Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Temporalité
Le monde magique se trouve au mois de mai 1971 et est en pleine effervescence !
Classe aisée
Temporairement, le rang social de la Bourgeoisie a été rouvert pour les inventés.
Merci de prendre en compte que les places y sont toutefois limitées
Aller en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Aestas
M. Sixtine Brival
Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t996-sixtine-brival-cavaliere
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1222
Date d'inscription : 27/06/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Lun 27 Juin - 13:12


Muscarine Sixtine Althéa Brival
feat. Kaya Scodelario

Nom: Ce n'est pas un nom qui résonne dans dans les esprits comme puissant et synonyme de richesse malgré son absence de noblesse. Si aujourd'hui le nom n'évoque plus que les finances et une famille aisée, à une époque le nom des Brival évoquait des sorciers qui ne se caractérisaient pas par leur talent pour la Magie BlanchePrénom de naissance: Ses parents ont parfois des idées bizarres dont celui de l'appeler Muscarine comme un poison. Sachant que son frère s'appelle Eliott, elle a de quoi se vexerPrénom d'usage: Si son nom de naissance évoque à merveille la toxicité de la belle brune, son prénom Sixtine n'évoque rien de particulier en dehors du chiffre six. Si près de la puissance magique et pourtant elle n'en a plus grand chose à faire. Un affront, elle préfère largement son second prénom Althéa, celle à qui on ne peut échapper. Généalogie: La famille Brival était basé au XVème siècle dans le nord de la France afin de profiter de la proximité des puissances marchandes qu'étaient les terres flamandes et l'Angleterre. C'est une famille, à l'origine de négociants dans les vins et les dentelles, qui se développe et finit par devenir une famille de banquiers en se rapprochant de la Suisse. De nombreuses familles contractent alors des mariages avec les Brival qui n'ont jamais eu un titre de noblesse, ils sont restés dans cette classe au sang des gueux. Ils le restèrent, motivés par le pouvoir que leur apporter l'argent plus que les privilèges, la Renaissance marque l'importance des banquiers, il suffit de regarder Maris de Médicis. Fortement enrichi par cette position, les sorciers Brival se sont rapprochés de la bourgeoisie et de son ras-le-bol de la surpuissance de la noblesse pendant la révolution, en profitant pour glaner un peu de pouvoir et beaucoup d'argent.
Aujourd'hui, Mme Raphaëlla Brival née Dardel est une ponte de la finance réputée pour son acuité de jugement dans ce monde là. D'origine Suisse, il s'agit d'une alliance, même si quelques signes de tendresses se sont mêlés un temps dans le couple. La famille Dardel est une famille de banquiers très connus depuis le XVIème siècles et basant son pouvoir sur l'argent. Raphaëlla a hérité d'une fortune venue s'ajouter à celle de la famille Brival mais aussi ses talents pour les finances. Quant à Mr Guillaume Brival, il s'impose comme un excellent précepteur prisé par les élitistes grands noms de la sorcellerie française et travaillant pour les grandes familles parisiennes mais aussi ami avec elles. Sixtine a aussi un frère de deux ans son aîné et son meilleur chevalier servant à son avis.Nationalité: Du sang notamment hollandais et anglais coule dans ses veines mais la jeune femme est française bien évidemmentLieu et date de naissance: Sixtine est née le 30 septembre 1953 lors d'un des hivers les plus rigoureux qu'est jamais connu la France dans un hospice de Beaumarchais. Elle est dans la fraîcheur de ses dix-sept ans et compte bien savourer le temps qui s'écouleStatut: Incapable de tenir une relation, Sixtine est évidemment célibataire. Ce qui ne l'empêche pas le moins du monde de draguer et d'être draguer, ce serait dommage de ne pas profiter de la liberté qu'elle a. Nature du sang: La jeune femme a beau ne pas être de la noblesse, son sang est limpide comme de la liqueur de vie. Vous l'aurez ainsi compris, le sang de la Brival est pur autant qu'il l'est possible. La noblesse, ce sang bleu, ne les a jamais intéressé mais la pureté magique et la puissance, l'image est propre aujourd'hui mais la repentance pour le bon côté est récente. Etudes/Profession: IDEAL Baguette magique:  Élément important pour son sorcier, surtout pour un sorcier de la trempe de Sixtine, qui a représenté elle aussi un défi pour le célèbre Hortensius Boisjoli, une sorcière aussi destructive ne trouve pas aussi facilement la baguette qu'il lui faut. La baguette de l'extérieur respire l'élégance, faite d'un bois très clair, seul un anneau noir marqué la poignée et le début d'une forme étrangement torsadée. Celle de Sixtine est faite dans un très vieux if réputé pour ne jamais choisir de sorcier médiocre et offrant même à son sorcier un pouvoir de vie et de mort de 28,40 centimètres et contenant une plume d'Hippogriffe. Indomptable et puissante, les sorts sont élégants, impressionnants mais si instables. Bim... Bam... Quand viendra le Boummm ?  
Allégories réflexives:

► Quelle est votre opinion sur la restauration de la Monarchie Sorcière ?
Un sourire distant passerait sur le visage de Sixtine. A-t-elle l'autorisation de dire qu'elle n'en a rien à faire ? Le temps de guerre à l'origine serait un problème pour les affaires, c'est une évidence et donc une situation de crise à gérer. Mais ce n'est pas la question, il s'agit surtout d'une manipulation politique, quelles que soient les pressions, certaines personnes se sont jetés dans la mêlée politique et ils ont gagné. Democracy is so overrated comme pourrait dire certains anglais et c'est le cas. Mais la monarchie semble un système de sélection bien simple et surtout une ignorance assez complète de l'histoire de la France. Elle a été restauré, sa mère est restée proche du pouvoir par ses analyses financières, elle finira par bouger dans un autre régime, la guerre ne peut pas être éternelle après tout.
Pourtant Sixtine pourrait bien être du genre à se lancer ans une révolution si cela peut l'aider et l'avancer. Par pur intérêt du bien commun.

► La Mise en Objet des Djinns a donné lieu à un virulent débat centré autour des notions d'esclavagisme, de liberté, de droit des créatures ou encore de la protection magique. Que pensez-vous à ce propos ?
Au moins, ils ont cette fois-ci eu la décence d'appeler par le vrai nom ce qu'ils ont fait. C'est sans doute de l'esclavagisme en ayant réussi le brillant exploit de réussir sans prendre de risque réel. Il reste toujours bien évidemment les « mauvaises » interprétations d'ordre. C'est une réalité et il semble s'agir de l'avenir et d'une solution à ses problèmes, quelles que soient les questions éthiques qui se posent autour de cette création. Il s'agit d'un avantage que les sorciers ont pris sur les djinns, dans une lutte où ils ont toujours été avantagés alors pourquoi ne pas prendre encore plus ? Sixtine aimerait bien parfois pouvoir mettre les genre en objet et les sortir seulement lorsqu'elle est sûre que cela ne l'approche pas trop de ce qu'elle fuit.
Pourtant, avec son djinn, cela brisé l'équilibre de leur couple poussant la jeune fille à prendre encore plus de risques pour rétablir l'équilibre.

► Pouvez-vous envisager que le sang puisse un jour devenir plus important que le rang sur le sol français ?
Une seule chose vaincra toujours la moindre de ses notions comme le sang ou encore le rang : l'argent et la puissance qu'il apporte en plus de celle possédée. Un jour oui le sang et le rang pourront devenir plus important. Cela a déjà été le cas, il n'y a pas de raison que cela ne puisse pas avoir lieu à nouveau. Pourtant, ce n'est toujours pas ce qui régira définitivement ce monde, l'argent a déjà sa valeur et n'est pas inhérente au rang. Il suffit de voir au XVIIème siècles, la noblesse d'épée laissait peu à peu la place à une noblesse de robe riche à outrance. Le sang et le rang restent intimement liés, on ne trouve pas beaucoup de nobles légitimes de sang-mêlé, ne soyez pas ridicule. Mais Sixtine n'en a pas grand-chose à faire. Puis que ce soit le rang ou le sang qui décide de la hiérarchie, l'argent ouvre toutes les portes.

Personnalité:

Sixtine était une jolie petite chose, pas complètement finie, pétillante d'insolence et de jeunesse. Les gens comme elle vivant à une vitesse supérieure à la normale surprenaient. Son esprit avançait, reculait, les idées se battaient pour pouvoir survivre et être énoncer. Son père lui avait transmis avant de disparaître certaines vertus malgré tout comme de l'amour et du courage. La jeune femme semblait posséder un esprit créatif, une imagination sans borne, un aperçu de l'infini. Elle avait un esprit qui parfois s'approche de celui d'un visionnaire dans un tas de domaines différents. Trop vive, trop intense et trop rapide et pour Sixtine, passionnément auto-destructrice, mais ça les gens n'en avaient rien à battre elle était passionnante. Il y avait en elle cette espèce de feu-follet, de lumière vive qui donnait envie de s'en approcher quitte à s'en brûler les ailes. Les gens veulent souvent la côtoyer, la posséder parce qu'elle est fantastique. Non mieux, fantasmagorique. Son instinct la guidait automatiquement vers l'innovation, la création semblait faire partie de son style de vie avec un dédain assuré des règles. Les règles étaient bien trop surfaites, coincées dans une époque, dans une société qu'elle jugeait souvent obsolète, Sixtine préférait les siennes et faire ses propres expériences. Parce qu'elle s'ennuie souvent et qu'elle est alors prête à beaucoup pour ne pas s'ennuyer et se sortir de cette vacuité. Tenter de s'aventurer dans des lieux interdits, tester de nouvelles choses... Risquer sa vie et celle des autres parfois même, voilà ce qui donne le sel à la vie de la jeune femme. Il faut bien se distraire et le seul moyen est de risquer toujours plus gros. Que ce soit d'aller s'introduire dans le bureau d'un professeur ou d'aller voir le monde depuis le toit de Beaubâtons, il lui faut trouver une distraction.

