoir à Beauxbâtons. Il n’hésite pas longtemps et postule, joignant à son courrier une lettre de recommandation de son employeur actuel.

C’est avec stupéfaction qu’il apprend être embauché.
« Tu es sûr qu’il n’y a pas une erreur quelque part ? Ils ont peut-être confondu avec un autre Garrus Delfino ? » demande Myrina, aussi aimable qu’à son habitude.
« Je ne crois pas. Mais dis-moi, My', tu n’as pas envie de retourner à Beauxbâtons ? Comme quand j’avais quinze ans ? »
« Mmmh, c’est vrai que les animaux de compagnie des élèves ont toujours eu un goût particulièrement… »
« Mymy… »
« Quoi ??! Et arrête de m’appeler comme ça ! »


Et le sorcier refait ses bagages pour Beauxbâtons.

Là, il découvre avec consternation que les étudiants n’ont souvent rien de plus qu’un peu de gelée à la framboise dans le crâne, mais il tente tout de même de leur faire partager sa passion pour les créatures magiques. Il privilégie les travaux pratiques et prie pour que personne ne se fasse happer le bras par une bestiole affamée. Ces gamins sont parfois si empotés… Il ne réalise pas qu’il peut se montrer dur avec eux. Il a appris à fermer son coeur, à dissimuler ses sentiments. Il a trop peur que la vie lui inflige un nouveau coup de hache dans la poitrine pour s’attacher à ces gamins turbulents et à ses collègues.

Les choses sont différentes lorsqu’il transfère son âme dans le corps d’un animal. Là, il aime regarder le monde qui bouillonne autour de lui, et se prélasser dans l’herbe, bondir de branches en branches dans la peau d’un écureuil, grignoter des fruits et courir à toute vitesse entre les racines des arbres… Il retrouve sa gaieté d’antan.
Et puis il se réveille et la réalité se rappelle à lui.

Les années ont passé, depuis son premier jour en tant que professeur à Beauxbâtons. Et étrangement, ce travail l’apaise et lui apporte une sérénité qu’il ignorait posséder. Tout aurait pu bien se passer, si seulement l’Angleterre n’avait pas fait des siennes, si seulement il n’y avait pas eu ce projet complètement stupide de rétablir la Monarchie, si seulement il n’avait pas été contraint d’enfermer Myrina… La colère de la Djinn et les nuages chargés d’électricité qui s’amoncellent sur l'avenir du monde sorcier ne lui disent rien qui vaille.

Mais il a connu pire. Et il est prêt à se battre pour qu’on lui foute la paix.
Djinn Jinxed


Dernière édition par A. Garrus Delfino le Sam 28 Mai - 14:31, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maîtresse des Autumnus et Professeur de Charmes et Enchantements
R. Colette Belgarde
Maîtresse des Autumnus et Professeur de Charmes et Enchantements
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t98-colette-celles-qui-ont-l-
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 739
Date d'inscription : 11/10/2015
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Mar 5 Avr - 15:40

Bonjour, je suis la virilité Robert Robert Robert
Rebienvenu parmi nous, choupie, je suis joie de te voir de retour Bulle Love Squiz :wha: :wha: et puis, tu me mets un peu de beaume au cœur pendant ce concours de Fuck
En tout cas, quelle tête (Daryyyyl, arbaleeeeete, t'as pas intérêt de mouriiiiiir Gnoe Gnoe ). J'adore toujours autant ton ecriture, en plus Pelle
Ce nouveau perso s'annonce splendide, en tout cas Bulle
Courage pour la suite et n'hésite pas à nous poser des questions si tu le souhaites Heart Chou


We're in heaven
Baby, you're all that I want, when you're lying here in my arms, I'm finding it hard to believe we're in heaven. And love is all that I need and I found it there in your heart. It isn't too hard to see we're in heaven.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Mar 5 Avr - 15:54

Le papa de Mathias est zoologiste aussi Han !! Ca fera un super lien, enfin j'espère :D.