On aurait aussi bien pu la surnommer Aramis le Truand. Pourtant rien n'est jamais ni noir ni blanc, on ne pourrait choisir pour la jeune femme entre la douce colombe et la dangereuse vipère. Sixtine est de ses personnes qui truandent et rusent pour obtenir ce qu'elles veulent, s'amusant de voir des tendres oies faussement blanches s'en indignaient. Qu'il s'agisse de se sortir d'un mauvais coup ou de manipuler quelqu'un, elle n'hésitera pas trop. Ambiguë à son habitude, elle a un pied dans les intrigues et un dans l'action. Une part de la jeune femme représente la ruse subtile dont elle n'hésite pas à se servir lorsqu'elle juge que la fin en justifie les moyens. Pour elle, la morale n'est qu'une invention très surfaite qui entrave ses actions et son sens de la réflexion -jugé par les gens tout à fait remarquable-.
Il y a chez elle une tendance au cynisme et à l'insolence qui lui vaut d'être connue des professeurs et autres élèves pour son statut de grande gueule. Plus que la grâce et une discrétion sur certaines affaires, Sixtine aime l'intrigue et l'excitation qu'elle lui procure pourtant elle n'est pas de celle à qui l'on peut confier des responsabilités, du genre à partir plutôt que d'honorer ses engagements, les responsabilités seront utilisées à son avantage puis abandonnées. Et ne lui parlait pas de regrets, Sixtine aime à se persuader qu'elle n'en a pas et que c'est ainsi qu'elle voit la vie, mais au fond d'elle, la sorcière se rend bien compte qu'elle en a des regrets.
Pourtant, il lui arrive de devenir doucereuse, de tenter de réparer ce qu'elle a cassé sans même se rendre compte du baume apaisant qu'elle applique sur les blessures qu'elle a infligé. Sa douceur étonnante ramène souvent les gens auprès d'elle, il lui faudrait sans doute quelqu'un pour lui dire d'aller se faire foutre. On attend encore la personne qui lui dira ça, sans revenir en arrière évidemment.

Abyssus abyssum invocat. Rien n'est plus vrai que dans le cas de Sixtine. Il y a une dissonance entre l'élève intelligente et douée que les gens voient et l'enfer qu'elle portait et dispersait dans son sillage. La dissemblance entre l'enfant qui s'amusait d'un rien et la femme que rien ne pouvait contenter sans qu'elle ne le détruise.
Car Sixtine a le goût de l'absolu. Et elle a tellement peur de ce bonheur en même temps.
La petite fille, qui a grandi entre ses maisons de poupées et les présents, a longtemps voulu trouver une incarnation de ses rêves, la preuve tangible qu'on pouvait trouver de l'infini dans le fini. Amour qui se comprend lorsqu'on connaît son esprit artistique, ses éclats de génie visionnaire. Elle avait rêvé de bonheur, de grandeur et son père avait brisé cette vision si fantasque de sa vie future. Mais sans cela, Sixtine aurait-elle était meilleure ? Non.
Car Sixtine a le goût de l'absolu. Alors sans cesse elle n'aurait pu s'empêcher de poser ses exigences au monde. Cet amour passionnel de l'absolu ne se confond cependant pas avec le scepticisme, il prend parfois ses codes, parfois ceux du désespoir mais l'absolu demande une telle foi en la beauté, la bonté et le génie qu'il ne peut aller sans cynisme pour survivre à ce monde.  Les amants de l'absolu comme Sixtine rejettent ce qui est dans une quête éperdue de ce qui pourrait être. Il y a cette saveur que l'absolu qui enivre la sorcière, la saveur de ce qu'on ne pourra jamais atteindre. Quelle que soit l'abîme qui s'ouvrira devant elle, Sixtine ne pourra pas s'empêcher de venir s'y pencher, elle aime trop l'abîme pour ça. Il fallait qu'elle trouve ses chances d'infinis, c'était plus important que l'air, plus essentiel que la vie, c'était nécessaire et de toutes ses ténèbres, le bonheur semble ne pas pouvoir la contenter. Elle ne veut rien donner et tout prendre, bien trop terrifiée à l'idée de perdre ce qu'elle tiendra pour le bonheur ou d'être blesser. Soit elle aura l'absolu, soit elle n'aura rien mais absolument pas un bonheur court, simple et fini. C'est comme une bombe à retardement, définitivement instable.

Ce bonheur pourtant ne s'atteindra pour elle jamais à travers une substance illicite ou lui faisant perdre ses capacités intellectuelles et sa réflexion. Son addiction a cette recherche de l'absolu et son imagination la laissent loin des addictions produites par l'alcool ou les drogues. Elle n'a pas besoin de cela pour se désinhiber, elle l'est naturellement et c'est sans doute en partie cette désinhibition que peut venir la fascination que Sixtine exerce parfois. Comme tout le monde, il lui arrive de boire un verre en soirée ou de fumer mais la dépendance que ce soit à un humain ou à un objet ne l'attire pas. Ce qui ne veut pas dire qu'elle y réussit. De plus, la perte de contrôle que procure ses substances la terrifient sans qu'elle ne s'en rende compte. La vulnérabilité n'est pas dans ses options alors se rendre vulnérable de son plein gré, Sixtine est certes auto-destructrice as fuck as possible mais pas stupide.

En effet, malgré son manque d'introspection, on pouvait lire en la jeune femme une peur farouche. Des autres mais aussi d'elle-même, elle se sentait comme une bête traquée. Sixtine se débattait avec ses ruses, ses manipulations pour ne jamais aller jusqu'au bout. Égoïstes, implacables, les gens n'écoutaient que leurs cœurs pour tout faire voler en éclat. Alors plutôt que ce soit les autres, la sorcière brûlerait elle-même ce qui l'approchait de trop prêt. L'amour aurait-il pu lui offrir un aperçu de l'absolu ? Sixtine n'en savait rien, chacune de ses relations étaient sabotées avec un talent certain. Peut-être qu'elle était trop belle avec ses yeux bleus si fascinants, c'est bien ça son problème. L'homme qui pourrait lui allait n'aurait-il pas un appétit de destruction démesurée. Un de ses quatre, il lui aurait forcément brisé le cœur en milliers de petits morceaux. Il n'y avait dans ses sentiments plus de place pour une femme, uniquement un instinct de femme fuyant. Que pouvait-on pour cette fille dans ses ambitions trop grandes, un homme pourrait la détruire aussi sûrement qu'avec du pétrole et des allumettes. Jamais elle ne pourra s'empêcher d'être corrosive pour son entourage et non seulement Sixtine se brûle mais en plus elle ne peux s'empêcher de brûler les gens.

On voit bien percer dans son goût de l'absolu son incompatibilité au bonheur. Elle était pire qu'un meurtrier, Sixtine avait deux visages : la nuit et le jour qui sans cesse lutte.
Genie in a bottle: Rabshakeh


-Tu te rappelles des formules que tu dois dire ?
-Oui, oui.

La voix était légère, absolument pas concentrée sur ce que lui rappelait son pré... Oh pardon son père. Même si elle l'adorait, son côté précepteur n'était pas son préféré.
-Alors récite les moi.
-Appare. Mane. Ausculta. Se dede. Pare. Redi.
-Courage choupinette
, lança son frère en ébouriffante ses cheveux.
Sixtine sourit puis entra dans la pièce.