Re-bienvenue tout plein!! Tu connais la zonzon Check . Courage pour ta fiche et s'il y a besoin de quoi que ce soit n'hésite pas Mih .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joueur numéro 1 de polo ailé de la saison Aestas
J. Valentin Bellamy
Joueur numéro 1 de polo ailé de la saison Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t318-valentin-a-genoux-proste
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 797
Date d'inscription : 09/11/2015
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Mar 5 Avr - 16:46

Ok tout le monde en a que pour l'avatar.

MOI J'EN AI POUR YENNEFER OK Han T'AS PAS LE DROIT DE CHOISIR UN DJINN AVEC UNE APPARENCE AUSSI SEDUISANTE, VA Y AVOIR DES PROBLEMES D'ORDRE ETHIQUE Gnoe -cela dit, je préfère quand même Triss, la chevelure de feu toussa toussa Mdr Mdr Mdr -

Content de te revoir parmi nous, j'espère qu'on va pouvoir rp ensemble d'une manière ou d'une autre Jean T'échapperas pas à Sapho mon coco Yeah Personne n'y échappe Mdr Courage pour le reste de la fiche Hug




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
B. Perle de Béziade
Admin ¦ Présidente du Club de Théâtre
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t96-perle-our-shell-could-spi
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 5537
Date d'inscription : 06/08/2015
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Mar 5 Avr - 18:50

Rebienvenue à la maison Gnoe ça fait plaisir de te revoir par ici Owai Fais comme chez toi Prends une douche Mdr S'ils n'étaient pas aussi ronchons l'un que l'autre je suis sûre que Garrus et Bacchus le garde-chasse (ça rime même, si ça ce n'est pas un signe Sem ) pourraient devenir de très grands amis Hihi Ça veut dire que tu nous réserves un futur DC TWD pour continuer sur la lancée ? Robert Je suis impatiente de connaître la suite Gnoe Comme évoqué, en cas d'interrogations, tu sais que tu peux nous solliciter Huggy Copain



—  Is it running in our blood  —

Underneath it all, we're just savages
Hidden behind shirts, ties and marriages
How could we expect anything at all
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
A. Garrus Delfino
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t767-garrus-you-gotta-shake-t
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2413
Date d'inscription : 04/04/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Mar 5 Avr - 23:15

Yes Yes Yes

Colette : merciii, tu es trop trop chou Love (ouiiii Daryl a intérêt à rester en vie le plus longtemps possible Gnoe ) Tu as un concours ? Je ne savais paaas, mais BON COURAGE !!! (COURGE, comme dirait un cucurbitacée) Mdr C'toi la meilleure de toute Cool Et puis j'ai trop hâte d'avoir enfin un RP avec Coco Jean

Mathias : haaan c'est trop cool ça !! J'approuve pour le lien ! Qui sera bien sur super Robert Les zoologistes sont les meilleurs de toute façon. En toute bonne foi. Merci beaucoup Brille

Valentin : tu as reconnu Yennefer Han Han Han Non mais Yennefer est trop belle. Et son caractère de cochon est une trop belle source d'inspiration. (Triss n'est pas mal, certes, et sûrement plus agréable à vivre, mais Yen quoi Heart ) (mais bon j'avoue, ses cheveux déchirent) Et on RPera, t'inquiète Huhu (Sapho a l'air trop cool) (et son Djinn mais GNIIII Chou ) (comment ne pas craquer Puppy ) (j'avais écrit "comment ne pas cracher" sympa pour le Djinn Rip )

Perle : merciiii Fan haha mais je suis sûre que Bacchus et lui pourraient s'entendre Mdr (entre barbus ronchonchons Mdr ) avant le DC je vais déjà essayer le compte unique mais ceci dit, le casting de TWD est plutôt pas mal pour piocher des têtes sexy Siffle Là dessus : *file prendre une douche* Hoho Curly