L'air lui semblait lourd, trop chargé d'encens et d'autres odeurs, elles trop pleines de magie. L'air semblait crépiter et mettait son goût sucré sur les lèvres de l'enfant. Pourtant Six n'aimait pas le sucre, elle avait toujours préféré le salé. Quelle petite fille pouvait penser ça avec à peine une dizaine d'années devant sa première invocation ? Le pentacle devait être parfait, elle le savait et son père avait bien tout vérifié, son frère avait de façon détestable ébouriffé ses cheveux noirs mais elle était prête. Ses yeux bleus brillaient dans la pièce, elle semblait nerveuse. Mais pas réellement, la petite fille était surtout fébrile, excitée par cet événement dans sa vie bien rangée et protégée. Curieuse, sa main tremblait quand même lorsqu'elle saisit le romarin qu'elle avait pris avec elle pour se protéger. Comme elle l'avait lu dans un livre, un de ses épais grimoires qui éveillaient son imagination et l'emmenaient vers d'autres lieux fantastiques. En voilà un qui l'avait toujours fasciné, l'Autre Lieu. Six avait déjà vu son frère discuter avec son djinn et l'avait même accompagné dans ses discussions et cet endroit la fascinait.
La petite fille se concentrait, soudainement attentive, elle savait son père derrière la porte comme son frère. Et puis elle avait bien tout écouté, pas sûre que tous soient bien rentrés mais elle était là. Les paroles en araméen hantaient son esprit, elle y avait mis une attention toute particulière. Contrairement à beaucoup de cours avec son père, elle s'était bien amusée à apprendre toutes ses choses, excitée par le fait de voir enfin son djinn. Même si dans sa famille, il n'y avait pas un grand amour de ce genre de magie, c'était un placement à faire.
L'odeur sucrée fut remplacée par une odieuse odeur pestilentielle qui fronça le nez de l'enfant. Une immense créature, mélange étrange et chatoyant entre un vautour et un phénix. En plus moche mais Sixtine aimait bien le style de son djinn, il y avait une certaine grandeur qui fascinait l'enfant au point qu'elle s'avança d'un pas, mais ne put s'empêcher de jouer de son insolence.
-As-tu peur douce enfant ?
De la peur chez la petite Sixtine, un peu mais loin derrière son excitation, voilà qui la changeait de son quotidien. Alors automatiquement, un sourire s'étira sur les lèvres de l'enfant et son impertinence ressortait déjà.
-Je dois te sommer de me dire ton nom, mais je le connais déjà.
Plaisante cette petite, elle lui rappelait un peu sa première maîtresse, Kubaba. Et ce n'était pas rien de rappeler à un djinn datant de plus de 2000 ans avant Jésus-Christ une des rares reines -déesse mais il ne faut pas le dire à Sixtine- ayant régner sur un état de Mésopotamie.
-Je suis Rabshakeh. Je suis le vautour d'Akkad, la chimère dansante d'Alexandrie, l'empire Perse a tremblé sous mon ire, j'ai brisé l'armée de Marc-Antoine. Je fus le Grand-Echanson de Sargon d'Akkad, j'ai volé la tiare de Néfertiti, servi Jezabel à la noire légende, accompagné l'ascension d'Auguste et protégé la très pieuse Elizabeth Ère d'Angleterre et inspiré Tchaïkovsky. Et toi, qui es-tu ?
La voix était grave, pesante et accompagnait parfaitement l'être en face de la petite fille, qui définitivement trouvait cette journée absolument géniale. Malgré le tremblement dans ses jambes ou peut-être avec, elle ne savait pas trop. En tout cas, suffisamment pour lui faire oublier la plus élémentaire de ses préparations. Mais Rabshakeh était tellement passionnant, une touche nouvelle dans sa vie ennuyante. Alors l'enfant sautillait, trépignait devant cette source d'amusement. Il était la goutte de folie. Malgré la voix sépulcrale, le djinn était rompu aux ruses et aux jeux de langage. Entre l'impétueuse petite fille et le djinn, il y avait une complicité et en même temps une sorte de défi. Aucun des deux n'avait le droit à l'erreur sous peine de souffrir lorsque l'on perdait, diablement excitant !
-C'est comment l'Autre-Lieu ? Tu pourrais m'y emmener un jour ?
Les yeux bleus de Sixtine Brival illuminaient la pièce et dardaient sur Rabshakeh un sourire d'enfant, pas vraiment surprise.
-Je pourrais te dévorer toute crue mon enfant, susurra l'oiseau.
-Ou me répondre ! Tu dois te soumettre, alors raconte moi encore tes exploits passés !

Ainsi commença la relation tumultueuse entre  Rabshakeh et Sixtine Brival, basée sur les défis. Le djinn a été au service de moult grands dirigeants, répétant sans cesse que les risques pris, les défis et les découvertes... Alors oui la jeune fille répondait à ses défis aides par son djinn. Évidemment,  Rabshakeh ne perdait jamais de vu le fait de découvrir le nom de naissance de sa maitresse qu'il appréciait réellement mais cela faisait partie du jeu comme celui de vouloir s'introduire dans le palais royale voler un objet. Un défi encore un pour devenir les rois du monde. Chacun allait plus loin, prenant plus de risques pour impressionner l'autre, gagner à leur jeu qui ne se solderait que par la défaite par décès de l'un des deux participants. La Mise en Objet a pourtant fait changer bien des choses.

-Je suis désolée.
Il fallait le noter Rabshakeh le savait pertinemment, sa maîtresse ne s'excusait quasiment jamais, n'éprouvait selon elle aucun regret et voulait aller le plus haut possible sans tenir compte de ce qu'il l'entourait. Le djinn de feu garda pourtant le silence devant Sixtine.
-Je ne veux pas, j'ai tenté de négocier. Mais tu sais aussi bien que moi que ce monde change, que la Monarchie me l'impose. Je ne veux pas.
-Qu'est devenu l'audacieuse Sixtine que je connaissais. Tu courbes l'échine.

Sixtine recula légèrement en entendant cette phrase, il était évident que c'est ce qu'elle faisait, comme une entité aussi fière, aussi ancienne que la sienne pouvait l'accepter. Les yeux bleus de Sixtine se posèrent sur le tapis vert d'eau de sa chambre, tout plutôt que d'affronter les deux volcans qui lui faisaient bien trop mal. Rabshakeh avait sur l'enfant chérie un impact assez étrange, il la poussait à aller plus loin comme elle le faisait pour lui.
-Je veux un bel objet, un vrai objet magique.
-Entendu que veux-tu ?
-Que tu prennes autant de risque que je ne te cède.


Pseudo: Eligos Age: 17 ans, presque 18 et pas du tout toutes mes dentsOù avez-vu connu DJ? Sur PRD, j'avais vu le projet mais raisons persos et tout j'avais pas pu venir dès son ouvertureAutres comptes? Pour le moment, mes cachets font effet, je suis sans le moindre autre compte Une remarque ? PUTAIN qu'est-ce qu'il est beau ce forum  Han ! J'espère que ma fiche vous plaira parce que le PV roxxe gravement. Puis vous avez lu mes hésitations, ils sont tous beaucoup trop cool. GGUn mot pour la fin ?
Là -bas, au Connemara, On sait tout le prix du silence. Là -bas, au Connemara, On dit que la vie C'est une folie Et que la folie, Ça se danse
Djinn Jinxed


Dernière édition par M. Sixtine Brival le Dim 31 Juil - 23:11, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aestas
M. Sixtine Brival
Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t996-sixtine-brival-cavaliere
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1222
Date d'inscription : 27/06/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Lun 27 Juin - 13:13


Le passé est un prologue
I will destroy all what you hold dear be simply destroying everything

Le repas avait duré longtemps -bien trop longtemps- et semblait devoir durer encore un temps infini. Voilà une question qui reviendrait souvent dans l'esprit de Sixtine Brival, Mousquetaire à temps plein et apprentie à ses heures perdues, qu'était-ce que l'infini ? L’enfance est une période étrange. C’est une belle période, qui semble rose, heureuse même merveilleusement merveilleuse. Lorsque l’on y resonge, une fois adulte, elle ressemble à un rêve passé. Rien ne semble noir et parfois rien ne l'est. On ne comprend pas encore le monde, ni sa dureté. On vit, on s’amuse, on rit. Sixtine a eu une enfance heureuse, qu’en dire de plus ? Elle était entourée d’amour et cela a développé certaines vertus.

-Nous vous éloignez pas trop.
La voix résonnait mélodieuse dans l'air froid de décembre, quelle que peu amortie par le vent et la chute lente des flocons. Raphaëlla Brival sourit à ses enfants en les voyant partir en courant tous les deux. Les Brival formaient une jolie famille avec un père précepteur toujours prompte à rire et à faire rire les deux prunelles de ses yeux et sa femme. Il s'agissait d'un mariage arrangé au début comme c'est si classique à l'époque et encore plus dans les familles aisées pour conserver richesse, honneur et réputation. Pourtant Guillaume s'estimait heureux de cette femme toute en retenue et en finesse qu'il chérissait. Une image de famille parfaite à laquelle s'ajouter Eliott un petit garçon de huit ans aux airs angéliques et le petite dernière Sixtine avec ses airs de fille un peu trop grande et mature pour son âge.

Les deux enfants s'enfuyaient en courant devant le regard attentif des parents. Enfin presque. Sixtine jouait avec son frère dans la neige lorsqu'elle prit la décision de désobéir à ses parents, entraînant Eliott avec elle qui ne voulait pas la laisser. L'hiver était particulièrement rigoureux cette année en Angleterre et le lac, qui accueillait en été les baignades et autres joyeusetés, était gelé sur une vaste étendue, excepté au centre. La glace sur le lac semblait solide. D'abord Sixtine était restée bien éloignée, puis les jeux d'enfants avaient approché Aaron et sa sœur du lac, d'abord raisonnablement puis dangereusement. Raphaëlla avait pourtant bien signifié aux enfants qu'ils ne devaient pas s'en approcher seuls mais Sixtine avait déjà une propension développée au risque pour se séparer de l'ennui là où Eliott restait un garçon taquin et prêt à tout pour montrer sa valeur. Un duo explosif mais tellement complice, s'il faut demander à Sixtine, Eliott est sans doute la personne à laquelle son cœur tient le plus.
-Je parie que jamais tu n'oseras aller au centre et t'approcher le plus possible de l'eau.  
Des jeux d'enfants, simplement des jeux d'enfants. Le défi résonna dans la clairière, le vent aurait pu l'emmener loin des oreilles de Sixtine, il n'en fut rien. Ses yeux bleus se levèrent pour se diriger vers le trouble-fête, un éclat insaisissable de joie éclaira les jolis saphirs de la petite fille. Il lui arrivait d'être orgueilleuse lorsque le défi arrivait, la connaissance de ses capacités sans aucun doute. Alors l'irréparable se produit. Sixtine sourit dangereusement, commençant à s'avancer sur la glace, se laissant même le luxe de quelques pas de danse en chantonnant. Son cœur accélérait, elle était invincible à cet instant, son sang s'écoulait si vite emplit des molécules responsables de l'adrénaline.  Et le destin qui souriait si souvent à l'enfant changea légèrement de sens quelques instants. La glace céda sous le poids de l'enfant qui se retrouva dans l'eau froide, augmentant l'adrénaline qui ne produisait avec elle plus aucune dopamine. Le souvenir de la terreur qui l'avait cueilli à ce moment là reste unique dans l'esprit de la future mousquetaire, si rapide qu'elle était arrivée en même temps que l'information de froid lorsque l'eau entra en contact avec sa peau pâle. Elle se souvenait du poids de ses vêtements qui l'attirait inexorablement vers le fond, la glace qui craquait quand elle tentait de remonter dessus et le froid qui faisait déjà claquer ses dents et bleuissait ses lèvres. Aucun appui ne passait à porter de main, la glace était si glissante. La peur atteint son paroxysme quand Sixtine vit son frère s'éloignait d'elle en courant, elle allait se retrouver seule et mourir simplement. L'idée qu'il était allé chercher de l'aide ne lui traversa pas l'esprit un seul instant, seule la peur restait et emprisonnait toute réflexion logique. L'idée monstrueuse s'infiltrait dans son esprit comme l'eau dans tous ses vêtements lorsque le merveilleux vient mettre fin à l'horreur. Sixtine ne gardait de l'événement qu'un souvenir flou de la suite, elle savait simplement qu'elle s'était élevée magiquement, voleta au dessus de la glace puis tomba dans la neige sur la berge. Les parents regardaient leur fille chérie d'un air épouvanté.
-Qu'as-tu fait ? Comment te sens-tu ?
La voix habituellement joyeuse de Guillaume prenait un ton inquiet, sa baguette laissait s'échapper un vent d'air chaud pendant que l'enfant respirait difficilement, ses yeux se fermaient irrémédiablement. La voix sèche de Raphaëlla engueulait déjà Eliott :
-J'ai honte de toi, j'ai tellement honte de toi Eliott. Comment as-tu osé laisser ta petite sœur faire une chose pareille ! T'a-t-on réellement élevé comme cela avec ton père ? Tu as interdiction d'aller voir ta sœur.
Guillaume partit avec la petite fille brune dans ses bras, Raphaëlla inquiète à ses côtés et Eliott derrière. Malgré cette scène qu'aucun des membres de la famille Brival n'oubliea, il s'agissait d'un exemple de bonheur. Une famille riche avec un père attentionné et plein d'humour, une mère discrète et rigide mais aimante, deux enfants qui s'entendaient extrêmement bien. Tout semblait parfait, comme si un archange s'était penché sur le cas de ses quatre personnes et leur avait donné tant de choses. Mais qu'est-ce qu'un ange ? Simplement un être qui a prit villégiature dans un lieu et s'affrontent dans une place donnée. Sa vie si simple, si évidente était le fruit du hasard et cela ne durerait pas ou alors l'être ailé était parti.

Sixtine Brival s'étira lentement pour chasser les dernières traces de l'engourdissement que lui procurait les bras de Morphée. D'un bâillement, elle repoussa le souvenir de son songe de la nuit qui pouvait presque s'appeler un cauchemars. Elle ne parvenait pas à s'en souvenir, ne le voulait sans doute pas mais elle savait son rêve terrible pour elle qui plongeait son corps et son esprit dans une certaine léthargie. Son regard suivit la danse des minuscules particules qui existaient enfin aux yeux des êtres humains sous un rayon de lumière. La chambre était calme, Sixtine resta immobile quelques minutes, ne sentant pas l'odeur habituelle du petit-déjeuner familial, l'un des seuls repas de la journée véritablement pris en famille. La main de la jeune femme bougea enfin pour farfouiller dans le deuxième tiroir de sa table de nuit et en sortir une photo dans un cadre doré. Vêtu d'une chemise blanche et d'un pantalon marron, Guillaume Brival souriait à sa fille d'un air doux et avec son air si charmeur. La magie avait fixé cette image sur le papier glacé, gardant une trace pour toujours de cette réalité. A côté de lui se trouvait Raphaëlla droite et sérieuse, seule une lueur brillant dans son regard bleu démentait son aspect grave. Elle conserve la force, même l'élégance de taire son chagrin déchirant, mais sa retenue habituellement gracieuse a prit des teintes plus dépressive et amer. Le soleil éclairait les cheveux blonds d'Eliott leur donnant une teinte presque rousse dans le crépuscule dont on retrouvait les reflets auburn dans la chevelure d'une Sixtine enfant qui grimaçait à l'appareil photo. La photo semblait si sincère, éternelle et pourtant ce temps appartenait à une époque révolue mais dont le cadavre sentait encore. L'objet si controversé retrouva rapidement sa place dans le tiroir, caché comme les doutes de l'adolescente qui se leva et s'assit sur le canapé pour manger un croissant. Il y avait des choses toutes simples comme cela qui rendait encore un peu de sa vie à cette maison, comme son père qui passa, ébouriffa les cheveux de sa fille.
-Tu devrais dormir un peu et tenter de soigner un peu cette chevelure sinon les gens vont penser que nous n'avons pas de brosse..
La main paternelle si douce passa des cheveux au croissant dont elle s'empara d'un morceau.
-Papa !
Il sourit de toutes ses dents :
-N'oublie pas que ce soir nous allons manger chez des amis puis prendre une glace. Sois prête à l'heure.

Une odeur de musc resta dans l'air quelques instants avant de disparaître complètement pour ne laissait que de l'amertume et l'incompréhension. Cette scène aurait pu sembler normale, même belle pour une famille de la haute-bourgeoisie parisienne. Alors pourquoi son ventricule gauche la faisait tant souffrir en se serrant sans qu'elle n'en comprenne pleinement la raison, son instinct seul l'assurait que son cœur avait des raisons que sa raison ne trouvait pas de craindre le pire. La scène semblait retouchée comme ses photos de propagande soviétiques : trop parfaite, trop lisse. Simplement trop. Et son frère ne fit rien pour changer à cette réalité, cette scène là partait pourtant si bien.

-Dis donc Sixtine !

Le regard de la jeune femme se leva vers son frère adoré... Enfin à cet instant, il n'était pas dit qu'elle l'adore longtemps au vu du regard moqueur qu'il lui adressait.
-Comment fais-tu pour te montrer toujours aussi négligente avec ta tenue malgré tes airs de fille de bonne famille.
-Tout simplement parce qu'à l'intérieur, je ne suis pas seulement cette fille fragile de bonne famille.
-C'est plutôt tes goûts et toi qui m'inquiète à vouloir les imposer à ta petite sœur chérie.
-Ton look est absolument plus alarmant que tout le reste

Un long soupir méprisant s'échappa de ses lèvres délicatement ourlées pour tirer le premier vrai sourire de la famille Brival. La tragédie pourrait elle devenir une comédie grâce à son amusant frère ?
-C'est une fois que tu m'auras accepter telle que je suis que tu pourras enfin te considérer comme un homme mon grand frère préféré.
-Elle va arrêter de faire sa rebelle l'adolescente ? Comment tu comptes te trouver un mec comme ça ?
-Qui te dis que j'en veux un ?

Tout le désespoir de la jeune fille se concentrait dans cette minuscule phrase pour atteindre Eliott qui s'assit à son côté et la serra fort contre son organe qui palpitait tout aussi fort. Que pouvait-il faire pour la protéger de ce malheur qui touchait les Brival ? Pas grand chose, il n'y arrivait déjà pas pour lui même. Dans la famille Brival dysfonctionnelle s'il en est, je demande le frère qui tente de garder sa sœur loin des changements criards de la mère dont l'acidité rigoureuse s'était transformé en amertume acariâtre ou de la bonne humeur paternelle et ses enseignements passionnants pour ne devenir que de la lassitude et du ressentiment. Eliott ne comprenait déjà pas comment la famille tenait encore, les parents restaient pour leurs enfants mais il ne croyait pas que cela tiendrait encore longtemps. Qui romprait le lien le premier ? Il ne savait pas et pouvait simplement prier pour que la hache soit bien aiguisé et le coup bien net.
-Tout va bien aller Sixtine, ne t'inquiète pas.
En entendant cette phrase, tout le monde sentait son inquiétude prendre des couleurs bien plus troublantes.
-L'ignorance c'est la force, chuchota Sixtine à son frère avant de se laisser aller dans ses bras.
Sixtine Brival ne voulait pas voir ce qui n'allait pas. Elle ne voulait pas voir que son père était simplement las et que sa jovialité n'était plus qu'une illusion qui ne dupait personne. Elle ne voulait pas voir que la rigueur légèrement amusée de sa mère était devenue de l'aigreur. Elle ne voulait pas voir que l'humeur de son frère était devenu plus sombre et qu'il s'était éloigné de sa sœur. Comme elle aurait aimé pouvoir être loin, rester dans l'ignorance comme son frère qui partait dans quelques semaines à Beauxbâtons. Elle aurait aimé pouvoir y aller aussi... La Divine Comédie continuait encore, mais pas pour longtemps. La situation se dégrada encore et encore sous les yeux de Sixtine qui n'essayait même pas de réparer ce qui avait été brisé, ce serait tout simplement admettre qu'il y avait des choses qui n'allaient pas.