Je suis contente d'être re ici Meh (avec tous ces smileys à la fois choux et complètement barrés)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Mer 6 Avr - 19:40

J'étais obligée de te souhaiter la bienvenue sous mon petit gars crado et malpoli Mdr Mdr
Enfin, la bienvenue... BON RETOUR CHEZ TOI PLUTÔT !!! Fan Han Hug :apo:

Comme je le disais dans la section invités, je suis très très heureuse que tu sois de nouveau des nôtres et je me réjouis de te lire enfin sous les traits de ce personnage HRJSHDJDHFD badass et trop cool Jean Weh

(Je ship déjà avec Coco, c'est mal et délicieux Wut Ouh)
(Et j'explose d'amour et d'enthousiasme à l'idée de voir un cours de Zoologie magique sur BB Weh)

Il me tarde de lire le reste, alors courage pour la rédaction, choupinette Hug Chou
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
A. Garrus Delfino
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t767-garrus-you-gotta-shake-t
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2413
Date d'inscription : 04/04/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Jeu 7 Avr - 22:13

Ohlàlààà Mahaut est vraiment beaucoup trop adorable sur l'avatar Owai
Et merci beaucoup ! Yes Tu es trop chou aussi, et je sens que Garrus va bien apprécier Mahaut Robert J'ai espionné ta fiche et je suis beaucoup trop fan de cette petite Brille
(hahah attends de voir Garrus faire nettoyer les écuries aux élèves qui l'embêtent, ça sera beaucoup moins marrant Sem ) (mais j'ai hâte aussi de lancer des cours) (et de laisser des bestioles grignoter les mauvais élèves) (comment ça, interdit ?)

Bien, il est temps de continuer cette fiche Mdr



Contre ceux d'en haut


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Sam 9 Avr - 10:30

Rebienvenue ! Ohlala

Viens, je t'emmèneuuuuh - sur l'air de France Gall -
La fin, la fin, la fin ! Weh

Sinon, tu savais Mopsos était le nom du devin chez les Argonautes ? Qu'ils l'avaient aussi regarder crever comme une merde et qu'ils avaient préféré embarquer le clodo attaqué par les harpie après ? Hercule en a fait partie - bah ouais, fallait la grosse brutasse un peu débile - et pourtant Hercule n'était pas de la même époque. Surtout qu'Hercule se sépare en deux entités, entre le héros civilisateur et le héros qui vit pour sa brutalité. Parce que oui, la tradition a laissé une image assez peu flatteuse : celle du goinfre dont le fracas des mâchoires fait mourir de peur son entourage, le sûrmale capable en une nuit de rendre mère cinquante des filles de Thepsis.. mais de l'autre côté c'est le héros civilisateur qui créé des villes, abolit le sacrifice humain et protège les esclaves. Hihi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
A. Garrus Delfino
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t767-garrus-you-gotta-shake-t
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2413
Date d'inscription : 04/04/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Sam 9 Avr - 14:33

Merciiii Puppy (mais pas merci pour la chanson de France Gall dans la tête Mdr )
Je ne savais pas Owai Je ne verrai plus Hercule pareil Sem

Je crois que j'ai finiii, je vais poster dans la section adéquate Lala
Petite précision : j'ai posté l'histoire au fur et à mesure mais j'ai édité la 1re partie parce que j'avais oublié que Garrus n'est pas le vrai prénom de mon bonhomme et que quand il était môme on l'appelait autrement Sem
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Joueuse numéro 2 de polo ailé de la saison Fons
A. Cassiopeia Nyström
Joueuse numéro 2 de polo ailé de la saison Fons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t531-cass-i-am-my-own-wind-an
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 647
Date d'inscription : 12/01/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Sam 9 Avr - 14:59

adhsskjdkg Rebienvenuuue Owai Professeur de zoologie magique ouiiiiii enfin Owai Owai Cette fiche a l'air badass, j'adore les vieux grincheux Mdr Je dois terminer de lire tout ça, mais je tenais à te dire welcome avant que tu ne sois valider. Weh Le personnage promet dans tous les cas et je viendrai très certainement te harceler pour un lien Al