-Il y a quelques règles élémentaires à suivre si nous voulons être des expertes.
-Lesquelles ?
demanda Solène
-Tout d'abord, plus nous serons connues, plus il faudra être exigeantes et imaginatives, sourit Sixtine en levant un doigt. Ensuite choisir les bonnes cibles pour avoir le plus d'effet. Soit ne jamais cracher sur les délégués, puis se servir de sorts de plus en plus élaborés et enfin toujours être là où on nous attend le moins.
-Tu as vraiment créer une méthode pour rompre le règlement ?
Rigola Constance.
-Bien entendu, comment se prétendre à la hauteur des Trois Mousquetaires si on ne respecte pas un minimum de règles ?

Un sourire de connivence étira les lèvres de Sixtine défiant ses camarades du regard. La brune s'étira ensuite, mettant en valeur ses longues jambes dans des bas irisés. Son regard se porta sur Constance en attendant son approbation, comme si elle y accordait de l'importance. La jeune semi-égyptienne -est-ce qu'on devait considérer ça comme un mélange de sang nuisible ? La Brival était sûre que des gens pouvaient le penser- avait un effet sur la jeune femme pour le moins étonnant. Sixtine avait toujours été une fille flamboyante, pleine d'une impertinence que seule la jeunesse semble pouvoir offrir et qui ne masquait aujourd'hui qu'un miroir brisé. Dominatrice, elle pouvait se montrer puérilement cruelle et manipulatrice par goût du jeu pour cacher sa faiblesse. Ses proches étaient souvent les premières victimes infortunes. Surtout Solène, la belle enfant du Paradis pouvait souffrir qu'une égoïste visionnaire telle que la Brival ait croisé son chemin. Les bandages qui entouraient son bras en été une preuve, Sixtine avait voulu tester un sort pour s'échapper à un professeur et a échoué, ricochant sur Solène. En réalité, Solène l'aimait beaucoup trop, subissant sans trop comprendre ses excès, lui vouant une profonde affection. C'est étonnant d'ailleurs la sympathie qu'elle inspire aux gens malgré sa destruction. Elle était irrésistible, rares sont les gens qui songent à l'envoyer balader. Pourtant elle est enfantine, souvent perverse dans ses actes. Sixtine appréciait Solène, elle n'avait jamais cherché la présence de gens plus intelligents mais de la tendresse, ce qu'on lui apportait ici. Mais pourtant Solène subissait les remarques douces-acerbes de Sixtine, ses coups de folies l'entraînant à l'infirmerie et en retenue comme sortir grimper après avoir bu ou encore tester de nouveaux sorts. Et on lui pardonnait, comment lui en vouloir avec son charme si caustique ? Sixtine grignotait des parties et détruisait une partie pour reconstruire un peu mais la réparation était loin d'être parfaite. Mais jamais elle ne se l'avouerait comme ses regrets lorsque ses doigts passaient dans les cheveux de son amie. Puis Sixtine emmenait parfois Solène vers les étoiles, qui pouvait-elle ?

-Et notre cartographie du château avance ? Demanda Constance
-Oui, il faut vraiment finir cette carte. J'ai trouvé une nouvelle salle hier sur le flanc nord-est en passant par le toit. Je cherche encore comment on l'ouvre depuis l'extérieur.

Constance ne subissait pas comme Solène, elle effrayait l'impétueuse apprentie par sa science de l'amitié. D'instinct, elle devinait les peines et les épaulait avec sa distinction naturelle. Sa simple présence est un baume au cœur sur les plaies. Muette et attentive, Constance a, non pas la science qui paraît faible, mais bien le génie de l'amitié. Comment voulez-vous que Sixtine accepte cela naturellement ? Qu'on la défende sans qu'elle ne demande rien -puis surtout à quel maudit moment pourrait-elle craindre un pauvre délégué- ou encore indiquer son chemin sans lui avoir rien demandé. Et ne parlons même pas de la troisième rencontre où Constance en bonne fille exemplaire de bonne famille cherchait de la solitude là où la Brival défaisait la cravate d'un camarade plus âgé séduit par l'aménité de sa cadette. Mais malgré tout ça, Constance restait si calme, si bonne... Ça a insupporté Six au point de la voir vouloir faire craquer l'égyptienne par tous les moyens possibles et pour une fois elle échoua. Sans rien dire, la métisse ne l'accable jamais d'une vaine compassion exprimée grossièrement, se contentant d'entourer d'un climat léger d'affection prête à écouter. Constance a l'intelligence de l'amitié, la bonté qui laisse vivre sans juger disponible aux gens sages. Pas de la gentillesse mais une certaine espèce de générosité dans laquelle Sixtine a vu pendant longtemps uniquement de l'hypocrisie qu'elle voulait faire sauter. Pour n'obtenir qu'un regard plein de gentillesse, avec patience, on ne sent aucun agacement, aucune lassitude. Les réponses respirent l'indulgence authentique jusqu'au jour où elles se sont trouvés sur la cartographie du château et les Trois Mousquetaires. La provocation continue sans cesse de la part de Six qui inconsciemment joue de son charme et du stress qu'elle peut donner au noble Athos pour obtenir ses limites et les faire craquer... Hors de question d'être encore une fois déçue et de s'attacher.

-On a perdu Sixtine je crois !
-Complètement,
sourit la jeune femme en se levant pour aller en cours. Rendez-vous ce soir pour découvrir de nouvelles salles.

« Je n'en ai rien à faire »
dirait la jeune femme au sujet de Constance et Solène. Elle n'en a rien à faire quand elle caresse avec douceur les cheveux de la jolie rousse en faisant taire sa culpabilité. C'était un mensonge bien évidemment ! Sixtine était une intoxiquée dans l'âme. Non pas de drogue ou d'alcool qu'elle consommait avec modération mais bien des gens. Elle aime les gens, s'étourdir d'eux, brûler la vie quoi ! Un jeu dérisoire et mesquin et gratuit. Mais s'il lui plaisait ce jeu sordide, si elle en avait besoin. Elle vit pour se sortir de son ennui, sans doute pour ça qu'elle prend souvent la poudre d'escampette. La jeune fille est trop rapide, elle devine souvent la pensée de son interlocuteur avant la fin de sa phrase, la tendant à chercher la tendresse et la présence autour d'elle bien plus que la compréhension.


Il neigeait. Ce n'est pas cela qui allait arrêter l'intrépide mousquetaire. Sixtine lança quelques sorts pour être en sécurité, une illusion dont elle aimait bien se parer. Il y avait une petite part de responsabilité qui pointait encore le bout de son nez chez l'adolescente. Très bien, il était temps ! Aujourd'hui elle s'attaquait à un mur du château qu'elle n'avait encore jamais grimpé. Sauter pour attraper la première prise, une traction. Assurer la prise de son pied droit, pousser dessus. Jambe après jambe ; prise après prise ; bras après bras, elle avançait vers le sommet. Sa respiration était profonde et son regard déterminé. Encore un effort et elle venait de gagner dix centimètres. Ne pas oublier de souffler, prendre son temps pour choisir le bon chemin. A droite ? Hum... Elle prit son élan et s'élança pour saisir une aspérité. Un sourire gagna ses lèvres lorsqu'elle l'attrapa et réussit à stabiliser ses pieds. Ne pas regarder en bas. Plus que quelques mètres et elle serait au sommet. La consécration et la fin des efforts. Plus que deux mètres. Elle devait rester concentrer. Un mètre. Calmer son souffle et ne pas se précipiter. Le créneau, elle l'avait !

Un soupir de joie s'échappa des joues rosies par l'effort de Sixtine. La fierté laissait un sourire heureux et victorieux sur son visage comme à chaque fois. Elle était fatiguée, encore haletante des efforts qu'elle venait de fournir. Évidemment qu'elle avait eu peur, surtout sur un petit passage où elle avait manqué de chuter, son cœur avait accéléré. Il battait même encore à toute rompre. Mais elle n'en avait cure, la peur ne valait rien par rapport à l'excitation qui vibrait et faisait vibrer tout son être. Sixtine se mit débout, écarta les bras. Parfois, elle se demandait si un jour elle pourrait sauter pour savoir. Sans doute pas, les pensées suicidaires ne lui arrivaient pas réellement, le brune se contentait d'aimer le risque. Le vent soufflait fort, faisait voler ses cheveux et les emmêlant même. Puis avec son sort coherentes qui accrochait ses pieds et ses mains au mur, elle ne risquait pas grand chose.
Amateur de sensations fortes, Sixtine trouve son absolu dans l'idée d'être arrachée à elle-même. Elle s'est essayée au polo ailé, au quidditch, la vitesse du balai l'a tout de suite charmée. L'instrument lui permet de s'évader de son corps vers un espace où le temps et l'espace sont distordus. Son autre passion, l'escalade est tout aussi vertigineuse, l'adolescente a un besoin métaphysique de s'oublier.
Sixtine prit alors le temps d'observer la nature qui se couchait, le crépuscule embrasait le ciel, la beauté de la scène inspirait déjà un air de musique à la jeune femme, un fond sonore. Au-dessus d'elle, il n'y avait que les étoiles, pourrait-elle atteindre la lune ? Les ténèbres attaquaient le ciel, faisait tourner l'horizon au rose puis au violet. Mais de l'autre côté le bleu s'entêtait à résister à l'envahissement des ténèbres. Un savant dégradé de mauve, de pourpre de orange et de rose. Un peu comme un tableau impressionniste.

-Rabshakeh, es-tu satisfait de l'objet que je t'ai trouvé ?
-Tu as tout de même volé une montre au musée de la Conciergerie, tu aurais pu faire mieux. Bien mieux, il n'est même pas enchanté.
-Je n'ai pas trouvé de solution pour avoir un objet enchanté, tu sais très bien que le ministère vérifie chaque objet


Sixtine se leva, jeta un regard en bas, prête à s'envoler. Non pas encore, la fille n'était encore qu'une fille. Elle baissa la tête, ses cheveux cachèrent son visage et elle leva sa baguette. Il y avait encore un peu en elle cette peur primaire du vide, mais elle avait trouvé il y a quelques semaines une formule fantastique pour redescendre Cornibus crescat. Il n'y avait qu'un seul problème, elle restait incapable de le maitriser. Lors de sa première fois, la douleur lui avait tiré un cri lorsqu'une douleur aiguë avait jailli au niveau de ses omoplates. Pour une belle paire d'ailes blanches ? Non uniquement la douleur et  lui tira une grimace de souffrance sous le regard moqueur de Rabshakeh qui se tenait sous la forme d'une akkadien avec une grande paire d'ailes de phénix. La jeune fille se força à se relever, son regard se porta vers le bas. Le défi naquit dans le bleu et fit s'ouvrir les lèvres de Sixtine avant même qu'elle y réfléchisse.
-Sauve-moi Rabshakeh.
Et elle sauta. D'abord elle tomba en chute libre, tellement rapidement qu'elle avait à peine l'impression de pouvoir le puis son djinn la rattrapa. Les premières fois avaient été une catastrophe et elle n'avait pas pu retenir un hurlement de frayeur. Mais aujourd'hui, Sixtine réussissait à conserver une partie de sa tête froide avec la force de l'habitude et surtout une certaine confiance en son djinn. Qui dans tous les cas, n'avait pas le choix.

Paris lui manquait toujours autant. Une ville qui bouge ainsi, ne semblant jamais dormir, ça lui semble irréel. Ses yeux sont sans cesse attirés par les personnes dans la rue, les objets affichés en vitrine, les affiches placardées au mur, la beauté de la ville. Évidemment la magie qui l'entourait sans aucun sidérer souvent Sixtine. Cette nuit encore, elle était partie en exploration à Saint Firmin pour s'amuser avant de se décider à monter au sommet d'un toit du château de Beauxbâtons. La jeune fille allait souvent dans le parc le soir se promener dans le parc, regarder les étoiles, grimper sur les arbres et les toits et dans l'Etant de Morgane. La nuit était sombre mais pleine de mystère comme Beauxbâtons. Il y avait toujours une chose à découvrir ou un élève n'agissant pas comme il le devrait. C'est sans doute pour ça que Sixtine aimait tant que ça cette école. La normalité, les règles, le bien pensant et le calibré laissaient place au surprenant et à la magie qui intéressait bien plus l'adolescente.
Et pour le moment, la surprise n'était pas au rendez-vous, Xavier qui travaillait, ne bougeait pas. Et récemment encore moins, Six sentait par instinct qu'il lui échappait et devenait encore plus possessive à son égard. Jamais elle n'avouerait son attachement, elle n'avait besoin de personne.

-Tu as eu des chocolats pour la Saint-Valentin ?
-Dommage, j'aurais bien aimé pouvoir en manger.
-Tu n'en as pas eu.
-Si
, se renfrogna Sixtine
-Faudrait savoir, s'exaspéra Xavier. Tu es fâchée ou contente ?

Sixtine n'était pas jolie, elle était pire : irrésistible. Non pas parce qu'elle avait des beaux yeux bleus. Elle n'a pas les plus beaux yeux après tout mais elle a le plus beau regard éclairé par la vivacité, brillant par la passion. Son intelligence la rendait belle. Ce n'est pas sa beauté qui attire irrésistible Xavier sans qu'il ne s'en rende compte, qui rend si difficile ce simple mot : « non ». Lorsqu'elle est là, la réalité prend de nouvelles couleurs, tout chez elle exprime la lucidité et l'esprit alerte. Il y a cette diction précipitée qui ajoute au charme, son langage sans un mot d'argot qui laisse couler ses idées. L'intelligence est un euphorisant, assurant bien souvent le succès.

-De la neige marine.
-Hein ?
-Tu ne connais pas ? C'est la neige blanche qui tombe dans les fonds marins. Dans les ténèbres marines, la lumière qui passe fait scintiller cette neige. C'est beau, presque magnifique. Tant que la mer sera là, la neige continuera inexorablement sa course. Comme au ralenti... Le temps s'arrête pour observer le phénomène.


Sixtine se leva et tourna sous la neige, libre. Voilà comment elle plaisait. Le regard de Xavier s'accrocha aux boucles jais, au petit coin de lèvres étiré dans un sourire malicieux, à la brindille encore coincé dans ses cheveux avant de revenir à ses petits yeux de glace liquide. C'était la seule image plausible à cet instant. Sixtine Brival c'était le charme des idées tricotées dans la violence de l'instant, les raccourcis créés par ses soins, les surprises mentales et la souplesse d'esprit. Sixtine Brival, c'était un accident qui durait au goût suave de l'excès. L'existence offrait toujours de nouveaux excès à faire, l'adolescente les éclairait et les saisissait.

-Mais au final, ce n'est que des restes de poissons et de planctons qui s'agglomèrent comme de la neige. Puis cette neige n'est peut-être qu'un reste d'individu. Celui là pourrait être composé de particules de Jean Dumangeon.
-Ce sont seulement des cristaux de glace Six.
-Sans doute... Ou alors il s'agit de cristaux auxquels sont accrochés des morceaux d’insectes, un peu de pollution...
-Je t'ai vexé ?
-Il y a une vérité simple : le bien est ambigu. Aussi complexe et dérangeante qu'elle le soit.


Un doigt caressa la table, le regard de Sixtine remonta dans son Shakespeare pour se fixer sur son camarade. A quel moment le sérieux Xavier dont il était si facile de se moquer était devenu l'ambitieux Xavier dont elle ne parvenait pas à se détacher longuement ?
-Le manichéisme n'est qu'une invention pour justifier nos actes aux yeux de tous. Se rattacher au blanc ou au noir, ça évite bien des justifications.
-Rien n'est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l'on en pense
, cita Sixtine
-Encore du Shakespeare, tu devrais varier parfois tes lectures.

Qu'il faisait chaud dans cette journée de mai. Lentement, Sixtine Brival était entrain de piller la glace, sa tête se penchait sur le côté parfaitement attentive et plongée dans son monde.
-Tu ne serais pas encore entrain d'essayer de trouver une copine à Jérémy ? demanda Sixtine.
Derrière elle, Eliott avait tenté de la surprendre et lamentablement échoué. Ils étaient seuls, leur mère se noyait dans le travail, le père avait disparu des sorts de localisation. Sixtine avait toujours adoré son frère, ils étaient très proches, énormément.
-Tout à fait, il lui faut une copine qu'il arrête de me casser les oreilles.
Les yeux si bleus de Sixtine se tournèrent vers son frère dans un éclat de rire.
-Parce que tu penses vraiment qu'un mec capable de dire : « j'aimerais grignoter tes clavicules » pourrait trouver une copine de cette façon-là, tu es vain.
-Tu crois qu'il ne pourrait pas trouver une copine ?
-Je pense surtout que l'amour est aveugle, et les amants ne peuvent voir les plaisantes folies qu'ils commettent eux-mêmes.


Eliott vient s’asseoir aux côtés de Sixtine qui continuer de piller la glace lorsqu'une nouvelle question franchit ses lèvres :
-Est-ce que tu pourrais me trahir ?
-Question stupide, cela n'en sera une que si j'échoue. Mais je n'y vois aucune raison... En dehors de l'héritage probablement.
-Dans ce cas, tu finirais dans un congélateur avec amour puis tu prendrais la place de cette glace et je te réduirais consciencieusement en petits morceaux.
-Tant d’excès Six !
-Forbidden fruit is sweetest.
-Le châtiment est là pour pourvoir à cette attirance.
-Les humains commentent encore les mêmes erreurs, les crimes continuent malgré les jugements. Le châtiment est-il vraiment utile ? Les hommes pèchent en connaissance de cause.
-Parce que ça les rend heureux
, sourit Sixtine.