Come take me under now
You've got me playing in a game that ain't fair but you're taking me there, yeah you're taking me there. Oh, I can't help myself, it's human nature. Who's to say what's meant to be? Oh, why can't we be on our worst behaviour, when it comes so naturally.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
A. Garrus Delfino
Admin ¦ Professeur de Zoologie magique
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t767-garrus-you-gotta-shake-t
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 2413
Date d'inscription : 04/04/2016
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Sam 9 Avr - 23:12

Hinhin si tu aimes les vieux grincheux mon bonhomme sera ravi de te faire plaisir Mdr
Merci beaucoup, et j'approuve totalement pour le lien ! Owai J'en veux un aussi Yes (koupine née moldue et pauvresse Sem )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Dim 10 Avr - 0:17

Bienvenue tout plein !!! Hug

Damn que ce prof est sexy... Fiou Comment on fait après pour pas bavouiller pendant tes cours ? Ou sur tes chaussures quand on te rentre dedans dans les couloirs... Parce qu'avec une telle bouille on ne peut pas se refuser au rentre-dedans... Mdr (C'était la blague pourrie du soir, merci, au revoir Gnoe)

Je crois que j'ai pas ce cours... Mais je m'incrusterai rien que pour admirer ton arbalète !!! Perv

Hâte de voir ce loustique en jeu en tout cas ! Mih
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Beauxbâtons
La Directrice
Beauxbâtons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 436
Date d'inscription : 06/08/2015
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~    Dim 10 Avr - 11:55


Le monde animal n'a connu plus farouche espèce depuis son arrivée à Beauxbâtons ; un pelage sali par le temps, une mâchoire forte et des yeux plus perçants que ceux d'un tigre blanc. Coeur blessé, il boite en loup solitaire et lèche sa plaie pour qu'elle arrête de saigner. Ça fait des années. Mais tout n'est pas encore perdu. Un vieux loup reste un gros chien apeuré, après tout !

Superbe fiche et ce djinn Mdr Mdr
Veuillez recevoir nos plus sincères félicitations pour votre sélection au sein du  PERSONNEL DE L'ACADEMIE ! Vous voici à présent un(e) sorcier-ière à part entière de cette prestigieuse Académie et en tant que tel(le), nous vous invitons à transmettre et vérifier vos données personnelles dans les différents registres des listings. Cette section vous offrira également la possibilité de déposer des candidatures afin d'espérer décrocher un poste à responsabilité parmi les Maîtres et Délégués au sein de cet établissement ou encore de vous faire connaître de ses résidents en tant que joueur de Polo ailé. A savoir qu'il est toutefois toujours plus judicieux de participer quelque peu à la vie scolaire avant d'en faire la demande. Si cette fiche n'est pas la première, merci de bien vouloir référencer votre double compte en remplissant ce parchemin de votre plus belle plume. Avant de débuter le Rôle Play, n'hésitez pas à vous référer aux Points Cardinaux pour y inaugurer au Nord une Fiche de Personnage rassemblant à la fois les différents liens à nouer au cours de cette scolarité ainsi qu'une liste des récits qui en ponctueront l'aventure. L'Ouest regroupe les Bulletins des étudiants et la respectabilité des enseignants qui sont à consulter et compléter. Toutes les demandes et requêtes particulières seront à formuler à l'Est. Le Sud, quant à lui, vous informera sur toutes les spécificités que les points de vote et de RP ont à offrir dans le jeu. Sur ces quelques mots, il nous vous reste à présent plus qu'à explorer cette majestueuse bâtisse pour que la magie puisse opérer !
Revenir en haut Aller en bas
 

(Garrus) You gotta shake that ass If you want have mine ~ 

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Cadran des Saisons :: Bienvenue à Beauxbâtons-