Encore un sourire comblé, comme seul Eliott savait les faire naître sans cesse sur son visage. De deux ans son aîné, il assure ses arrières depuis leur enfance. Plus qu'un frère, c'était un complice et un protecteur. L'imprudente sang-pur, qui ne sait pas se protéger autrement qu'en détruisant, a toujours cherché soutien auprès de son cher Eliott. Il est un ange gardien, même si parfois il prend le rôle de mauvais ange, déjanté lui aussi. Il est fantasque, parfois mal ancré dans la réalité mais il passe derrière réparer ses conneries. Depuis la fuite de son père, il est plus que le garde-fou de la famille. Il est le seul capable de s'approcher d'elle assez près sans se brûler et de plonger les mains dans le brasier pour l'éteindre. Par exemple, Solène sait simplement tenir de toute sa faiblesse face aux flammes qui la lèchent. Eliott était la seule protection restante. Pendant longtemps, Sixtine avait vécu dans un monde parfait où on lui pardonnait tout comme le fait d'arriver en retard au repas. Mais la chance un jour avait tourné et elle ne s'en sortait toujours pas. La ville était encore debout, le monde allait bien mais l'adolescente peinait encore à se remettre de son apocalypse.

-Les excès ne sont drôles que sans conséquences tu sais.

Miracle, il y avait toujours eu quelqu'un pour rattraper les bêtises de l'enfant. Parfois, l'adolescente aimait bien dire : « je ne fais de mal à personne, sauf à moi-même ». Eliott savait bien que c'était un mensonge, il savait bien que sa sœur ne supportait pas la frustration, elle ne la connaît même pas. L'imagination est la principale source pour la jeune femme. Lorsque le monde lui déplaît, elle le refait. Sa réalité s'étiole, se fait ronger par tous les bouts pour en créer une nouvelle. Mais un jour, elle n'a plus pu le faire et cette réalité l'a frappée de plein fouet. Toujours aussi invulnérable mais une fêlure se glisse maintenant dans son regard.
DjinnJinxed





l'étreinte de la mort est comme la morsure d'un amant, qui fait mal et qu'on désire


Dernière édition par M. Sixtine Brival le Mar 2 Aoû - 15:47, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Lun 27 Juin - 13:36

Je sens la motivation en toi. - agite vaguement la main d'un air sombre et mystérieux -

Bienvenue parmi nous ! C'est vraiment cool de voir quelqu'un d'aussi motivé et tout pour ce PV !

Bien du courage pour ta fiche même si je ne m'inquiète pas. Hihi

Sinon, tu savais qu'Hercule est parfois considéré comme étant le Gilgamesh des Mésopotamiens ? (ou que les akkadiens étaient tellement fanas de l'administration qu'ils ont fait le certificat de décès d'un mouton lambda en 3 exemplaires ?)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiemes
T. Lambert de Clermont
Hiemes
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t116-lambert-du-rhum-des-femm
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1210
Date d'inscription : 07/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Lun 27 Juin - 13:53

Sixtiine Gnoe Han :apo:

Te voilà ENFIN parmi nous, ça fait tellement plaisir Yes Yes J'espère que tes épreuves se sont bien passées, en tout cas Smooch
Je suis contente de te voir inscrite, surtout sous la magnifique Muscarine (Kaya Bave Ze best ava de tous les temps Dead ) et puis, merci encore pour tous ces jolis compliments, c'est un plaisir Potté

Je te souhaite la bienvenue parmi nous et j'espère que tu te plairas sur DJ Squiz
Si tu as des questions, n'hésite pas à venir nous les poser par MP, nous serons là pour y répondre Hug2

COURGE pour la suite de ta fiche Han


à Blanche,
Quand nous ne serons plus que cendres tous les deux, quand cette révélation ne pourra plus briser le cœur de personne, je veux qu’on sache que j’ai aimée, que je t’ai estimée, que j’ai baisé tes pieds, que j’ai eu le cœur plein de culte et d’adoration pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Président du Club de Danse
C. Yvon de Villeneuve
Président du Club de Danse
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t101-yvon-j-prend-l-amour-en-
Identité magique
Who wears the crown ? :  There is both me and my silhouette. I hope that on the days you find me and all I am are darkened lines, you still are willing to be near me.
Messages : 1937
Date d'inscription : 13/10/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Lun 27 Juin - 16:48

Welcome sur DJ charmante toi!!! Al Robert Yeah

Alors déjà, nos bonhommes ont le même âge DONC faudra forcément un lien ! Han Courage pour ta fiche (même si j'aime beaucoup le « courge » de Lamby ! Hihi VIVE LES LÉGUMES !!!! Fire) Et au plaisir de te liiiiiiire !!! Fan Tutu Boogy Happy



badges POWA !!:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ¦ Joueuse numéro 4 de polo ailé de la saison Fons
J. Cirilla Baudelaire
Admin ¦ Joueuse numéro 4 de polo ailé de la saison Fons
Portoloins
En ligne Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t886-cirilla-il-en-faut-peu-p
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 976
Date d'inscription : 10/05/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Lun 27 Juin - 19:24

*rejoint le club des légumes* COURGE JEUNE FILLE !!

Bon plus sérieusement : quel choix de PV Bulle Sixtine est tellement intéressante, le côté toxique mêlé de fragilité lui donne quelque chose de fascinant, et le magnifique visage de Kaya lui sied à merveille Bulle J'aime beaucoup ta façon d'écrire, et tous les détails qui fourmillent partout et qui la rendent vivante !! J'ai hâte de lire son histoire et, surtout, de voir cette si jolie plume en RP ! (et de te quémander des liens !)

(sérieusement les Mousquetaires vous roxxez tellement Mdr)

Bienvenuuuuue !! :apo:


Singing low
my heart is havin' trouble With the beat, beat, beat, so try to take it slow ▬ We can speak, I want it, I'm just tryin' to find the beat, beat, beat, my heart is singing low

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Lun 27 Juin - 19:49

PLACE, JE PASSE. Fire Fire

Bienvenue sur DJ !  Yes  Yes

Je pense que tu ne comprends pas à quel point je suis heureuse de te voir débarquer ici. J'attendais Muscarine avec impatience, étant donné l'importance qu'elle a pour Solène, mais toi... mon Dieu... tu me vends le ciel avec en prime des étoiles, un vaisseau spatial, une Lune et un télescope.  Al  Le début de ta fiche vend du rêve.  Love  C'EST MAGNIFIQUE.  Chou  Chou Quelle jolie plume, quelle construction de personnage phénoménale. Le rôle te va à la perfection.  Owai comment ça la perfection existe pas, ils t'ont jamais vu, je peux pas croire Sem On sent que tu l'aimes, ta Sixtine, comme l'a dit Lulu, on sent que tu es motivée, ça fait plaisir à voir dskfjsfj.  Mih  Boogy

Je pourrais continuer pendant des heures... je suis bouche bée tellement tu la maîtrises à la perfection. J'ai hâte d'écrire avec toi. On cartographiera le château ensemble, on marquera notre territoire, on se fera pleins de petits sujets.  Clap Ce sera génial. Love Je ne doute AUCUNEMENT que tu t'intégreras à la perfection, les gens ici, c'est plus que des légumes, c'est des amours de légumes, tu verras.  Hihi  Hug

Maintenant, je vais te souhaiter un bon courage pour la suite de l'histoire (ou courge, ou courgette, tout ce que tu veux  Hihi ) et faire des rituels sataniques croiser les doigts pour que l'on ait une Constance sooon.  Gnoe  :wha:

VIVE LES MOUSQUETAIRES.
VIVE NOUS.  Gad
MAIS SURTOUT.
VIVE TOI OMGGGGGG.  :apo:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aestas
M. Sixtine Brival
Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t996-sixtine-brival-cavaliere
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1222
Date d'inscription : 27/06/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Mar 28 Juin - 12:27

VOUS ÊTES TOUS TROP CHOUS <3 <3

Lulu L'air sombre de ta va si bien Siffle Je ne savais pas du tout pour les akkadiens mais je m'en servirais en RP parce que c'est beaucoup trop drôle Ohlala Hercules se case sur toutes les fiches ?

Lambry Faut savoir se faire attendre Perv et je suis TROP contente de pouvoir vous rejoindre Hug2 Tout ce que j'ai dit est vrai, vous le méritez

Promis je n'hésiterais pas à t'harceler, tu peux compter sur moi -je le prépare déjà Ouh -

DES LEGUMES Jaw ça me donnera pleins d'énergie

Yvon J'ai pas encore de surnom moche mais je trouverais vite Graou OH OUI UN LIEN, avec plaisir pour le lien
Il est pi être légumophile et c'est bien la légumophilie

Cici SOPHIE TURNER Chou elle est tellement magnifique pour ce personnage
Merci pour tous ses jolis compliments, ça fait plaisir à lire. Ce PV est absolument fantastique il faut bien l'avouer, je comprends pas que personne se soit encore jeter dessus Han mais je m'en plains pas Mdr des liens qui vont roxxer

Faut remercier Apolline pour ce concept génial

Solène JE SUIS ROI DE LES RÊVES

Je ne sais tellement pas quoi dire tellement ton message me fait plaisir et me laisse pantelante. Quand je t'ai vu t'inscrire et faire ta superbe fiche j'ai failli craquer venir de suite. Je suis vraiment touchée que ma ptite Sixtine vous plaise autant. Enfin... Je perds juste tous mes mots tellement je suis entrain de voleter au milieu des anges Brille juste merci n'y suffirait pas je pense, je vais me dépècher de finir et tenter de faire aussi bien pour la suite Heart Et oui je l'aime d'amour comme tout ce que j'ai vu du fow pour le moment

On va détruire tout cet ordre bien rangé dans le château en faisant plein de bêtises Han J'ai hâte aussi de RP, tu m'en réserves un Chou Je vois ça, puis les légumes sont bons pour la santé Perv

Je prépare déjà les vierges pour qu'une Constance arrive aussi Siffle

Je m'en remets pas de ce message et JE T'AIME D'AMOUR FOU Potté Triste

Mais VIVE NOUS ET VIVE DJ



Sur ce, je me remets à ma fiche <3





l'étreinte de la mort est comme la morsure d'un amant, qui fait mal et qu'on désire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Mar 28 Juin - 12:52

Hercule est partout !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Mar 28 Juin - 13:57

WELCOOOOOOME Heart

God, quel personnage, quel avatar, quel début de fiche !!! Brille Sixtine a l'air tellement intéressante, j'ai hâte de la voir en jeu !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Mar 28 Juin - 14:40

Bienvenue sur DJ la moustiquaire Chou
(Désolée j'étais obligée ! Mdr)

Bon je dois être la seule à ne pas trop trop connaître Kaya sur le forum mais du coup j'espère que tu sauras me la faire aimer ! Yeah (et pas dans un sens bizarre hein, j'ai une donzelle déjà Sem) En tout cas c'est un début déjà très prometteur ! Mih

Courage pour l'histoire ! Fire
Tu seras bientôt parmi nouuuuus ! :apo:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Mar 28 Juin - 18:35

Kaya Gnoe Gnoe Gnoe Gnoe !!!!

J'adore ce scénario (bon j'adore les 4 scénars donc meh \_(ツ)_/ -pardon Bass, je t'emprunte ton smiley deux secondes Smooch -) donc je suis ravie de le voir tenté. Tu vas voir, Solène est un amour absolu genre best Solène ever :apo: . J'espère que tu te plairas tout plein!!! Check La vie est belle si tu ramènes en prime une Constance omfg! RAMÈNE AUSSI MON COPAIN XAVIER PLEASE (quoi? quoi? j'ai le droit de rêver Al Al Niark ).

Courage pour ta fiche! See you soon! Smooch


Dernière édition par G. Mathias Bonner le Mer 29 Juin - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aestas
M. Alex Butler
Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t449-alex-butler-la-passion-e
Identité magique
Who wears the crown ? : Si le monde entier te persécute, tu te dois de persécuter le monde. @T
Messages : 732
Date d'inscription : 19/12/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Mer 29 Juin - 2:16

Bienvenue sur DJ Mlle !! En esperant que tu t'y plaise !! Hug


 
Tell me, tell me that you want me and I’ll be yours completely, for better or for worse. I know, we’ll have our disagreements, be fighting for no reason. I wouldn’t change it for the world..



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aestas
M. Sixtine Brival
Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t996-sixtine-brival-cavaliere
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1222
Date d'inscription : 27/06/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Jeu 30 Juin - 0:23

Bobo Merci de tous ses compliments, ça fait chaud au coeur. Il faut remercier Apo pour ce super scénario Boogy il nous faudra un lien

Jos Holà manant Al tu me mets la pression là, il faut que tu aimes Kaya (ne me tente pas, même si lutter contre Audrey Hepburn c'est IMPOSSIBLE)
Merci

Mat Hihi j'ai vu que Solène avait fait une fiche super trooooop cool Brille
Je croise aussi tout ce que je peux pour avoir un Xavier -parce que OMFG XAVIER EST TELLEMENT BIEN ET LE LIEN Han
Merci, je te réserve un lien Fan

Al
Merci, je m'y plais pour le moment Heart





l'étreinte de la mort est comme la morsure d'un amant, qui fait mal et qu'on désire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Dim 3 Juil - 10:45

MON ARAMIS TU ES LAAAAAAAAA !! :apo: :apo: :apo:
(Et moi je suis en retard Wut )
(Pardon TT )

BIENVENUE SUR DJ MA POUPETTE !! Fan Je suis tellement heureuse que tu aies choisi ce scénario Brille En plus tu as gardé Muscarine comme prénom de naissance rhhrjehf et les autres sont tellement jolis je valide tes choix à 200% Han Happy

Citation :
Sixtine aimerait bien parfois pouvoir mettre les genre en objet et les sortir seulement lorsqu'elle est sûre que cela ne l'approche pas trop de ce qu'elle fuit.
Tu as tellement tapé dans le mille. Mdr

Et quelle famille badass !! :apo:
(D'ailleurs, un peu trop peut-être, non ? Mdr Une arrière grand-mère Black... Yeah)

J'ai l'impression que tu as bien saisi le caractère de Sixtine, j'attends encore de lire l'histoire puisque c'est vraiment le point-clé du personnage pour le coup Brille Le seul véritable "reproche" que j'aurais à te faire pour l'instant concerne les fautes d'orthographe qui sont assez nombreuses, mais je suppose que tu n'as pas encore relu et que tu le feras une fois ta fiche finalisée Potté Sinon, comme je te l'ai dit par MP au sujet du don des fées, il y a un dosage qui n'est pas forcément évident à atteindre concernant la façon dont elle s'impose aux gens, dans la mesure où Sixtine charme bien plus par la subtilité de son esprit et son astuce que par la beauté de son physique Brille Mais je ne me fais pas de souci à ce sujet Yes  J'ai trop hâte, en plus tu verras, tu n'aurais pu espérer avoir une meilleure Solène que celle qu'on a :apo:

Finis viiiiiite ! Brille Courage ! Hug
(Et j'espère que ton bac s'est bien passé ! :apo: )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aestas
M. Sixtine Brival
Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t996-sixtine-brival-cavaliere
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1222
Date d'inscription : 27/06/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Jeu 7 Juil - 0:28

APOOOOOO Chou Chou Chou Chou
Je t'ai déjà dit que ton scénar est génial ? Parce que je le dit, il est FANTASTIQUE Yes

Merci ça me fait super plaisir de lire ça Boogy

J'avoue ma flemme grave de cherche une famille de sang-pur anglaise qui aurait pu contracté un mariage en France Hihi je peux le retirer si tu le souhaites (mais Black comme grand-mère ça claque Al )

Je suis en pleine écriture, j'ai bien avancé mais j'aime bien tout posté d'un coup Lick J'avoue avoir tout écrit dans mes pauses de révisions comme ça me venait.
Pour le don des fées, j'y ai réfléchi et je trouve ça vraiment lourd en RP pour mes gentils mignons partenaires. Du coup si je trouve un don interessant je le prendrais mais sinon Six sera aussi toxique sans Siffle Et j'ai vu, la fiche de Solène m'a laissé pantoise Fan Fan Fan


MERCI, promis je me dépèche Hug2
(Il est passé surtout Ange )





l'étreinte de la mort est comme la morsure d'un amant, qui fait mal et qu'on désire
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aestas
M. Sixtine Brival
Aestas
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://djinn-jinxed.forumactif.org/t996-sixtine-brival-cavaliere
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 1222
Date d'inscription : 27/06/2016
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Lun 11 Juil - 0:32

Coucou

Désolée du double post, juste un petit message pour signaler que je serais absente toute la semaine, mon ordi ayant décidé que sa carte graphique ne marchait plus

Bisous Yes





l'étreinte de la mort est comme la morsure d'un amant, qui fait mal et qu'on désire
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Beauxbâtons
La Directrice
Beauxbâtons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur
Identité magique
Who wears the crown ? :
Messages : 439
Date d'inscription : 06/08/2015
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse   Mar 2 Aoû - 17:40


Douce destruction. Quand l'extrême séduit l'exquis, ce goût du risque retrace les contours de sa bouche embrassant un inconditionnel infini. Sans demi-mesure un absolu abyssal aussi attirant que son alter-ego.

Un personnage bien prometteur pour cette aventure Yes
Veuillez recevoir nos plus sincères félicitations pour votre sélection parmi les  AESTAS ! Vous voici à présent un(e) sorcier-ière à part entière de cette prestigieuse Académie et en tant que tel(le), nous vous invitons à transmettre et vérifier vos données personnelles dans les différents registres des listings. Cette section vous offrira également la possibilité de déposer des candidatures afin d'espérer décrocher un poste à responsabilité parmi les Maîtres et Délégués au sein de cet établissement ou encore de vous faire connaître de ses résidents en tant que joueur de Polo ailé. A savoir qu'il est toutefois toujours plus judicieux de participer quelque peu à la vie scolaire avant d'en faire la demande. Si cette fiche n'est pas la première, merci de bien vouloir référencer votre double compte en remplissant ce parchemin de votre plus belle plume. Avant de débuter le Rôle Play, n'hésitez pas à vous référer aux Points Cardinaux pour y inaugurer au Nord une Fiche de Personnage rassemblant à la fois les différents liens à nouer au cours de cette scolarité ainsi qu'une liste des récits qui en ponctueront l'aventure. L'Ouest regroupe les Bulletins des étudiants et la respectabilité des enseignants qui sont à consulter et compléter. Toutes les demandes et requêtes particulières seront à formuler à l'Est. Le Sud, quant à lui, vous informera sur toutes les spécificités que les points de vote et de RP ont à offrir dans le jeu. Sur ces quelques mots, il ne vous reste à présent plus qu'à explorer cette majestueuse bâtisse pour que la magie puisse opérer !
Revenir en haut Aller en bas
 

Sixtine Brival - Cavalière de l'apocalypse

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Djinn Jinxed ::  :: Le Cadran des Saisons :: Bienvenue à Beauxbâtons-